Jump to content

Les incorruptibles - Brian de Palma (1987)


Tomfincher
 Share

Recommended Posts

The Untouchables, en VO.

 

Hier soir, j'étais parti pour enfourner le DVD d'Arachnophobie dans mon lecteur quand je suis tombé sur le début des Incorruptible, de De Palma, à la TV. Ca faisait longtemps que je ne l'avais pas vu, c'était l'occasion de le revoir.

J'en gardais un excellent souvenir, mais ça faisait bien 10 ans que je ne l'avais pas vu... Et ben c'est toujours aussi bien ! Ca n'a pas pris une ride grâce à la réalisation ultra classe de De Palma. Les interprètes sont vraiment excellents : Costner ; Connery . De Niro fait du De Niro, mais en Al Capone, ça passe super bien.

Y'a pas de temps morts, c'est vraiment une belle réussite !

 

L'affiche qui a la grande-classe :

Link to comment
Share on other sites

Méga claque à sa sortie ciné (à 12 ans, c'est le genre de film que tu te prends dans les dents avec une puissance rare, le genre de truc qui te hante pour la semaine à suivre), depuis je ne m'en lasse pas.

 

 

Exactement pareil (sauf que moi c'était à onze ans).

La scène de la gare , la fusillade à la frontière , le procès .

Link to comment
Share on other sites

La scène de la gare est franchement d'une classe inouïe. Ou comment rendre hommage à ses sources sans que ça ampute la narration ou la crédibilité du film, créer une séquence apte à être étudiée dans les écoles de cinéma, et qui en plus de cela dégage une époustouflante classe doublée d'une précision technique de mathématicien.

Comme je l'ai toujours dit: époustouflant sans plus.

Link to comment
Share on other sites

Dingue, ça, j'étais persuadé de l'avoir vu à sa sortie ciné, mais j'ai des doutes sur ma capacité à l'avoir vu à 6 ans. En même temps, si je l'ai vu lors de sa première diffusion canal, ça veut dire que je l'ai vu à 8 ans, ce qui est pas tellement mieux. Pas étonnant que j'aie été à ce point marqué par la scène de l'ascenseur et par celle de la mort de Malone.

 

Sinon, revu hier aussi, et après avoir vu Il était une fois en Amérique, je me suis mieux rendu compte à quel point le De Palma complètait le Leone. Il y a un contexte commun, un acteur commun (De Niro), un compositeur commun, mais là où Leone se met du côté des truands, se pose la question des origines, du destin, et crée une sorte de tragédie, De Palma cherche avant tout à aligner les séquences choc ("cultes" ?), à un rythme hyper soutenu.

 

Un très très grand film.

Link to comment
Share on other sites

Pas mieux que tout le monde, j'adore aussi. Vu gamin, j'adorais, et je crois qu'à chaque nouvelle vision depuis il s'est bonifié. Cast en titane, réal au top, scenar bien huilé, reconstitution soignée, de l'action, de l'émotion, enfin bref, du tout bon à tous les niveaux !

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Je me suis refait le film hier soir en HD alors que j'ai tellement de truc à voir en retard ... Bref

 

Ce qui m'a surpris c'est que les 2h du films passent comme une lettre à la poste, quand je vois des trucs qui dure 1h30 qui m'en semble 4 c'est du bonheur de voir que De Palma enchaine à toute vitesse son récit tout en multipliant les rebondissements.

Link to comment
Share on other sites

Scénario signé David Mamet quand même. De Palma et lui ne peuvent pas se sentir d'après ce que j'ai lu. Leur premier contact étant De palma disant à Mamet "je sais que tu es entouré d'un cortège qui te cire les pompes mais moi tu ne m'impressionnes pas"

Link to comment
Share on other sites

  • 5 years later...

Revu encore cette semaine, et toujours le pied absolu d'un bout à l'autre !

 

Pas grand chose à rajouter sur le film, mais c'est toujours aussi bon. Voilà un autre genre de film qui nous manque, avec des héros comme on n'en fait plus non plus, aujourd'hui, tous les héros doivent être cyniques, roublards, torturés, plein de second degré, avec des cicatrices, des failles, un passé torturé, etc... et revoir la pureté de Ness (et de Costner) fait vraiment plaisir et rend le film encore meilleur !

 

Je voyais récemment un bonus du "Canardeur" de Cimino chez Carlotta. Une interview audio où Cimino tresse des louanges à Eastwood (aussi bien en comédien qu'en producteur, voire en "star"). Il disait quelque chose comme ça : "Eastwood représente ce que l'Amérique a de meilleur". Je trouve que ça colle bien à Costner aussi, et je lui voyais une carrière un peu à la Eastwood, en moins "musclée", mais sur l'Amérique profonde qui n'est pas pour autant du redneck débile... Bon, sa carrière n'a pas la même gueule au final, mais il reste de belles pépites, et quelques chefs d'oeuvres ds sa filmo, c'est déjà ça !

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...