Jump to content

I comme Icare- Henri Verneuil- 1979


Binky
 Share

Recommended Posts

!!!

 

Ah bah c'est bien beau ca. Onteniente a droit à ses cinq topics, Verneuil, a que dalle. Surtout que I comme Icare...que j'ai découvert ce soir...est un MUST !

 

Version françaises de l'assassinat de JFK, fiction-réalité jouant avec ces mêmes thèmes (le faux, le vrai, l'essentialité du faux pour faire comprendre le vrai et ainsi de suite), grand moment de cinéma porté par la musique admirablement utilisée d'Ennio Moriconne et un Yves Montand au sommet...

 

Quelques mots sur le travail de Verneuil; le cinéma français tenait là un artisan assez incroyable, d'une précision technique inouïe et d'un professionnalisme inébranlable, un technicien tout entier voué au langage des images, dans sa parfaite compréhension du médium cinéma.

 

Au delà de l'aspect conspirationniste, il y a évidemment cette illustration fascinante du rapport à l'image (le regard, symbole fondamental et omniprésent du film, les caméras, les yeux, les angles), du degré de servitude de l'homme (la fameuse expérience), et, of course, toute la symbolique ultra-pertinente qui est celle du titre.

 

Un énorme film !

Link to comment
Share on other sites

Tu fais bien de clamer ta joie, ce film est un chef d'oeuvre. Si le De palma des grands jours avait tourné sa version de JFK , cela aurait donné ce grand film. Malgré quelques raccourcis et quelques invraisemblances, le film tient en haleine tout le long. L'ambiance parano va grandissante et donne lieu à quelques scènes de suspens très efficace: le témoin gênant seul dans sa cabine téléphonique au milieu de la nuit, le cambriolage, la reconstitution de la bande.

Et le score de Morricone est sublime.

 

 

A quand un bluray bordel!!!!!!!!

 

Dire qu'à l'époque les critiques n'étaient pas tendre avec ce chef d'oeuvre.

Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

J'avoue ! Il parait que le film n'existe qu'en édition dividi toute maigrichonne ! alors que RTT aura droit à son édition masterclass !

(de toute manière, j'aurais du mal à croire que Les Cahiers sont du genre à célébrer le cinéma d'Henri Verneuil depuis ses débuts...)

 

Sinon, ton analogie avec le chef d'oeuvre de DePalma est super pertinente. Je n'y avais pas pensé, mais c'est vraiment logique finalement ! La mise en scène libère la même fascination par le biais des miroirs trompeurs et autres écrans...

 

En fait, la scène de l'expérience trouble un peu la narration du film, même s'il est fort à propos compte tenue de la teneur politique de l'oeuvre. Mais on a l'impression que Verneuil veut faire deux films (tous deux passionnants !) en un seul...

Link to comment
Share on other sites

Je sais pas ce que vaut le dvd US mais je déconseille le dvd allemand qui est 4/3 avec une image viellotte et granuleuse. Je garde mon enregistrement dvd de cinefrissons dont la copie est 4/3 mais beaucoup plus fraiche. D'après Bruno , il existe un autre dvd, en Espagne, en 16/9

Link to comment
Share on other sites

l'expérience n'apporte rien mais c'est le film idéal pour la placer

 

 

Ah bon je trouve pas justement (en gros ça nous dit que le tueur obéit à une autorité supérieure qu'il juge légitime. Ouais ok on s'en doutait mais moi je veux surtout savoir qui elle est et pourquoi elle a buté le président). Ca aurait été plus approprié je trouve dans un film sur les camps de concentration ou sur le totalitarisme. Puis ça casse le rythme j'avais l'impression de me retrouver dans un documentaire, c'était pas super bien amené je trouve.

Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

Ouiiiii ca tue !

 

Sinon, l'expérience n'est pas complétement hors de propos et, je trouve, vraiment pas inutile à l'oeuvre (quand même !) tant elle renforce l'aspect politique du film, où, alors que chaque ennemi d'un régime finalement dictatural se voit éliminé, l'homme en lui même, le citoyen soi-disant innocent, est prêt à obéir à l'ordre le plus absurde émanant d'une autorité supérieure (en soit, cette absurdité est le cause, ou la conséquence, de l'absurdité même de la psyché humaine). Ca fait du film une oeuvre un peu orwellienne, même si, comme je l'ai dit précédemment, la scène nuit quelque peu à la rythmique et à la narration du film.

 

Et l'utilisation autant intra qu'extra-diégétique de la musique...

Link to comment
Share on other sites

Ah non moi depuis que j'ai internet je me masturbe plus devant la TV . Puis c'est qui Tanya Young ? Si elle est chinoise c'est pas mon truc.

 

Sinon, le film donne l'impression d'avoir été filmé aux USA pour les extérieurs (gratte-ciels, immeubles aux design très modernes pour les années 70). Et bien tout semble avoir été tourné à Cergy . La réalisation est superbe en tout cas, avec une très bonne utilisation du cadre et de la lumière.

Link to comment
Share on other sites

La classe américaine à la française. Classe. Ou comment se servir d'un paysage national sans trahir l'essence de ce même paysage, faire un vrai bon film français dans des paysages bien de chez nous.

 

Tanya Young elle est nulle.

Link to comment
Share on other sites

  • 8 months later...
 Share

×
×
  • Create New...