Jump to content

Paris International Fantastic Film Festival (PIFFF)


Cyril
 Share

Recommended Posts

Mention très bien pour ma part également. Vu 6 films sur l'ensemble du festival, et plutôt très satisfait car même si tous ne m'ont pas emballé (mais ça, c'est la loi d'un festival quel qu'il soit), ils collaient bien à une vision panoramique du genre, allant du drame d'auteur au gros bis qui tache. Qui plus est, c'est toujours cool de voir dans un festival des trucs qu'on verra nulle part ailleurs, et pas juste des trucs qui sortiront partout deux mois après.. Une bonne ambiance, des salles pleines, la très bonne initiative de présenter un court avant chaque long (voire plus avec les sublimes bandes annonce de la séance de minuit ), non, pas grand chose à redire, bon boulot et bravo à tous !

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 133
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

6 films sur 14

 

Excellent festival mais qui en douter ?

 

Bellflower quasi film de l'année pour bibi

The Violent Kind,

Detention LE gros coup de coeur, le dernier film d'Araki est vraiment super bon... blague à part voilà ce qu'aurait du être Kaboom.

Extraterrestre, sympa mais bon voilà

 

les déceptions : le Ferrara, innkeepers

 

Le seul bémol c'est pour les courts métrages, si techniquement les mecs (et les filles ?) sont bons il y a un manque d'âmes et un côté prise de tête prout prout qui m'a gonflé. Voilà après j'ai pas tout vu mais ceux récompensés ne m'ont pas convaincu... même pas le Coréen plus basique dans sa narration mais la finalité...

 

sinon moi j'ai vu personne à par Cyril et Amel Bent pour une autre séance

Link to comment
Share on other sites

Bellflower quasi film de l'année pour bibi

 

 

beuh... si je dois avoir une (petite) critique au niveau de la prog, c'est bien celle ci... ce n'est pas un film fantastique. Je l'aime bien, il a une chouette esthétique, un ton que j'apprécie, mais putain... pour nous raconter ça?

Link to comment
Share on other sites

Alors rapidement, les films vus :

 

Malveillance : J'ai trouvé ça chouette, avec un pervers bien tordu. Sorte de Psychose en plus monomaniaque et fourbe... Dommage que le scénario ne soit pas plus épais/précis.

Extraterrestre : Un des meilleurs métrages du PIfff. J'ai trouvé ça rafraîchissant et très drôle avec des passages surréalistes et burlesques...

Retreat : BUG de Friedkin en moins paranoïaque et moins stressant. Bof.

The Dead : C'était très long, platement fait, cheap dans les coins et joué avec les pieds. Le plus mauvais film de la sélection à mon avis.

The Innkeepers : Je ne suis pas fan de Ti West. J'avais trouvé son House of the Devil assez plat malgré quelques idées sympas... The Innkeepers a plus de qualités mais il sombre sur la fin vers un déjà vu lassant... Et c'est bien dommage parce que la grosse première partie fonctionne plutôt bien !

The Ward : (Attention, ça va spoiler !) Carpenter fait un remake d'IDENTITY (c'était le spoile). Un film de psycho-fantômes qui peut accompagner The Innkeepers dans la case "déjà vu".

Cassadaga : Là, j'avoue, la répétition des séances a peut-être joué sur mon état mental au moment du film : Je n'ai pas tout saisi... Et je n'ai vu que des invraisemblances et des scènes chocs à la limite du risible. Interdit aux moins de 16 ans, vraiment ?

Ray Harryhausen - Titan des effets spéciaux : Un des trucs du festival que je voulais le plus voir et de bout en bout, c'est passionnant !

Masks : La bonne surprise du festival. Giallo teuton fait avec goût et talent. J'étais content pour lui à la remise du prix du Public.

Bellflower : Un des meilleurs films que j'ai vu pendant le festival. La comparaison avec Macadam à deux voix et certains films de Larry Clarke est pertinente.

4h44 : Il se faisait défoncer à la sortie de la séance mais c'était pourtant loin d'être honteux. C'est cru, un peu glauque (Abel style) et rythmé par une fin du monde paradoxalement trop sage mais le regard sur les derniers instants de ces quelques vies est interessant.

Detention : Sorte de Donnie Darko sous LSD et proche de l'overdose. Un bon gros bordel multi-référentiel qui va dans tous les sens… C'est assez lessivant, avec trop de bruits et de couleurs mais c'est drôle. Et parfois très.

 

Et j'ai aussi vu pas mal de courts (un avant chaque long). J'ai adoré THE LEGEND OF BEAVER DAM, une version Jack Black chantant de Vendredi 13. Hilarant.

 

Voilà. Sinon, le festival lui-même :

• Je ne connaissais personne alors du coup, c'était chiant d'attendre dans le froid (mais j'ai eu la bonne idée d'apporter ma 3DS et des M&M's).

• Gaspar Noé fait un peu peur.

• Cyril m'a rapidement présenté Niko13 qui a disparu comme un ninja.

• Christophe Gans (assis à côté de moi pendant la projection) s'est marré comme une baleine pendant Extraterrestre.

• Impossible de parler avec Christophe Gans car il parle tout seul et rebondit lui-même sur ce qu'il dit (je n'ai pas pu savoir ce qu'il pensait de l'affiche).

• Christophe Gans joue sur PS3 à presque tous les gros jeux (Rage, Uncharted 3, Resistance 3…) et il n'a pas aimé Heavy Rain.

• Une séance "carte blanche" au président du Jury, ça aurait pu être sympa. Avec des questions/réponses, tout ça (et ou il aurait l'ordre de se taire pendant les questions).

• Une nuit quelque-chose aussi, ça manquait. Une nuit Gore ou un truc comme ça, une rétro, un thème toute la nuit...

• Ca manquait de gore qui tâche, ouais.

• Une salle, c'est peu.

• Peav a des potes très sympa.

• Rurik Sallé est drôle aussi dans la vraie vie.

• L''affiche défonçait tout (même si elle était floue dans sa version "160", bande de sagouins !).

 

Bref : J'ai passé un super moment

Et je n'ai jamais écrit autant sur ce forum.

Link to comment
Share on other sites

Bellflower quasi film de l'année pour bibi

 

 

beuh... si je dois avoir une (petite) critique au niveau de la prog, c'est bien celle ci... ce n'est pas un film fantastique. Je l'aime bien, il a une chouette esthétique, un ton que j'apprécie, mais putain... pour nous raconter ça?

 

j'ai bien aimé les mots de Gans pour le film " l'apocalypse est en eux", c'est sûr que le film rentre au pied de biche dans le genre fantastique et bizarrement c'est celui récompensé mais dès les premières minutes je savais que ça allait être époustouflant pour une histoire archi vu mais bon je suis un romantique alors une histoire d'amour à la Miami Vice, Drive ou Bellflower j'adhère à fond. Une des grande qualité du film c'est qui ne renifle jamais l'amateurisme (comme les séquences de baston dans Violent Kind comme l'a très justement souligné dpg) après je ne connais pas le budget et le passé des mecs mais le résultat est impressionnant

Link to comment
Share on other sites

Les mecs n'ont que très peu d'expérience et n'avaient pour ainsi dire pas une thune pour faire leur film.

Pour ça: le résultat est effectivement épatant, d'autant que les acteurs sont pas loin d'être excellents.

Mais il m'a frustré, sans doute parce qu'il a été vendu sur un mensonge, et puis... c'est peut-être ça, trop le sentiment de m'être fait duper.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
  • 2 weeks later...
 Share


×
×
  • Create New...