Jump to content

Artemisia-Agnès Merlet-1997


Binky
 Share

Recommended Posts

 

J'aime bien l'efficace "Erotic !", là on sent l'art de vendre...

 

Bon, euh, l'histoire est donc celle de...Artemisia Gentileschi.

 

Jeune femme de dix-sept ans, fille du peintre Orazio, elle connait la meme passion que son père pour la peinture. Mais une femme ne peut pas entrer à l'Academie et encore moins peindre un modèle masculin nu. Sa rencontre avec Agostino Tassi, artiste rompu aux derniere techniques de l'art de peindre, va déterminer encore plus sa vocation et elle obtient de son père qu'Agostino lui enseigne ce qu'elle ignore encore, l'art de la perspective. Agostino va surtout lui apprendre la passion...

 

Alors, c'est donc le deuxième long de mademoiselle Merlet, et suis curieux de voir comment la réalisatrice a pu enchainer après le déprimant Le Fils du Requin.

 

Donc, euh...

 

Quelqu'un l'a vu ?

Link to comment
Share on other sites

Un film dont j'ai longtemps eu l'affiche française (bien plus belle que cet ignoble photomontage) dans ma chambre. Le film en lui-même est bien mais pas inoubliable. La preuve, c'est que j'en ai à peu près tout oublié. Si je me souviens bien, ça dérive au film de procès parce qu'elle fait l'amour avec Micki Manojlovic avant le mariage, et du coup il est censé l'avoir violé physiquement et moralement (enseigné la peinture du nu).

 

Je me souviens juste que l'actrice était très belle, et que y avait Michel Serrault. Désolé, ça doit pas beaucoup t'avancer.

Link to comment
Share on other sites

Au fait, je l'ai vu depuis. Bon, bah tout est dit. Belle actrice, belles images.

En fait, la sensualité qui s'en dégage fait penser à Lady Chatterley (version Marina Hands, hein les mecs...). Du coup, je pense que Merlet parle davantage des corps et de leur langage que du combat d'une femme dans une société machiste ("ce n'est pas un peintre, mais une femme").

Bref, c'est délicat et élégant.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...