Jump to content

Cinderella Man - Ron Howard (2005)


Fabrice
 Share

Recommended Posts

 

Ouh, le zoli biopic du gars qui remonte une à une les marches de la gloire après avoir connu la mouise, quel sujet follement original pour un blockbuster ricain qui se verrait bien engranger quelques statuettes dorées !

 

Le film raconte donc l'histoire à priori vraie (mais probablement fortement romancée-remontée-améliorée) de Jim Braddock, un boxeur plein d'avenir qui se retrouve ruiné du jour au lendemain à la suite du crash de 29. Et le voilà obligé de travailler sur les quais comme un sale pauvre, tout en acceptant moult combats miteux, pendant que sa femme se prélasse dans leur baraque pourrie. Et oui, en quelques années il est devenu un pauvre has-been, tout le monde lui jette des pierres, et ses anciens amis lui crachent à la gueule.

Heureusement, et comme vous vous en doutez, la chance va tourner, son manager va lui offrir de se battre contre des gars nettement plus balèses. Il leur pétera tous la gueule et deviendra champion du monde les doigts dans le nez, à la grande joie des miséreux qui voient en lui un modèle à suivre.

 

Originalité zéro pour un Ron Howard qui ne se casse vraiment pas le cul et torche une histoire déjà vue mille fois sur les écrans, le genre si tu y crois très fort tu peux y arriver qui a l'heur de beaucoup plaire aux américains adeptes de la théorie du self made man.

Faut reconnaitre que dans le genre c'est quand même très correct, nettement mieux que Beautiful Mind, pas trop niaiseux (à part une scène bien nase avec Braddock et sa femme dans le vestiaire vers la fin) et mis en boîte avec un certain savoir faire.

 

Rien de génial, rien de honteux, juste regardable.

 

3/6

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...
 Share

×
×
  • Create New...