Jump to content

Hideaways - Agnes Merlet - 2011


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

James fait parti d'une famille dont les hommes sont tous frappés par un don particulièrement...gênant. Le sien est sans doute le plus terrible : lorsqu'il est frappé ou contrarié, tout ce qui environne le petit James meurt. Terrifié par ses "massacres involontaires", il finit par vivre en ermite au fond des bois. Jusqu'au jour où une jolie cancéreuse vient à sa rencontre...

 

Toujours en terre Irlandaise, Agnes Merlet compose un joli conte, sorte de croisée entre Twilight et Restless...si on veut. C'est evidemment moins fin que le Van Sant dans la symbolique poétique, mais toujours mieux que les tentations à deux balles de la Meyer. A la croisée d'un réalisme ténébreux voire douloureux (la scène dans les vestiaires de l'orphelinat est quand même ) et de la magie romantique, c'est joliment fait et assez bien joué pour emporter l'adhésion. Une belle curiosité.

Link to comment
Share on other sites

Putain mais qu'est-ce que c'est cucul la praline, c'est pas possible ! A côté Twilight c'est Human Centipede 2 !

 

C'est même pas joli en plus, la photo est mochasse, et les acteurs sont nases (même Rachel Hurd-Wood qui est aussi sublime qu'elle est mauvaise actrice).

 

Putain dire que je me suis fait chier à aller aux Halles, qui est l'endroit que je déteste le plus au monde après Roubaix, juste pour voir cette merde !

 

BORDEL DE BORDEL !

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...