Jump to content

The theatre bizarre - collectif - 2011


machun
 Share

Recommended Posts

 

lDK8S0VmTqc

 

Carte blanche à 7 réalisateurs pour un hommage au théâtre du grand guignol.

J'appréhendais un peu (beaucoup même) la chose. Film à sketchs, m'ennuierai-je ? Pendant un seul ? Pendant plusieurs ? Pendant tous les segments ?

Passé ces moments de suspense en début et fin de sketch à aller découvrir quelque chose qui n'aura probablement rien à voir avec ce que l'on vient de voir, 6 univers différents dans la gueule qui annoncent déjà quasi sûr une inégalité dans le long-métrage, je ne suis pas mécontent du résultat.

Entrecoupées d'interventions peu originales et plutôt inutiles mais très très jolies réalisées par Jeremy Kasten et jouées par Udo "Gott" Kier, c'est effectivement inégal. Richard Stanley déçoit, il fait du Richard Stanley (les visions subjectives des crapauds!) mais en super faiblard, couple de personnages têtes à claques et une Catriona MacColl peu convaincante (même pour rire, l'accent français sur de l'anglais, ça ne le fait pas). Reste les crapauds qui ne réussissent pas à sauver totalement la mise. Déception également pour le Tom Savini qui fait quelque chose un peu mieux que Bad biology, c'est pas drôle, mal joué mais bien torché quand même. Petit cas à part pour The accident de Douglas Buck. Un bon court-métrage nickel sur tous les points mais surprend par sa présence dans ce film, on l'aurait bien vu ailleurs mais pas là. Pas du tout mauvais, super bon même mais on l'oublie vite fait et c'est quand même dommage.

Reste I love you, un très bon conflit entre deux personnages. Avec quasiment que du blanc et du rouge et les deux acteurs assis à se parler face à face qui tiennent le spectateur jusqu'au bout, une bonne surprise. Bonne surprise également pour Sweets de David Gregory qui pousse la farce gloutonne loin avec un sens démesuré de la bouffe et du dégoût, un festival culinaire très beau et bien mené. Et grosse préférence pour le Karim Hussain (Vision stains) avec son segment très glauque et à l'idée morbide excellente, il réussit à installer beaucoup d'empathie envers son personnage en très peu de temps et le tout est filmé sans second degré, ce qui fait un bien fou.

 

Voila, et ben c'était sympa ce film, dispensable mais sympa, loin de l'évènement qu'il veut créer (le retour de Richard Stanley ? Je l'espère en meilleure forme une prochaine fois) et reste à savoir comment il va être distribuer.

 

 

 

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Une jolie réussite pour ma part.

Les segments sont inévitablement inégaux mais l'ensemble est d'une très belle tenue, décalé, sanglant, et adulte ai-je envie de dire, c'est à dire à contre courant de ces films fantastiques destinés aux ados et qui foisonnent sur les écrans du monde entier.

J'ai pour ma part une grosse préférence pour les films de Karim Hussain et de Giovinazzo, mais aucun n'est particulièrement mauvais, ce qui n'est pas une garantie avec ce type de films.

Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...

Moi je trouve qu'elle a un air d'Eva Green, voire de Lisa Marie (celle des Burton époque Mars Attacks, Sleepy Hollow)

 

Et sinon, discu privée avec Meltingman genre ça interesse que nous, Buddy Machintruc, c'est bien celui qui avait fait la bande démo de "Maniac 2" !

Link to comment
Share on other sites

Moi je trouve qu'elle a un air d'Eva Green, voire de Lisa Marie (celle des Burton époque Mars Attacks, Sleepy Hollow)

 

J'ai justement cru que c'était l'une, puis l'autre.

Chouquette, en tout cas.

Link to comment
Share on other sites

Oui, c'est lui. Il a réalisé Combat Shock après avoir mis en scène de nombreux courts. Puis il a signé Now Way Home avec Tim Roth et Deborah Unger.

Un premier détour en Allemagne pour un téléfilm très moyen avec Ornella Muti, the Unscarred. Plus tard, il décide de vicre à Berlin et réalise des épisodes de séries tv allemandes à la chaîne.

Il est également écrivain et est retourné aux USA pour adapter son récit de nouvelles Life is Hot in Cracktown.

Il vient de terminer, courant février, un thriller, Ginger shooté à L.A, et travaille en ce moment même à la post prod.

Link to comment
Share on other sites

Et sinon, discu privée avec Meltingman genre ça interesse que nous, Buddy Machintruc, c'est bien celui qui avait fait la bande démo de "Maniac 2" !

 

Ah bah ok. Il s'est vachement extirpé du glauque depuis "Combat Shock" et la demo de "Maniac 2" alors.

 

Je précise que j'ai beaucoup aimé son segment "I Love You" même si la fin est cousue de fil blanc. Mais son trip Zulawski light (je met ma main au feu qu'il adore "Possession"), le jeu des deux acteurs et l'écriture des dialogues pervers m'ont bien entrainé avec eux.

 

Sinon c'était pas cool pour les 999 600 personnes qui n'ont pas pu rentrer à la projection, mais ils se rattraperont aujourd'hui.

 

Vite fait sur le film.

 

Mon segment préféré, est celui de Douglas Buck "L'accident". Brillamment filmé, joué et écrit. C'est de loin le segment le plus abouti formellement. C'est aussi le moins grand guignolesque. Et je serai vraiment curieux de savoir comment ils ont filmé la scène avec le cerf

Donc bon en 2e place je met le "I love you" donc.

J'aime bien le Savini "Wet Dreams" pour son humour et sa révérence aux EC Comics ou aux Contes de la Crypte. C'est très léger mais fun.

Le Sweets de David Gregory commence très bien parce que les deux acteurs sont excellents et que le coté kitchouille trash à la John Waters fonctionne bien. La dernière partie est trop prévisible et tellement peu choquante (par rapport à un John Waters des débuts justement ou un "La grande bouffe" vraiment vomitif) que le soufflé (mmmmm soufflééééé) retombe. 4e place donc pour moi.

 

Belle expérience en tous cas de revoir enfin un film a sketches au ciné. Tout n'est pas parfait mais les deux heures m'ont semblé durer une heure, ce qui est plutôt bon signe.

Link to comment
Share on other sites

  • 8 months later...

Pour un hommage au Grand Guignoi, c'est quand même ni bien gore ni bien marrant.

 

- Mother of Thoads : un gros Z avec des crapeaux géants. Sur le principe pourquoi pas, mais ça se termne vite fait, donc y'a rien à en faire

- I love You : sympathique, une bonne ambiance allemande, mais un peu hors-sujet avec l'anthologie

- Wet Dreams : un peu bancal, mais attachant. Bon twist de fin

- L'accident : très beau, très court et totalement inapproprié ici. l'Ovni du film.

- Visions Stains : un sujet de malade, des seringues dans les yeux...puis karim Hussain se dit que ça va bien comme ça et termine son truc en queue de poisson, sans exploiter le potentiel de son histoire. Naze.

- Sweet : le sketch le plus raccord avec le but de l'anthologie. C'est assez gerbant et la fin est

Link to comment
Share on other sites

C'est vrai que je m'attendais à plus gore et bien plus barge. J'ai trouvé ça assez simple au final. Mélange de trucs loupés avec d'autres trucs sympas comme le dernier sketch. Je ne sais pas si les réals ont eu le même budget mais c'est un peu trop gros foutoir pour me plaire au final, trop long, pas assez fun mais avec de bonnes choses malgré tout ...

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...