Jump to content

Traqué - William Friedkin (2003)


Léo
 Share

Recommended Posts

 

Un Rambo-like à la sauce Friedkin avec Tommy Lee Jones dans le rôle du Colonel Trautman et Benicio Del Toro dans celui de Stallone... Pour résumer !

 

Bon bah c'est dommage, ça aurait pu être un grand film ce Traqué mais au final c'est juste une très bonne série B. Et c'est déjà très bien hein ! Mais un peu frustrant.

Carré, violent, sans concession, Del Toro déchire tout et puis la course poursuite en ville qui se finit par une baston épique dans la forêt ! Je dis oui ! Friedkin nous en mets plein la gueule avec sa mise en scène virtuose, ses scènes d'actions bluffantes, ses combats au corps à corps qui font mal... En fait c'est un film d'homme et en plus on a vraiment pas le temps de s'emmerder, ça dure moins d'1h30, ce qui est relativement court pour un actionner bourrin avec un tel budget... Seulement voilà, à force de vouloir faire du "in your motherfuckin' face et je te laisse même pas le temps à toi spectateur, de reprendre ton souffle" bah le Fredo il en oublie complètement de développer ses persos qui avouons-le ne sont pas très bien écris et sans presque aucune psychologie. Il y a la relation maître/élève père/fils du duo Del Toro/Jones qui n'est que vaguement évoqué : Del Toro lui dis qu'il lui a écris des lettres qui sont restées sans réponses, Jones à l'air de n'en avoir rien à battre et pourtant à la fin on le voit caresser les cheveux de son poulain tout en pleurant à chaudes larmes. Bizarre. Sans oublier l'ex du traqué et sa gamine dont on à rien à foutre qui apparaissent genre 5 minutes à l'écran. Ne parlons pas de Connie Nielsen en femme flic (plus fade que jamais) et de son début d'idylle avec Jones qui ne vas jamais plus loin mais là tant mieux car on s'en branle pas mal !

 

Bref, c'est beau, c'est jouissif et brut de décoffrage mais quand le générique de fin se pointe on se dit que c'était un peu creux tout ça

Link to comment
Share on other sites

Rrhoo, que ne faut-il pas entendre (enfin, lire, dans le cas présent)...

 

Il s'agit, pour moi, de l'un des meilleurs films de son auteur. Grosse claque au ciné qu'aucune des nombreuses visions suivantes n'a ensuite démenti.

Un début un peu poussif (la partie serbe) suivi d'une heure et demie de cinoche viscéral qui élimine (presque) tout gras et manichéisme au profit d'une action immédiate au cours de laquelle se révèlent les protagonistes.

 

En prime, un petit tacle sur les méthodes de l'armée concernant ses soldats-jouets (façon de prendre le contre-pied de L'enfer du devoir ?) et deux des combats au couteau parmi les plus réalistes jamais vus sur un écran.

Et il faut que ce soit un papy de 70 ans qui s'en charge. Vas-y Billy, tu restes l'un des meilleurs !

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...