Jump to content

Welcome To New York - Abel Ferrara (2012)


Nice Panda
 Share

Recommended Posts

Gaspar Noé et Milos Forman ont adoré :

 

"Sans surprise, le film est parfaitement «couillu» selon Gaspar Noé, qui le juge également «émouvant», l'un n'excluant pas l'autre. «Bisset est à tomber. Ferrara au top. Depardieu explose tout», estime encore le réalisateur argentin. Milos Forman (Amadeus) relève également «l'énorme performance de Depardieu», jugeant que Welcome to New York est «le meilleur film» de Ferrara"

Link to comment
Share on other sites

Jacques Segela a détesté et supplie les téléspectateurs de BFM ne pas voir ce film. Pour un ancien de la pub , se risquer à dire "n'aller pas le voir c’est ignoble" c’est d'une maladresse extrême ou du billard à 3 bandes !

Link to comment
Share on other sites

Bon, effectivement, c'est bien pourri... On s'ennuie ferme, tout fait Z, téléfilm à mort. La VF est horrible, et il n'y a absolument rien de marquant d'un bout à l'autre. A la limite, le petit délire genre itv de Depardieu au début est le passage le plus intéressant du film. Ah si, j'ai bien aimé qd il parle avec le psy aussi, mais bon, ça dure 2mn à tout casser. Et merci à Anne Sinclair pour avoir tjrs soutenu Israel ! Bref, un grand film !

Link to comment
Share on other sites

Ben c'est vrai que c'est chiant. DSK est dépend comme un malade, accro au sexe qui passe sa vie à baiser ou à parler de cul : c'est pas une mauvaise idée, mais c'est fait sans aucune finesse (les bruits de cochon ça m'a fait marrer). Et surtout, rien n'est développé. Ils auraient, je pense, gagner à couper pas mal de trucs (genre le transfert à la prison). C'est mal filmé et le doublage est horrible : tout le monde parle en même temps, les dialogues sont répétés 10 fois dans chaque scène, tous les acteurs se demandent ce qu'ils foutent là.

Le gros problème du film, c'est que ça transpire le film fait à l'arrache pour surfer sur le scandale de cette affaire.

Link to comment
Share on other sites

Moi j'aurais dis que ça transpire le film fait par Abel Ferrara

 

mini hors sujet, dans le docu Not guilty, on apprend que ferrara etait en couple avec asia argento a lepoque de new rose hotel (et quil sest fait plaquer). comme quoi, elle sattache pas trop au physique.

Link to comment
Share on other sites

Couple, je pense que c'est un grand mot, qu'ils ont juste du avoir une aventure au moment du tournage comme ça arrive bien souvent au ciné. (et physiquement, il y a rarement des réals plus beaux que leur actrice principale hein )

Link to comment
Share on other sites

Franchement Abel et Asia vont très bien ensemble et partage le même glamour

 

Plus sérieusement, en lisant le thread sur Tricked j'ai regretté que les producteurs n'ai pas approché Verhoeven pour Welcome to New york au lieu de le laisser perdre son temps dans un moyen métrage soft sur un quinquagénaire.

Link to comment
Share on other sites

Vu en Vod sur google play.

D'habitude, la VOd ce n'est pas mon truc mais les efforts conjugués pour empêcher la sortie en salles m'ont décidé à débourser les 6,99 €.

Plus on me restreint une liberté et plus j'ai envie de l'exercer.

 

Visiblement je vais être l'un des seuls à avoir adoré ici...

 

Je n'ai pas vu les 2H05 passer.

 

Le plus ahurissant du film est sa véritable hargne contre ses personnages. De la réalisation jusqu'aux acteurs, chacun s'y met en se déchaînant. Chaque ligne de dialogue, chaque mimique est travaillée pour faire détester le couple. Depardieu commence lui même dès le prégénérique à expliquer pourquoi il déteste le personnage qu'il va incarner et tout le film est une véritable charge à la Charles Bronson.

Le personnage d'Anne Sinclair est d'une réelle puanteur, ne parlant que de pognon et de carrière. Le personnage de DSK injurie le spectateur face caméra, n'éprouve strictement aucun remord, détaille son acte manqué pour éviter la présidence que tout le monde voulait lui imposer et ne revendique qu'une seule chose, sa soif de sexe.

 

On a bien eu tort de lui calquer vite fait une mise en scène de téléfilm, car au contraire chaque scène fourmille de détails orientés bien jouissifs.

 

C'est tellement bourrin que cela explose tous les biopics académiques formatés (revoir HARVEY MILK la semaine dernière sur arte...)

Link to comment
Share on other sites

Snake Eyes étant, pour moi, non seulement l'un des pires Ferrara mais aussi (surtout ?) le début de sa période prétentieuse/auteurisante/casse-couilles, tu vends pas du rêve (d'autant que de mémoire, c'était déjà pas spécialement finaud)...

Link to comment
Share on other sites

J'ai pas compris cette intro vérité où Depardieu dit qu'il n'aime pas les hommes politiques. Et c'est quoi Poutine et Castro alors ?

 

Sinon j'irais pas jusqu'à dire que c'est nul, mais c'est pas glorieux non plus. Trop long, trop bavard, trop putassier (encore que bon, le sujet veut bien ça, je m'en fous en fait). Bisset assure grave.

Link to comment
Share on other sites

  • 9 months later...
  • 3 years later...
  • 7 months later...
 Share

×
×
  • Create New...