Aller au contenu

Only God Forgives - Nicolas Winding Refn - 2012


Messages recommandés

  • Réponses 92
  • Created
  • Dernière réponse

Top Posters In This Topic

  • 1 month later...

ça ressemble à du Beineix, les couleurs sont zolies mais le scénario ....comme le dernier Boyle en fait.

Ryan est encore plus mutique que d'habitude, Kristin Scott Thomas est convaincante en Cruella, y a même une scène de torture qui renvoie à Fulci, dommage pour l'"écriture et le montage léthargique, aurait fait un bon court-métrage peut-être.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vois pas le rapport avec Trance qui avait un scenar assez solide mais bon

 

Ceux qui attendent un Drive 2 : Dragon Rising vont se bouffer le bras jusqu'aux genoux tellement ça n'a rien à voir...

On revient vers une abstraction proche de Valhalla Rising, et c'est sans doute le film le plus Lynchien de Refn. Après ça reste hypnotisant, sans manichéisme, ancré dans un symbolisme tragique insistant sur la notion d'impuissance...et c'est ultra violent comme toujours chez Refn. Kristin Scott Thomas = la connasse est fantastique

 

Fascinant, et pas loin du claquage de beignet...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je vois pas le rapport avec Trance qui avait un scenar assez solide

 

et moi je pense qu'il avait du l'écrire sous hypnose son scénar...

 

Ceux qui attendent un Drive 2 : Dragon Rising vont se bouffer le bras jusqu'aux genoux tellement ça n'a rien à voir...

 

ben Gosling autiste qui se décoince le temps de quelques brefs éclats de violence sortant le spectateur de sa torpeur, le côté clinquant 80's, la zique...y a des liens maintenant le film est encore plus désincarné et creux.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est un peu

 

 

En fait, c'est un peu le scénar' d'un "Kickboxer 12" qui aurait été mis en scène par Kubrick avec le chef op' de Gaspar Noe. Il en ressort un objet formellement assez magnifique, plutôt lent et atmosphérique, avec un chouette travail sur le son, mais dont la liste des dialogues doit tenir sur 5 pages, avec un pitch de série B détourné en œuvre un peu poseuse mais néanmoins fascinante. Clairement on est plus proche d'un "Valhalla rising" que d'un "Drive" dans l'oeuvre de Refn. C'est pas fou dingue, mais c'est pas non plus déplaisant. Ca a le bon gout de ne durer qu'1h30, les acteurs sont plutôt bien, y a des éclats gore, des jolies lumières. Pas un classique instantané, mais un bon moment, intéressant, personnel, j'ai plutôt aimé je crois au final !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon du coup c'est du Refn pur jus quoi! Ce que j'en ai vu de lui jusque là correspond pas mal à ce que vous décrivez! Même Drive que j'ai surkiffé, j'avais pas trouvé le scénar extraordinaire, c'est l'ambiance et la mise en scène qui faisaient l'essentiel du job.

 

Donc du coup, j'ai hâte de le voir!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tout le problème d'une grosse partie du cinéma d'auteur contemporain est à mon sens concentré dans ce film : on mixe un certain mépris du storytelling (raconter des histoires? trop ringard...), on le mélange à une fascination un peu creuse pour une cinématographie d'une époque ou d'un pays précis, et on saupoudre d'un zest de vanité (il en faut beaucoup pour réaliser un film aussi auto satisfait, fou de lui-même), et on obtient comme résultat une espèce de version cauchemardesque et interminable d'une publicité pour parfum.

 

Bref, sans intérêt...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pareil que le monsieur du dessus. A ceux qui reprochaient à Drive de ne pas avoir de scénario, n'allez pas voir ce film, parce-que là, c'est pire. 1h30 de plans statiques sur un Ryan Gosling plus mutique que jamais, c'est juste pas possible. Et pourtant, moi aussi, je trouve que les néons au cinoche, ça pèse, mais un semblant de scénario ne m'aurait pas gêné. Sans compter qu'on pige vraiment quedalle aux motivations du personnage principal, ni même celles du flic.

 

Bref, ce film est une coquille bien vide et bien chiante.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Du 100 % Refn, quoi.

Et sa veine hardcore, en l'occurrence, vraiment dans la lignée de Valhalla Rising : sans histoire, sans dialogues, tout pour l'ambiance et quasi-rien pour le reste.

Tellement jusqu'au-boutiste que ça devient difficile d'en dire quoique ce soit.

 

On y sera ou non réceptif selon sa sensibilité, son humeur du moment, son degré d'acceptation de Ryan Gosling...

Je ne suis pas forcément fan mais lui reconnais d'au moins aller au bout de sa démarche et ne pas brosser son public dans le sens du poil (surtout après le succès de Drive).

Même si dans le genre proto-Noé, le dernier Universal Soldier bastonnait quand même un peu plus...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et bah de tous les NWR c'est sûrement le plus WTF pour moi C'est du Winding Refn pur et dur, avec encore moins de dialogue que dans Valhalla Rising et Drive (pour vous dire le niveau) et des éclats de violence qui sortent de nulle part (manque d'histoire, comme dit justement plus haut).

Mais bizarrement j'ai aimé. La musique est bien (même sans Kavinsky ) et Kristin Scott-Thomas envoie du gros. Gosling par contre il sert à rien, le plus intéressant c'est quand même le superflic thaï (en dépit des passages de karaoké ).

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

De loin pas le claquage de beignet

 

Du pur Refn? Ouais. Du pur Refn dernières moutures peut-être, mais sans plus. Bien loin des Pusher, de l'impressionnant Inside Job ou du semi-burlesque Bronson.

 

Plutôt le sentiment d'assister à une projection Wong Kar Lynch sans réelle patte personnelle à l'exception des excès de violence qui dynamisent le tout de manière intéressante.

 

Pour ce qui est de l'absence de scénario, pourquoi pas si le parti pris "univers à part" ou "trip" prend le dessus. Là, la confiance en son objet est nécessaire et la résolution explicite l'est beaucoup moins. Toute tentative d'éclaircissement nuit à l'entreprise.

 

La résolution d'amour haine fils mère, le rejet et les attitudes qui en découlent n'ont rien faire dans un film que l'on veut hypnotique. Elle attache le récit à une trame terre-à-terre décevante.

 

 

Ceci dit, Kristin Scott-Thomas, bien chargée aux amphét', est pour une fois, plus que wouaahhh

 

Et surtout, merci de l'avertissement: faut pas faire chier un flic qui aime le karaoke à Bangkok

 

BO, ouais, c'est pas si mal, mais loin de la claque electro également attendue

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas la claque attendue, mais ça passe bien parce que c'est beau, que ça me fascine, que c'est quand même une merveille de mauvais goût, et que même si Refn se regarde tourner, j'ai malgré tout le sentiment qu'il joue avec les fans de "Drive", un film qu'il avait fait "uniquement pour le fun" selon ses propres dires. "Only God Forgives", c'est un peu sa façon à lui de casser la coolitude de son film précédent. Ce n'est qu'une théorie bien sûr, à vérifier avec son prochain film. Quoi qu'il en soit, ce film bourré de défauts et de trucs agaçants m'a fasciné.

On est donc très loin de "Valhala Rising" qui m'avait totalement laissé sur le carreau au point que j'avais envie de chialer tellement c'était super bien, c'est le genre de truc que j'ai envie de le voir faire: des films de vikings psychotiques muets dans les highlands...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...