Jump to content

Le film qui vous a effrayé


Natale
 Share

Recommended Posts

Quand on est jaune, y a plein de trucs qui font peur et je suis pas sûr que ça me ferait peur maintenant. Par exemple, à un moment j'ai fait plusieurs fois le rêve que je jouais à un jeu sur amstrad qui déclenchait la fin du monde. Je pense que j'ai dû voir le passage et ça a dû m'impressionner. Mais pas sûr. Par contre, je me souviens que 36 15 père noël m'avait vachement fait flipper.

 

Un autre truc qui m'a terrifié, j'étais déjà plus vieux, (10 - 11 ans je pense), c'est dans shadow of the beast sur amiga : je jouais avec l'invulnérabilité, mais dans l'arbre, il y a un monstre qui peut te tuer en un coup qui avance vers toi de manière inexorable, et qui est hyper laid et il me faisait flipper.

 

C'est celui à 3min 50 dans la vidéo.

 

KHU2guYH7Og

(sauf qu'en voyant la vidéo, je me rends compte qu'il va pas jusqu'au mur, mais à l'époque je m'en étais pas rendu compte).

 

Sinon en films récents, j'ai un souvenir fort de la dernière demi-heure de dark-water, et récemment, the woman in black m'a mis une grosse pression (jusqu'au moment où j'ai compris le fonctionnement des effets booh, et après j'avais moins peur).

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 76
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Phantasm 2 m'avait terrifié lors de sa diffusion sur Canal+. Film interrompu pas des parents qui m'avaient aimablement suggérés de me bouger le cul afin de rejoindre mon lit.. (fameuse séance du samedi soir-23h).

Plus récemment : The Grudge au cinéma (version us), Ring (version ninja) ainsi que Insidious.

Link to comment
Share on other sites

 

Mais le film qui m'a le plus fait flipper est un truc pour mômes : Les Sorcières Matté à 6 ou 7 ans. Limite traumatisé à l'époque, je ne voulais plus aller dormir pendant une semaine. Après j'ai su que c'était Nicolas Roeg derrière la caméra et je me demande encore comment on peu être barge au point de confier un film pour enfant au mec qui a fait Don't Look Now

 

Ouiiii ! J'avais le même âge que toi la première fois que je l'ai vu et à certains moments, j'ai vraiment senti l'anxiété me traverser (surtout dans la première moitié du film où on en apprend sur les sorcières, ainsi que la petite histoire de la petite fille coincée dans le tableau, brrrr.... ). Excellent film, que j'aime bien revisionner de temps en temps.

Link to comment
Share on other sites

Les deux réalisateurs l'avaient mentionné en référence à l'époque..

 

Au contraire. Myrick et Sanchez ont toujours dit n'avoir vu Cannibal Holocaust qu'après avoir fait Blair Witch et que ce n'était donc pas une influence du tout.

 

Un peu comme James Wan et Leigh Whannel qui prétendent ne jamais avoir vu "Pâques Man" de Michel Leray avant de faire "Saw".

 

Ben voyons

Link to comment
Share on other sites

La découverte du village par Phillipe Noiret dans Le vieux fusil avec surtout la vision/flash-back avec Romy, mon traumatisme absolu (bah ouais quand même!).

A part ça la découverte assez jeune de L'armée des ombres qui commençait à la télé et mon père m'avait dit de le regarder parce que c'est marrant. Pendant la scène avec Serge Reggiani, j'étais mort de rire. Pour continuer dans la thématique nazis, je crois encore qu'une poignée de films m'avait vraiment marqué sans que je ne puisse mettre un nom dessus. Ces dernières années, ce sont surtout Idi i smotri et Comment se faire virer de l'hosto qui m'ont procuré de rares frissons.

 

Sinon, quelques moments de Blair witch m'ont fait flippé également sans être le cauchemar monstre, pareil pour L'exorciste. La découverte des bandes-annonces très jeune d'Orange mécanique et de Profondo rosso (cet oeil qui sort du noir! Et surtout le meurtre dans la baignoire remplie d'eau chaude) m'avaient bien traumatisés. Et s'il y a une scène qui m'a également traumatisé au point d'être capable d'en reconstituer certains plans de tête une dizaine d'années plus tard, c'était la vision de la fin des diaboliques vers 4-5 ans pendant que ma mère le regardait.

Le plan de la baignoire avec le gars qui sort de l'eau et s'"enlève les yeux" (ce que j'avais en tête à l'époque), un souvenir impérissable.

 

 

Dernièrement, The incident m'a bien mis les boules avec son ambiance claustro et glauque, j'avais l'impression de découvrir pour la première fois un film d'horreur sur une VHS dans mon salon pendant que mes parents sont partis. Et je suis sûr que si j'avais découvert La belle et la bête de Herz tout petit, j'en aurais fait des cauchemars.

Link to comment
Share on other sites

Les deux réalisateurs l'avaient mentionné en référence à l'époque..

 

Au contraire. Myrick et Sanchez ont toujours dit n'avoir vu Cannibal Holocaust qu'après avoir fait Blair Witch et que ce n'était donc pas une influence du tout.

 

Un peu comme James Wan et Leigh Whannel qui prétendent ne jamais avoir vu "Pâques Man" de Michel Leray avant de faire "Saw".

 

Ben voyons

Autant pour moi, je me souviens désormais de cette mauvaise foi Il me semble qu'un des deux,bien plus tard, l'avait cité comme référence malgré tout..

Link to comment
Share on other sites

Les deux réalisateurs l'avaient mentionné en référence à l'époque..

 

Au contraire. Myrick et Sanchez ont toujours dit n'avoir vu Cannibal Holocaust qu'après avoir fait Blair Witch et que ce n'était donc pas une influence du tout.

 

Un peu comme James Wan et Leigh Whannel qui prétendent ne jamais avoir vu "Pâques Man" de Michel Leray avant de faire "Saw".

 

Ben voyons

 

Ceci dit, a-t-on besoin de voir Cannibal Holocaust pour filmer des crétins qui font du camping dans la forêt, se perdent, et jettent leur carte ?

Link to comment
Share on other sites

Je ne sais pas si c'est le fait de regarder de nombreux films d'horreur, mais cela devient très rare qu'un film m'effraie.

J'avais été bien scotché à sa sortie par the descent.

Sinon, si on peut avoir une vision plus large, c'est un téléfilm en 2 parties qui adapte "Ca" de Stephen King qui m'avait franchement effrayé. Je repense encore à ce clown maléfique en train de dire : "Georgie, Georgie."

Link to comment
Share on other sites

Bon ben en bon vieux...

 

Quand j'avais 5-6 ans, j'ai surpris ma mère regardant "La belle et la bête" de Cocteau à la télé. Je n'ai même pas été effrayé, j'ai été traumatisé. Cauchemars incessants, impossible de m'endormir sans me mettre la tête sous les draps et laisser la lumière allumée dans le long couloir qui partait de ma chambre, jusqu'aux enfers probablement. A l'age de 18 ans, j'avais toujours des sueurs froides au sens littéral, rien qu'à l’évocation du film. Je matais des films über-gore mais j'étais totalement et strictement incapable d'ouvrir les yeux devant le film. Ca a changé depuis... Ouf.

 

Au cinéma mes grandes frayeurs ont été :

 

- Evil Dead (vu le jour de sa sortie à Boulogne dans le petit ciné du centre commercial). Tétanisé. Une nana a coté de moi a fait une sorte de crise d'épilepsie. Ambiance.

- Hurlements (vu dans un petit ciné du centre commercial du bas de Rueil, pendant qu'on pensait que mon petit frère allait mourir d'une péritonite dans la clinique d'en face, ça aide pas). La scène de la cabine du sex-shop a été a deux doigt de me faire entrer en thérapie à la Colonie.

- Amityville 2 (vu au 4 temps dans le premier ciné qui existait. Vu en version intégrale (-18 ans, qui a été retirée de l'affiche puis censurée puis ressortie en -13ans une semaine plus tard), avec ma cousine et on avait 15ans J'ai passé la dernière partie du film sous le siège.

- Requiem for a dream (vu a Deauville avec Rob Schmidt), je ne sais pas si on a été effrayé mais on était blafards en sortant et on a parlé de tout sauf du film, surtout des Pixies, et ensuite je me suis bourré la gueule avec Tony Colette sur mes genoux en chantant tous les morceaux de Phantom of the Paradise (ben oui je me la pète ).

- Alien (vu au Capitole à Suresnes, j'avais 12 ans et les mains sur les yeux) je n'ai vu la scène du chest-buster que des années après).

- Demons (vu sur les Champs). Je ne savais pas ce que c'était sauf pour les affiches placardées et le nom de Argento. Tout le concept du début avec Nostradamus m'a foutu une trouille innommable. Le reste du film beaucoup moins, mais quand même.

- Elephant Man (vu sur les Champs, le même jour que "Possession" qui ne m'a pas effrayé mais exerce sur moi la même fascination depuis toute ces années). Parce qu'à l'époque on entrait dans une salle sans avoir vu douze milliards de photos ou de BA. Je ne savait pas à quoi ressemblerait le pépère une fois le sac retiré, je me suis liquéfié sur place avant et pendant la scène de découverte du visage.

- Le Locataire ET Rosemary's Baby

- The Descent. La scène de la nana bloquée en crapahutage qui doit rester calme et essayer de s'en sortir m'a fait l'effet d'un cocktail coke-amphet-MDMA ingérable.

- Les Autres. Hormis la scène du père dans la brume qui vient tout foutre en l'air, ce film m'a mis des sacrées pressions.

- "Candyman". Juste

 

Il y en a d'autres mais je dirais que effectivement, la notion d'effroi est vachement liée aux peurs primales de l'enfance (Francoise Dolto serait d'accord avec ça et pourtant je l'encule profond). J'ai eu la chance, ou pas, de voir plein de trucs "effrayants" très jeune. Du coup ça fait très longtemps que tous les codes de ces peurs primales ne me font plus aucun effet. "Insidious" par exemple, est un film que j'aime bien mais... niveau trouille euh... mouahahahhaaha.

Souvent je regrette ça. Parce que je ne trouve plus cette sensation de vraie flippe qui vient du bide et qui est plus forte que la raison. Déja parce que le cinéma est trop codifié mais aussi parce que c'est impossible, ou presque, de nos jours de rentrer dans une œuvre sans déjà tout savoir à son propos. Je ne dis pas que c'était mieux avant mais c'était en tous cas souvent beaucoup plus mystérieux. Le mystère c'est ce qui fait la force d'un train fantôme même quand les effets sont pitoyablement en plastoque.

Link to comment
Share on other sites

Les deux réalisateurs l'avaient mentionné en référence à l'époque..

 

Au contraire. Myrick et Sanchez ont toujours dit n'avoir vu Cannibal Holocaust qu'après avoir fait Blair Witch et que ce n'était donc pas une influence du tout.

 

Un peu comme James Wan et Leigh Whannel qui prétendent ne jamais avoir vu "Pâques Man" de Michel Leray avant de faire "Saw".

 

Ben voyons

 

sur le cas de paques man, je suis plus partagé.

il est certain que si on analyse froidement les 2, wan aurait tout piqué. mais je ne comprends pas trop par quel hasard du destin ce court-métrage français aurait fait le trajet jusqu'en australie. il a été projeté dans un quelconque festival ? fait l'objet d'une critique dans un magazine ou sur un site local et mis sur emule ?

 

par ailleurs j'avais vu paques man bien des années avant saw lors d'une diffusion sur arte ou paris premiere et lorsque j'ai vu saw, je n'ai pas du tout fait le rapprochement : il a fallu que je le lise sur des forums pour que la ressemblance me frappe.

 

pour cannibal holocaust et blair witch, ça me semble clairement plus tomber sous le sens. ce n'est pas qu'une question de thématique mais aussi de procédé cinématographique. est-ce qu'un jeune réalisateur mettant un bruit de tronçonneuse pendant tout son film pour stresser le spectateur serait crédible à dire "massacre à la quoi? non, jamais entendu parler" ?

Link to comment
Share on other sites

Premières terreurs à la télévision : L'île aux 30 cercueils, série à laquelle je ne comprenais rien car j'étais trop petit mais dont l'ambiance me faisait flipper.

À l'époque du carré blanc, et dans le désordre : L'invasion des Profanateurs (version 78 que je considère comme la meilleure), Poltergeist, Litan, Les oiseaux, Possession, et le pire de tous, celui qui a hanté mes nuits durant des années : La malédiction de la veuve noire !

 

Premières frayeurs cinéma : Dark Crystal, Gremlins, et la séquence avec les cannibales dans La forêt d'émeraude.

Puis, un peu plus tard, Blue Velvet avec un Dennis Hopper imprévisible dont j'appréhendais chaque apparition.

Link to comment
Share on other sites

le cercle infernal

Montclare rendez vous de l'horreur

la goutte d'eau (les trois visages de la peur)

trauma/burnt offerings

les dents de la mer

halloween

l'emprise

phenomena

l'enfant du diable

les griffes de la nuit

les innocents

 

sinon quand j'étais petit j'avais peur de téléchat, Minos dans "peur sur la ville" et la sérié télé "le voyageur" (surtout l'épisode avec Karen Black agressée par un démon)

 

EDIT: J'oubliais un épisode de la série Hammer house of mystery and suspense (les histoires singulières). L'épisode "Child's play" m'avait bien marqué

 

A family awakens to find themselves trapped in their own home, all windows and doors sealed by impenetrable walls. Now they are faced with a bitter sequence of paranormal events forces that have taken over their lives.

 

bon souvenir également!

l'épisode avec le tatouage maléfique aussi, excellent..

Link to comment
Share on other sites

Je garde le souvenir d'un documentaire sur la saga Evil Dead qui tournait (sans doute pour la sortie du 3 ?) sur Canal + au début des 90's. Entre deux interviews, je me suis quand même mangé la scène de resurection de Linda dans le premier film.

Bonne ambiance donc

Link to comment
Share on other sites

et ensuite je me suis bourré la gueule avec Tony Colette sur mes genoux en chantant tous les morceaux de Phantom of the Paradise (ben oui je me la pète ).{/quote]

 

Après ça normalement on peut mourir heureux, non ?

 

Sinon moi ça reste l'Exorciste, vu à 13 ou 14 ans, quand il avait été diffusé sur la 3 à 20h30. Carré blanc, tu parles si j'étais scotché à l'écran. Bon ben tu vas pas dormir pendant une semaine tiens pour la peine

 

N'empêche, quand j'étais petit, à la télé y'avait des films comme 2001, l'Exorciste ou The Thing en prime time, merde

Link to comment
Share on other sites

 Share


×
×
  • Create New...