Jump to content

Inside Llewyn Davis - Joel & Ethan Coen - 2013


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

Hiver 61 à New-York : Ilewyn David est un chanteur folk qui roule sa bosse comme il peut, éternel looser squattant les apparts des uns et des autres. Un chat roux (qui ne lui appartient pas) sur les épaules, il s'agrippe à la moindre chance de percer...

 

Je suis pas un grand amateur du travail des Coen, j'avoue. Pour moi ils représentent exactement le label à très haute échelle, quoiqu'ils fassent. Aujourd'hui je me faisais chier, donc je suis allé voir celui-ci, histoire de comprendre tout le battage autour. Et rebelote

C'est une question d'approche : je me suis pas fais chier, tout le monde est à sa place, c'est beau, et Oscar Isaac (vous l'avez déjà forcément vu, c'est le maquereau de Sucker Punch et le mari malchanceux dans Drive) a la classe même en looser. Big Up pour les scènes musicales, vraiment chouettes.

Pour le reste, ça m'a pas transporté, ça m'a pas non plus fait rire (j'ai l'impression que le public se forçait à rire, ou alors je suis passé à côté...), c'est juste sympa quoi.

Bon et puis le chat pèse il faut l'avouer

 

Pas sûr d'avoir compris la fin

y'a l'allusion à Dylan...mais après ?

 

Donc voilà...

Link to comment
Share on other sites

J'avais la flemme de créer le sujet...

 

Perso, j'adore les premiers films des Coen jusqu'à Fargo inclus.

Après, c'est plus mitigé : comme s'ils avaient commencé à se reposer sur leurs acquis ou n'étaient juste plus parvenu à atteindre la magie que leurs titres dégageaient.

 

Concernant celui-ci, eh ben, c'est un peu pareil.

C'est bien fait, la musique est extra, le casting impérial, y a une certaine ambiance mais, je sais pas, pas grand-chose qui se dégage malgré tout.

Sans m'être vraiment fait chier, j'ai, malgré tout, tout le long attendu que le film finisse enfin par démarrer et, en fait, j'attends encore...

 

Quant à savoir où les frangins veulent bien en venir au final...

Link to comment
Share on other sites

Eh bien tout pareil pour moi, qui pour le coup aime bien passer sur ZB pour me rassurer.

 

Oui sympa, oui un bon capital sympathie pour un chat, mais au même titre que Chabat - voir Les gamins - quand est-ce qu'un charmant minet ne plaît-il pas, oui de belles chansons, oui une ambiance feutrée et une belle photo dans des tons doux - un peu sous-exposée à mon goût -, oui une scène assez Cohen dans la voiture avec John Goodman camé, mais ... la même impression que le public se force un peu à sourire par respect pour les auteurs et que sans vraiment s'ennuyer on se demande où l'on va.

 

Me suis finalement posé la même question que Jeremy

 

l'allusion ? Certains réussissent, d'autres pas. Dureté de notre société bercées de si belles mélodies?

 

 

Bref, sans pancarte, époustouflant mais sans plus.

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

Pour moi, le meilleur film des Coen depuis.... "Fargo". Tout ce qui a été fait entre deux m'a plutôt cassé les bonbons, hormis "Big Lebowski" qui se bonifie avec l'âge et j'avoue une certaine tendresse pour "A Serious Man". Le reste va du passable au médiocre (oui, médiocre... "O Brother" par exemple). Mais là, j'ai adoré de bout en bout, totalement fasciné par ce roi des losers (filmé comme une star de la folk dès qu'il se met à jouer... et on croit dur comme fer en son potentiel), personnage antipathique, égocentrique, putassier et sdf dont le monde semble composé de personnage à la limite de la monstruosité (sauf le chat qui n'est que le ressort au gag le plus prévisible du film). De mon côté, j'ai eu de sincère éclats de rires, notamment lors de la visite chez le père grabataire ou lors de l'enregistrement du potentiel tube "Dear Mr Kennedy". Et puis c'est plastiquement superbe. Donc du bonheur.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...