Jump to content

The Homesman - Tommy Lee Jones - 2014


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

Vieille fille vivant en marge de la société, Mary Bee Cudy est une femme courageuse qui aspire pourtant à une vie de famille paisible...sans succés. Dans le village voisin, trois femmes ont perdu la raison et sont devenu ingérables. Elle se porte volontaire pour les escorter jusque dans l'Iowa, soit à cinq semaines de route. Peu avant son périple, elle sauve un vagabond de la pendaison : en échange, il l'aidera à transporter les trois femmes à travers le désert...

 

Tout simplement

Trois enterrements avait été une grosse surprise pour moi, et là rebelotte, même si j'avoue que j'attendais cette fois un minimum de Jones réalisateur. J'ai beaucoup de mal avec le western classique ou on dira, à l'ancienne : mais avec un sujet aussi fort et original, The Homesman partait déjà gagant...

J'y ai vu sans doute vu le western le plus fascinant, le plus bizarre et le plus rude depuis Les proies (qui n'est pas vraiment un western mais bon...), avec? là encore, un regard captivant sur les relations hommes/femmes. Le perso de Jones apporte beaucoup d'humour, vieux marlou dont les intentions, assez floues quand même, se dessinent coup par coup. Tout le reste du cast est parfait aussi.

Ce qui est frappant, c'est l'absence de concession, déjà présente dans Trois enterrements, ce goût pour le macabre. A ce titre, les flashbacks sur les trois démentes vont très loin dans le sordide et le tragique, avec des séquences qui ont bien plombé la salle (

Mirando Otto qui jette son bébé dans la merde

² on est loin du bel Ouest de John Ford

Beau, amer, terrassant ; et la musique de Beltrami est à tomber.

Link to comment
Share on other sites

Alors, tout le contraire pour moi.

C'est pas que c'est mauvais, juste que j'ai l'ai trouvé sans intérêt.

 

Ca commence pas mal, l'histoire est originale mais ensuite, rien ou presque : Tommy Lee réalise un film "en creux" qui évacue tellement, exprès, tout point d'orgue qu'on finit par croire qu'il manque des scènes.

 

Je n'ai, perso, ressenti aucune intensité et le tout finit par s'installer dans une fadeur polie.

On ne s'ennuie pas vraiment mais on ne peut pas non plus dire que ce soit très palpitant - comme si on attendait toute la projo que le film démarre enfin...

 

A part ça, les images sont magnifiques et Jones sort par instants (un peu) de son habituel emploi de bougon mutique. Mais bon...

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...