Aller au contenu

A Nos Amours - Maurice Pialat - 1983


Jeremie

Messages recommandés

 

Suzanne a quinze ans et passe ses vacances sur la côte d'Azur. Amoureuse d'un garçon, elle couchera avec un autre. De retour à Paris, la vie reprend son cours. Mais un jour, son père quitte la maison. Elle se retrouve avec son frère, un garçon violent et possessif, et sa mère, probablement bipolaire et hystérique. Dehors, elle voit d'autres garçons...

 

Premier Pialat hein. Fallait bien que ça arrive Beaucoup aimé pour ma part. Je suis un peu partagé dans sa manière de gérer les ellipses, parfois violentes. Mais j'aime la tranquillité avec laquelle il filme des choses simples, souvent dures. Les scènes de bagarres familiales sont quand même hallucinantes Et puis bon Bonnaire formidable, Pialat terassant, Besnehard limite creepy...et Cyril Collard un peu plus loin, qui a dû prendre pas mal de leçons pour ses Nuits Fauves. ET THE COLD SONG

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

pour moi.

 

Je préfère encore Nous ne vieillirons pas ensemble avec le monologue ignoble de Jean Yanne et une sublime Marlène Jobert.

 

Mais là, les scènes d'improvisation avec engueulades et claques sont . A noter une dernière scène de repas hallucinante avec règlements de compte camouflés qui est, je crois, le mètre-étalon de l'improvisation.

 

 

Dès lors que le personnage de Pialat disparait, il était prévu qu'il ne revienne jamais.

 

Tous les acteurs autour de la table discutaient tranquillement jusqu'à que Maurice arrive sans prévenir, d'où leurs visages décomposées. Et puis, c'est l'impro à la Pialat à son summum.

 

"Jacques Fieschi (rédacteur en chef de la revue Cinématographe avec le futur producteur Philippe Carcassonne) sera invité sur le tournage de la dernière scène (le repas lors duquel le père revient à la surprise des invités).

Les deux hommes se connaissent depuis Loulou ; Jacques Fieschi avait publié un entretien du cinéaste plutôt déçu par les articles qui accompagnaient cette interview.

Maurice Pialat invite Jacques Fieschi censé alors interpréter le beau-frère de Robert (le fils). Après s'être débarrassé de l'une des actrices de la scène (une grecque Tsilka Theodorou qui fut rapidement renvoyée), c'est finalement la costumière de l'équipe (Valérie Schlumberger) qui prendra le rôle de la femme de Jacques Fieschi. Ce dernier, comme tous les autres acteurs présents autour de la table, ne savait pas du tout que Pialat déciderait en cours de route d'enfiler son imperméable pour réapparaître dans la scène. A la stupéfaction des participants (qui n'avaient que quelques vagues directives de ce qu'ils devaient interpréter ce jour-là), Roger revient et règle ses comptes. Mais à travers Roger qui "règle ses comptes" vis-à-vis de son fils et de sa belle-famille (le clan Fieschi), c'est Maurice Pialat qui vient en fait régler ses comptes avec le cinéma et indirectement avec Claude Berri et Jacques Fieschi. Roger-Pialat commence à attaquer son fils Robert et lui dire sa déception de le voir écrire ce qu'il écrit actuellement alors qu'il avait un véritable talent ; ainsi, il faut comprendre que c'est Pialat qui s'adresse ici indirectement à son ancien ami Claude Berri (proche de Jean-Pierre Rassam) dont le parcours cinématographique est loin à l'époque (à l'époque de Jean de Florette et de Manon des sources) d'enchanter Pialat. Enfin, Jacques Fieschi subira aussi les assauts verbaux de Pialat qui lui remémorera ses anciens écrits au sujet de son précédent film."

 

http://www.maurice-pialat.net/bio32.htm

 

Je ne sais plus pour quelle raison, mais la claque et gueulante de la part d'Evelyne Ker, qui joue son épouse, qui s'en suit ne tient même plus de l'impro. C'est vraiment Ker qui craque contre Pialat.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je l'avais vu au ciné avec une spécialiste de Pialat qui nous expliqué toutes les raisons après la séance, vu qu'on était quasi tous étonnés du gros malaise des acteurs lors du retour de Maurice. Quelle grande classe que de rentrer dans le lard de cette façon pour régler des comptes.

 

Vivement que Kechiche s'écrive un second rôle pour son prochain film, qu'il en profite aussi.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×
×
  • Créer...