Jump to content

The World of Kanako - Tetsuya Nakashima - 2014


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

Akikazu est un ancien flic sur la pente raide : violent, alcoolique, ordurier. Un beau tableau.

Un jour, son ex femme l'appelle et lui demande de retrouver sa fille Kanako, qui a disparu mystérieusement. Et Akikazu va bien sûr découvrir qu'elle n'était plus une gentille fille depuis longtemps...

 

C'était le film de clôture de l'étrange festoche et bizarrement je m'attendais à un espèce de thriller mainstream. Aucune idée pourquoi. Et c'est tout le contraire

Le début est assez magnifique : des scènes sans liens qui s’enchaînent, un cri de haine, une déclaration d'amour, Noël, et du sang, beaucoup. Puis avec l'arrivée du générique tarantinesque, on se dit qu'il y a déjà un problème...

Il faut donc imaginer une variation de Hardcore façon Park Chan-Wook/Sono Sion, c'est à dire avec un tourbillon de vengeance très sale, des personnages hystériques, de la torture, du viol d'adolescent, un croisement entre le sacré et l'ultra-violence, de la musique classique...ça va vraiment très loin, et le montage réussit à plonger le spectateur dans un puzzle certes agressif mais cohérent.

Le gros soucis, c'est que ça tape tellement dans la complaisance que ça finit par lasser. Et dieu que c'est long putain...tous les perso sont immondes ou détraqués, le héros en premier. Le real ne sait jamais s'il doit le détester ou l'iconiser...sauf qu'on parle d'un mec degeu qui passe tout le film à frapper les femmes et à les violer. Misogynie à la petite semaine quand tu nous tiens...

Bref, ça commence bien et puis ça devient lourd, très lourd, et c'est dommage.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...