Jump to content

San Andreas - Brad Peyton, 2015


Kerozene
 Share

Recommended Posts

  • 5 months later...

Et ben c'était pas mal pour un film catastrophe. Pas vraiment de temps morts, effets au top (le moteur physique et les rendus de particules ont certainement acheté dans le vide grenier de Roland Emmerich, mais y'a quelques plans vraiment sympas), Dwayne Johnson a plus la carrure du héros que John Cusack, donc ça blaste bien, au niveau de l'action y'a pas trop de facepalm, c'est à la limite du prévisible à chaque fois, mais y'a toujours un truc un twist un peu fun qui t'attend au final), par contre les dialogues sont indigents, c'est cheesy à fond les ballons, même les punch lines de Dwayne sont trop

(le truc avec le terrain de baseball, je crois qu'ils ont vraiment créé une sequence d'action juste pour une punch line au bout)

. C'est limite si j'ai crû à un moment qu'il allait se poser sur The Rock à Alcatraz, juste pour le gag, vu que ça se passe à San Fransisco.

 

Pour compléter le tout, le réalisateur a eu bon goût de mettre Alexandria Daddario sans sous-tif pendant tout le film, elle est envoutante; et puis y'a Kylie Minogue qui s'appelle Mme Riddick dans un caméo bitchy de 45 secondes

où elle finit de la même manière que dans Holy Motors et dans Dr. Who

, et Paul Giamatti dont c'est l'élément de filmo le plus honteux depuis The Hangover II, mais ça fait toujours plaisir de voire sa bouille.

Link to comment
Share on other sites

Ouais ça se regarde. J'avais pas vu de film catastrophe en salles depuis des années, j'ai eu envie de tenter le coup. C'est bien entendu ultra prévisible de A à Z, too much de tous les côtés, improbable, tiré par les cheveux, et The Rock pourrait limite t’empêcher un immeuble de s'écrouler avec une boite d'allumettes s'il a que ça sous la main, mais l'ensemble fait le boulot. On évite trop de temps mort et de scènes de remplissage (et tant mieux, parce que celles présentes n'y vont pas avec le dos de la cuillère !!) et on se laisse gentiment porter par le truc qui remplit son contrat divertissement du samedi soir. Vraiment pas plus non plus hein, faut pas déconner, mais une fois tous les 36 du mois quand c'est l'été, pourquoi pas !

 

Et Alexandra Daddario est

Link to comment
Share on other sites

Comme Steve et DPG.

Par contre ils ont en plus rien à foutre de la subtilité maintenant, la scène finale ultra patriotique est hardcore à regarder, moi ça m'a fait marrer.

Je trouve aussi qu'il manque d'un final plus percutant qu'un sauvetage à la con surtout après ce qu'on a eu avant.

 

Quand à Alexandra, ok elle est sympa à regarder mais elle ressemble trop à Jonah Hill

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

Comme les affreux avant moi: des dialogues indigents (putain le récit de la cellule familiale qui se ressoude à coup "je suis désolé chéri - non c'est moi" alors que la croûte terrestre s'effondre sous leurs pieds sans que cela semble les étonner le moins du monde, je pensais pas qu'on pouvait nous ressortir des trucs pareils dans un actioner en 2015), mais des SFX hallucinants et des plans de destructions accompagnés d'infrabasses ultra lourdes - en particulier lors de la scène du barrage. Passons la scène d'ouverture très pompier (c'est le cas de le dire) et qui pue sévère, le reste est toujours bien tendu même si prévisible. Ca ne manque jamais de rajouter des couches façon "tu pensais que c'était terminé? Et bien pense encore!". Daddario en a deux très beaux (je parle de ses yeux), tout le casting ressemble à Michel Blanc dès qu'il a un plan en commun avec Dwayne Johnson, et Kylie Minogue ferait mieux de se prendre en main avant de ressembler à un pneu.

Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...

Un bon gros film catastrophe ricain comme il y a 20 ans, prévisible de bout en bout, qui aurait pu (aurait du ?) sortir coincé quelque part entre Deep Impact et Volcano.

 

Premier degré et dépourvu de cynisme, San Andreas fini toutefois par avoir les défauts de ses qualités, quelques scènes paraissant désormais affreusement datées (The Rock qui reprend espoir en contemplant le drapeau américain... ). Je ne parle pas de la morale finale étrange, inhérente à ce genre de film, voulant que rien ne vaut un bon tremblement de terre et des milliers de morts pour résoudre une crise conjugale...

 

Une poignée de plans laissent également entendre que les Américains ne se sont toujours pas remis du 11 septembre (comment leur en vouloir ?).

 

Reste un film efficace qui doit finalement beaucoup à son casting. On ne boude pas son plaisir à voir The Rock conduire tout les véhicules possibles pour sauver Alexandra Dadario en débardeur.

 

Bref, sympa. Surtout à cause du Rock et de Dadario, mais sympa.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...