Jump to content

Amazonia, la jungle blanche - Ruggero Déodato (1985)


Dragonball
 Share

Recommended Posts

"Inferno in diretta"

 

 

 

 

 

L'enquéte d'une jeune femme sur un trafique de drogue la menne jusqu'au fin fond de la jugnle tropicale hostiles ou sévissent des indigènes hostiles, un gourou psychopathes (Rychard Lynch) et son homme de main patibulaire (Michael Berryman).

 

 

Ruggéro Déodato renoue denouveau, 5 ans après "Cannibale holocaust", avec un film ayant pour cadre la jungle et tout ses dangers, mais malheureusement avec cette fois ci beaucoup moins de maestria.

En effet, "Inferno in diretta" ("Cut and run", "Amazonia, la jungle blanche") s'avère assez léger niveau action et même les scènes gores ne sont pas spécialement impréssionnantes, même en version uncut.

 

Si c'est toujours un plaisir de voir Rychard Lynch et Michael Berryman dans un film, ceux ci n'ont malheureusement pas des roles très importants. De plus, le film n'évite pas certaines fautes de gout assez impardonnable Spoiler ( Michael Berryman meurt vraiment comme une merde !").

 

Reste quelques bonnes scènes comme l'assault de Michael Berryman dans un camp de traficants de drogue au début du film et quelques scènes gores par si par là (Dont un mec coupé en 2 si mes souvenirs sont bons). Mais bon, rien de transcandant non plus.

 

L'ambiance générale du film reste sympa, mais bon, Déodato aurait pu faire un film beaucoup plus nerveux.

 

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Titre français : "Amazonia la jungle blanche". En effet, Michael Berryman et Richard Lynch sont assez sous-exploités. Mais le film reste bien sympa tout de même, bien qu'il eût pu être, c'est vrai, plus punchy. Pour les connaisseurs, le mec qui se fait charcler en deux, c'est John Steiner.

Link to comment
Share on other sites

  • 8 months later...

Je l'ai vu aujourd'hui.

 

"Cut & Run" est pour moi une excellente série B bien rythmée avec tout ce qu'il faut : de l'action, du gore, des nichons, un viol, un pimp, de la coke et Michael Berryman.

 

On peut toujours déplorer un petite baisse de régime en seconde partie de métrage et un final assez ridicule, mais le résultat reste très efficace.

 

"Fuck her ! Fuck her until she screams !"

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...
  • 4 years later...
 Share

×
×
  • Create New...