Jump to content

The Captive - Atom Egoyan - 2014


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

Matthew, Tina et leur fille mènent une vie de famille tranquille. Un jour, la petite Cassie disparaît : le temps d'acheter une tarte et paf, plus rien, plus personne, plus de traces.

Huit ans plus tard, des indices laissent entendre que Cassie n'est pas morte, mais prisonnière, quelque part. L'affaire est relancée...

 

À croire qu'on va avoir son petit thriller de "disparus" par an maintenant

Conspué à Cannes, le nouveau film d'Atom Egoyan, qui n'excite plus personne depuis longtemps, sort en catimini. Le résultat est, en tout cas, loin d'être une catastrophe, et se révèle bien plus intéressant que ces dernières oeuvres. Mais il faudra peut-être repasser pour l'originalité : tout le film ressemble ni plus ni moins qu'à une variation de Prisoners. Cependant très loin de l'esbouffre de Villeneuve ou de Fincher, Egoyan explose son récit assez habilement comme au temps d'Exotica, donnant l'occasion au spectateur de reconstituer un puzzle petit à petit. C'est lent mais très prenant, avec quelques scènes qui donnent envie d'arracher son fauteuil. Tout ce qui tourne autour du réseau pédophile est vraiment très inquiétant, avec des séquences qui bifurquent totalement vers le thriller paranoïaque.

 

Le seul gros soucis, c'est Kevin Durand, qui en fait des kilos en caricature du pédophile du dimanche (petite moustache, grimace de rat et manière bizarre) et qui sort le film de la sobriété voulue. Et la fin, après une bonne séquence de poursuite, bâcle tout l'air de rien

le sort de Rosario Dawnson complètement balancé aux orties

. Bon c'est quand même pas mal du tout.

Link to comment
Share on other sites

Un peu moins convaincu... L'ambiance est plutôt réussie, prenante, énigmatique... On se laisse prendre au récit, la construction sur plusieurs époques fonctionne pas mal, on se demande où tout ça va aller. Malheureusement, la conclusion est quand même ultra décevante, vraiment pas à la hauteur des attentes qui ont précédé en tout cas.. Et puis la moitié des persos sont quand même ultra antipathiques, entre la mère à baffer, et surtout le flic, absolument détestable d'un bout à l'autre, ça fait bp pour se prendre au récit. Reste Ryan Reynolds, très bien, seule humanité dans ce lot de froideur. Et puis y a quand même plusieurs pas trop cohérent je trouve dans "l'enquête", mais bon, c'est pas le plus grave... Enfin voilà, très mitigé, des belles promesses, une chouette ambiance, mais le tout ne tient pas vraiment la durée, et finit par s'effondrer comme un château de cartes...

Link to comment
Share on other sites

Pour anecdote, le film a été remonté pour l'exploitation cinéma suite à de mauvaises réactions Cannoises. Et ça touche visiblement la fin (ce qui expliquerait le côté bâclé). Et on m'a dit que cela concernait aussi un monologue assez important (et vraisemblablement dérangeant) du personnage de Rosario Dawson

durant son enlèvement

.

Dommage

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...