Jump to content

The Smell of Us - Larry Clark - 2013


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

On pensait que Clark s'était assaggi, s'était barré. Son projet de Peter Pan trash est tombé dans l'oubli. Personne n'a vu son dernier film. Bref, mal barré.

Et puis il s'est sans doute dit qu'on n'était jamais bien servi par soi-même alors il nous refait un Ken Park à Paris, suivant les skaters du Palais de Tokyo dans leur quotidien chatoyant : baise, défonce, vandalisme...comme d'hab donc.

 

C'est quand même un film de vieux dégueulasse Clark délaisse son perso féminin (qui est triste parce que personne l'a tire) et passe son temps à filmer ses acteurs au niveau des poils pubiens avec beaucoup de complaisance. Parmi eux, le fils de Eva "La madolescenza" Ionesco prend bien le relais de sa mère. Sympa la famille

 

Contrairement à Ken Park, qui se passait dans des maisons faussement sages, on a droit ici à un Paris sans fards, avec comme fil rouge une tripotée d'ado se lançant dans la prostitution. Ce qui donne à Clark l'occasion de filmer des corps fatigués, crasses (dont le sien, puisqu'il joue un clodo dégueulasse). Mais sans l'arc dramatique d'un Bully ou la pointe d'hédonisme de Ken Park, le film finit par se bouffer la queue et ne proposer que sa dégueulasserie. En témoigne une scène chez un fétichiste des pieds qui est sans doute ce qu'on a fait de plus dégueulasse depuis longtemps (même Lars Von Trier n'avait pas osé avec sa Nympho ). Et ça finit par devenir vain et antipathique...

Grand moment quand même : la déglinguée Dominique Frot qui s'offre une scène en roue libre, dans une scène complètement flippante et hilarante où elle essaye de se taper son fils

Link to comment
Share on other sites

Laisse quand même un peu de surprise… Maintenant, je vais penser à Frot tout la semaine , projection programmée pour vendredi prochain. Du poil dans la bande annonce, mais pas de pieds.

 

PS: effectivement pas de pieds chez Lars. Question de prothèses plus difficiles à trouver que des bites belle droites garnies d'une unique veine à faire pâlir un hyperréaliste et des foufounes bien peignées???

Link to comment
Share on other sites

Pour l'anecdote, c'est Gaspar Noé qui devait jouer le fetichiste...mais Clark a finalement pris un "spécialiste".

 

Le fils de Ionesco (qui s'est barré du tournage) a quand même donné une interview des Inrocks et ça confirme que Clark est loin d'être un mec clair

http://www.lesinrocks.com/2015/01/18/cinema/lukas-ionesco-je-ne-serai-jamais-un-des-kids-de-larry-clark-11547802/

Link to comment
Share on other sites

Très intéressant interview, merci. Qui fait apparaître que tout ça un peu plus loin que jeune et vieux pervers, notamment dans la répétition du schéma familial. Lukas fils de Eva, elle-même fille de Irina, photographe dite scandaleuse et membre du mouvement Cobra.

Reste, il est vrai que les ados et enfants embarqués dans ses diverses entreprises ne sont pas partie prenante des choix de leur mentor respectif. Seul point qui mérite d'être mis en discussion.

 

Pour les pieds, après vision, on est très loin de l'aseptisation de l'image de Lars. Moches pieds comme diraient Les Beaux Gosses, mais très bien vu de la part Clark, qui visiblement connaît bien les soucis de l'hygiène adolescente.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...