Aller au contenu

Inherent Vice - Paul Thomas Anderson - 2014


Messages recommandés

 

Détective privé et hippie enfumé, Doc Sportello voit un jour son ex surgir dans son salon pour l'aiguiller sur une étrange affaire concernant un magna de l'immobilier. Le dit bonhomme disparaît, elle aussi. Et puis après débrouillez vous.

 

Le cinéma hollywoodien de ce début d'année me déprime complètement. Foxcatcher, Birdman et puis maintenant le nouveau Anderson...je suis pas un fan du bonhomme, mais je crois bien que c'est son plus mauvais film, et de loin. 2h30 de personnages bizarres qui se tortillent dans l'espoir d'être drôles (et ils le sont pas...même si le "Moto Pancaku" de Brolin risque de devenir culte), avec une enquête ramassée, une très belle photographie (35/70 mm powa), une reconstitution soignée qui ne dit rien de plus de l'époque des seventies...et puis c'est long, mon dieu que c'est long.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu l'as dit Jeremie: comme c'est long.

 

M'était laissé aller pour Paul Thomas Anderson dont certains films sont tout de même marquants, pour divers points de vue.

 

Une tentative de placer une énigme type polar américain bien tordu dans le monde hippie de la fin des sixties? Ai pas trop compris l'entreprise. Toujours est-il que cela ne fonctionne pas. Le rire parfois gêné du public aux quelques tentatives de décalages humoristiques en disait long.

 

Ajoutons à cela le sentiment que personne ne doit faire de l'ombre à la star caméléon: aucun personnage n'a de réel caractère et tous font un peu sous-quelque chose. Que l'ensemble fait fauché et que Franco n'aurait pas renié certains tours de passe-passe, notamment celui de la goélette de la mafia asiatique qui va et qui vient à trois cent mètres des côtes. A se demander si les heureux possesseurs savent qu'ils ont participé au dernier Anderson.

Modifié par Invité
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas mieux que mes camarades au dessus. Rien à rajouter. J'ai beaucoup aimé la reconstitution des seventies, les persos, l'ambiance... Mais c'est inutilement long et confus et on regarde fréquemment sa montre au bout d'une heure trente.

 

Pas "nul", ça serait injuste de l'achever de la sorte, mais définitivement oubliable. Dommage.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 month later...

J'ai trouvé ça super bien!! Un film aux allures de n'importe quoi qui s'avère finalement très limpide une fois les effluves toxiques éludées. Contradictoirement, ce sont ces mêmes effluves qui rende le film si attachant. L'expérience est fascinante, on la vit comme une espèce de drôle de descente d'acid soft, avec ses malaises et ses moments marrants qui fluctuent entre l'absurde et le dramatique.

Je suis finalement assez sidéré par ce qu'Anderson parvient à mettre sur pied depuis quelques années. "The Master" était pas mal mais pas assez acerbe à mon goût, cependant il était assez osé dans son genre, mais "Inherent Vide", allié à un truc aussi peu vendeur que "There Will Be Blood", autrement dit des films qui peuvent être qualifiés du gros mot "d'auteur" et qui bouffent chacun 25mio de dollars de prods rarement accordé à des sujets finalement marginaux, font carrément plaisir en ces temps de disettes scénaristiques. D'autant plus que l'argent n'est pas majoritairement investit dans le casting (du moins je ne pense pas, malgré les quelques "poids-lourds" à l'affiche), mais bien dans la production elle-même (décors, costumes, etc... et pas des trucs sur fonds bleus/verts on s'entend).

Ceci dit, beaucoup de spectateurs ne sont pas restés jusqu'à la fin du film.

Me fais-je une fausse joie?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 8 months later...

Vu en Blu-ray et au vu des réactions, je me demande si le film n'est pas meilleur chez soi, où on peut faire une pause comme lorsqu'on lit un livre, puisque j'ai beaucoup aimé.

 

Pour ce que j'ai lu du livre (jusqu'au début de la deuxième intrigue impliquant le saxophoniste), le film est très fidèle au roman, et reproduit bien le style de Pynchon, multipliant des intrigues qui sont à la fois liées et pas liées, avançant plus par rhizome que par suite logique, même si à la fin tout est relativement logique.

 

Comme dans les polars de Chandler, l'intrigue est l'occasion de montrer à quel point la société est en train de changer sous le regard d'un détective désabusé. C'est un peu une tarte à la crème, mais de ce point de vue, j'imagine que le film est un peu Le privé de Paul Thomas Anderson.

 

C'est un film dans lequel je me suis bien senti, super beau visuellement, super bien joué, super gif animable, super musique, et en plus je suis amoureux de la voix de Joanna Newsom.

 

Le côté un peu spécial du film fait que ce n'est certainement pas le genre de film que l'on a envie de se revoir tous les week-ends, mais je suis vraiment content de l'avoir vu.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 years later...
  • 1 month later...

J'ai commencé, j'ai dû arrêter au bout de 40 minutes pour faire autre chose.

J'hésite sérieusement à reprendre. Je suis allé voir vos commentaires pour me donner du courage mais ça m'aide pas trop

Le sentiment de voir un mauvais bis de big lebowski/las vegas parano qui n'arrive pas à être drôle.

Mais j'en ai peut-être juste pas vu assez ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...