Jump to content

Haute tension - alexandre aja - 2003


Basculo Cui Cui
 Share

Recommended Posts

je préfère l'affiche française !

 

Pour le film, j'adore c'est un survival gore, prenant et bien tendu au ciné je savais pas vraiment ce que c'était et j'ai pris une bonne baffe !

 

Cécile de France m'a épaté elle est vraiment dans son personnage et Nahon est imposant !

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

Revu ce soir au cinéma en tchéquie. Décidemment j'arrête pas de lui redonner sa chance à ce film. Bon, ça passe de mieux en mieux, j'en viens même à vraiment adorer, même si c'est pas exempt de défauts. Ce que je vais reprocher ad vitam aeternam au film je pense, c'est de ne pas pouvoir se suffir à une vision sans que l'on ait l'impression qu'on nous a mené en bateau et déçu. Le seul moyen de donner une logique à l'histoire passe par lui donner beaucoup d'excuses qui ne me semblent pas forcément avoir été pensées et repensées par les créateurs. Mais c'est vrai qu'à force, on peut trouver tout un tas de significations qui atténuent le sentiment un peu lourd éprouvé lors du twist.

 

Jolie affiche tchèque :

 

(j'avoue que c'était la merde pour prendre mon ticket )

Link to comment
Share on other sites

Moui, plutôt déçue par une 2è vision... Pourtant, j'avais arrêté à 12 minutes de la fin mais quand on la connaît, ça gâche dès le départ. Et quel dommage mais quel dommage, parce que le reste est tellement jouissif.

 

Sinon, bravo pour l'affiche US méga spoiler... Elle reprend peut-être une image connue du film mais justement, une image n'est que ça alors que l'affiche est censée représenter le film un minimum. Et là, c'est un peu trop ambigu à mon goût.

Link to comment
Share on other sites

Assez mitigé quant à ce film. Le problème majeur est son absence totale de suspens du notamment à l'absence de victime potentielle. Cécile de France se retrouve très vite seule face au tueur et pour que le film dure 1H30 on se doute bien qu'elle ne va pas se faire dézinguer au bout de 20 minutes...

Link to comment
Share on other sites

Spolier:

 

Un traitement fidèle à la conclusion du film : si l'héroïne tue par frustration sexuelle, c'est cette même frustration sexuelle qui assaille le spectateur.

Pourquoi le film de genre français est-il devenu aussi asexué??

Pour croiser un quart de téton, il faut remonter à "promenons nous dans les bois...)

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

SPOILER DE LA FIN au cas où...

 

 

Interviewé dans Uncut #18, Aja dit que dans l'idée de départ, le twist de la fin aurait dû juste se composer d'un psy qui entre dans la pièce où se trouve Marie pour lui passer la vidéo de la station service. Ils l'ont pas gardé parce qu'ils pensaient que ce n'était pas approprié du tout.

 

Ben j'aurais préféré ça à la version finale.

Link to comment
Share on other sites

Moi, la fin que j'aurais préférée, c'est celle du roman de Koontz, volé par Alexandre Aja: je ne vais pas vous la raconter en détail, mais en gros, la fille apprend par hasard, alors qu'elle est dans le camion du tueur, que ce dernier séquestre une très jeune fille dans son repaire. Bien qu'elle ait assisté à la mort des pompistes dans la station-service, elle décide alors de remonter dans le camion, dont une cache abrite - ce n'est pas dans le film d'Aja, çà - le cadavre mutilé d'un jeune auto-stoppeur assassiné par le même psycho-killer. Elle parvient à se dissimuler dans le camion jusqu'à ce que le tueur arrive dans son repaire, une maison isolée, gardée par des chiens qui sont de véritables tueurs, dressés à attaquer. Alors que le tueur est rentré chez lui, elle sort du camion en profitant de ce que les chiens sont à l'autre bout de la propriété, et trouve un moyen de s'introduire dans la cave de la maison, où elle se met à la recherche de la jeune prisonnière du fou furieux...

Pour la suite, vous avez:

- soit le livre de Dean R. Koontz, "Intensité", chez Presses Pocket

- soit le superbe téléfilm américano/canadien, plusieurs fois passé à la télé en France, "Dean Koontz's Intensity" ("Intensité" chez nous, comme le livre), bien plus impressionnant que le film d'Aja, qui est comme le supplice du pal ("qui commence bien, mais qui finit mal"...)

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

je l'ai enfin vu et j'ai a peu près le meme avis que tout le monde. Un film réussit qui peche par une fin un peu Z ou quelques defauts mineurs.

Cependant le meilleur "film de genre français actuel", pour moi en tous cas, reste toujours Nid de Guêpes.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Je dois bien être le dernier à l'avoir vu ici...Et bien, je pensais pas que je ressentirais de nouveau une vive angoisse lors de la vision d'un film. C'est vrai que ma sensibilité s'est accrue depuis mon "p'tit" accident, mais n'empêche que pour moi, c'est probablement le film le plus violent qui m'est été donné de voir, ni plus, ni moins. Et ce n'est pas vraiment au niveau gore, mais plus les situations qui s'enchaînent une à la suite de l'autre en quasi "real time" sans moment de repos.

Musique, les angles, le montage..une réalisation qui m'a jeté à la renverse.

 

Ok, la fin; tout a été dit et je suis du même avis que tout le monde.

En tout cas, chapeau, je n'aurais pas cru ressentir à nouveau un grand malaise devant un film.

Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...
  • 2 weeks later...

Hop, in the poket. Merci Jerry Lewis pour le tuyau

 

Pour mon avis très personnel sur ce film, si vous pensez que la fin est décevante alors moi aussi je pense que la fin est décevante.

 

Plus sérieusement, ça reflète la tendance malheureuse qui veut qu'un bon film ait un retournement de situation dans les 10 dernières minutes. Genre le retournement qui te fait voir le film sous un tout autre angle à la seconde vision. Sauf que dans la plupart des cas, il ne faut pas une seconde vision pour repérer les incohérences. Dans ce cas précis, il me semble que c'est notre copain Besson qui a insisté pour qu'il y ait ce plot-twist à deux balles. C'est vraiment un raisonnement de producteur bas du front de penser que le spectateur moyen va dire "woah génial ce film! quelle fin surprenante!". Comme si un film linéaire ne pouvait pas être un bon film...

 

J'ai adoré Haute Tension pour son ambiance étouffante et l'interprétation de Cécile de France à tomber par terre. J'ai aussi apprécié qu'elle se rebife et qu'elle lui en mette plein les dents. Le passage représenté sur l'affiche americaine justement était franchement jouissif. Mare des filles qui crie avant de se laisser crever! Pour ça, je ne suis pas trop d'accord avec tromatoxic. C'est un survival, donc c'est bien de voir la pépé essayer de survivre. Forcément, on se doute qu'elle ne va poas crever, mais c'est l'idée du genre.

 

A+

-IS-

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
  • 2 years later...

On sent vraiment le film bricolé mais au vu du résultat, c'est tout simplement

La première scène où Nahon se fait sucer par une tête coupée est mais bon à la place d'Aja, je l'aurais coupée carrément même s'il a bien voulu planter son personnage.

Le doublage est à chier par contre surtout dans la première scène entre les 2 filles dans la voiture

Le père et le petit gamin sont quand même trés mauvais mais à part ces détails...

Grand moment de stress aussi dans les chiottes de la station service qui m'a fait penser à Spinell dans Maniac.

La zique de Eudes contribue à 50% de la réussite de l'ensemble.

Link to comment
Share on other sites

Assez surestimé quand même, inégal, mais attachant...

Pas toujours bien joué, pas très cohérent, semi-ruiné par son twist à la con et surtout assez inefficace en ce qui me concerne à la revoyure.

Mais ça relève quand même la sauce face à toute la flopée de Bee Movies alors dans l'air du temps et le cadre rural y est très bien exploité. Et puis bon les effets gore de Rossi

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...