Aller au contenu

Un Français - Diastème (2015)


Messages recommandés

Avec ses copains, Braguette, Grand-Guy, Marvin, Marco cogne les Arabes et colle les affiches de l'extrême droite. Jusqu'au moment où il sent que, malgré lui, toute cette haine l'abandonne. Mais comment se débarrasser de la violence, de la colère, de la bêtise qu'on a en soi ?C'est le parcours d'un salaud qui va tenter de devenir quelqu'un de bien.

 

LloZ9Uq8pgE

 

Une sorte d'American History X à la française, en mieux j'espère ? Le film fait débat avant sa sortie, puisqu'il semble que le nombre de salles souhaitant le diffuser fond comme neige au soleil.

http://www.lesinrocks.com/2015/05/26/cinema/un-francais-le-film-qui-fait-peur-50-avant-premieres-annulees-11750091/

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...

C'est ni franchement raté, ni vraiment réussi. Le film m'a dans un premier temps séduit, évitant de tomber dans pas mal de pièges que l'on pouvait craindre. Ça évite "globalement" d'être trop manichéen, pas mal de petits "à côté" sont traités plutôt justement (le ralliement politique, les concessions, les contradictions, les différents milieux sociaux). On a le parcours qu'on s'attend à avoir, mais l'évolution du perso ne se fait pas trop à la truelle, on nous évite le gros cas de conscience pour un virage à 180°, on a juste un mec qui grandit, qui vieillit, qui voit ses potes d'enfance prendre plein de chemins différents, et qui petit à petit, se lasse d'un univers, et commence à chercher sa propre voie, même si pour ça il doit partir dans une autre direction... Sur ce plan là, le film s'en sort plutôt bien et ouvre pas mal de pistes de réflexions qui vont bien au delà du simple milieu des skins. La peinture m'a semblé correcte. Je vais pas dire que je connais ça sur le bout des doigts, mais j'ai trouvé que c'était pas trop too much, alors que j'avais des craintes sur ça... Et c'est assez violent, quand ça charcle, ça y va franchement !

Après, c'est pas non plus à se rouler par terre. Le film se perd un peu en cours de route, ça lance plusieurs pistes qui sont un peu laissées de côté en cours de route (le perso du pharmacien, le rapport avec sa fille, ...). Ça veut peut être trop en dire, mais ça semble un peu brouillon. Y a aussi quelques sauts dans le temps qui sont "moyennement gérés", et quelques passages qui semblent plaqués un peu artificiellement sur le récit (la Coupe du monde 98 par exemple)... La conclusion me semble un peu à l'ouest aussi, avec des rapprochements un peu limites (manif pour tous / anciens fachos)...

 

Enfin voilà, bilan mitigé, des vraies qualités, mais des défauts aussi. A voir pour se faire une idée, c'est quand même plutôt positif, avec un cast qui s'en sort bien, et de vraies envies de cinéma, pas toujours maitrisées, mais plutôt sincères et pas trop démagos.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vu il y a un mois grâce à ma chérie qui a aimé, et pour une fois, on est d'accord (note : son réalisateur français fétiche est Christophe Honoré, et j'ai subi ses Métamorphoses il y a un an), et non, ça se ne ressemble pas du tout à American History X. En gros : http://blog.culture31.com/2015/05/28/un-francais-film-de-diasteme/

Interview du réalisateur : http://blog.culture31.com/2015/05/28/rencontre-avec-diasteme/

 

L'éclair de génie reste tout de même au directeur de casting pour avoir choisi un mec qui s'appelle Lenoir pour jouer un skin.

 

PS : Elle dit que le pharmacien est ... ah désolé, elle a dû partir.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une bonne surprise pour ma part. C'est en effet moins démago qu'un American History X, et parfois carrément plus violent (pour tout dire, c'est même gore et je m'y attendais pas ). Le style est percutant, c'est fluide, sans être trop démonstratif. Les rapprochements de la dernière partie m'ont paru tout à fait pertinent au contraire de DPG : ce côté arbre qui cache la forêt, y'a de ça pour moi dans les manifs qu'on s'est tapé (et le GUD en a clairement profité quand même). Et ça donne envie de se barrer de la France aussi

 

Les ellipses de la deuxième partie sont parfois un peu brutales : le basculement du personnage principal est plus suggéré qu'autre chose, de même que le rapport avec le fameux pharmacien. C'est pas toujours très clair, et ça sent ptet les raccourcis au montage. Un détail à la con par contre :

il réussit quand même à faire venir sa meuf, grosse blonde raciste du 16ème, en Guadeloupe j'y crois pas trop mais bon...

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, ça, j'ai trouvé que ça sortait un peu de nulle part la Guadeloupe, tu comprends pas pourquoi ils y sont, comment, vacances, boulot, si c'est long, tout ça... Alors que c'est un gros point de rupture... C'est bizarrement géré !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai trouvé ça nul et gentillement chiant.

 

Y a des truc un peu cheapos comme la reconstitution des années 80 (genre il est dans un vieux bus de la RATP mais dans la rue on croise que des voitures de 2015) voir certains plans (le passage au cimetière avec la pluie au premier plan et les arrières plans tout sec)

 

C'est surement dur de juger un film la dessus mais pour que je le remarque c'est que ca doit vraiment etre marquant (ou bien je me faisais tellement chier que je bloquais sur ce qu'ils se passaient en arrière plan)

 

Et j'ai trouvé les skins vraiment gentil dans leur "cruauté", je préfère me refaire un Romper Stomper

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...