[[Template core/front/global/favico is throwing an error. This theme may be out of date. Run the support tool in the AdminCP to restore the default theme.]] Aller au contenu

The Strangers / Goksung - Na Hong-Jin - 2016


Messages recommandés

 

Goksung est un petit village coréen à priori tranquille. Jong-Su est un policier menant une vie de famille banale, jusqu'à ce matin où une affaire de meurtre sauvage touche une des maisonnettes...et il ne s'agira bien évidemment, pas de la dernière...

 

Annoncé comme la bombe coréenne cannoise (avec son comparse Train to Busan), Goksung a dû en effet bien secouer les festivaliers, sans compter qu'on avait tendance à trouver le cinéma du matin calme de plus en plus endolori ces derniers temps. Pour ma part, et même si j'ai trouvé ça très divertissant, je suis pas loin du

 

Si vous trouvez les films coréens trop longs (vous savez, les 20 minutes en trop là ? ), vous allez être servi : le film fait presque 3h mais il faut avouer que le résultat est palpitant, avec toujours le mélange de grotesque, d'hystérie, d'ultra-violence, de poésie (peut-être un peu moins dans le cas présent) et d'humour méchant. Mais ce qui est le plus surprenant, c'est que le film réussit quelque chose en commun avec The Witch : il a tout pour faire du thriller psychologique déguisé, et au contraire il assume totalement son argument fantastique. Ceux qui s'attendaient à Memories of Murder ou à Seven à la campagne vont un peu chier dans leur pantaloons

 

Le seul regret, c'est que si le film slalome très habilement entre les ruptures de tons et les genres (la scène avec

le zombie, on se croirait presque en plein film d'horreur HK

, si le scénario est un beau mindfuck (avec beaucoup de choses pas clair dont on reparlera je suppose) et que la réalisation emporte tout, les éléments abordés sont finalement

très rattachés aux modes actuelles : film de possession, de contaminés, de zombies

j'aurais aimé voir des choses un peu plus neuves. Bon après le traitement est bien mastoc quand même et confirme que le film de genre est clairement en plein réveil cette année. Et c'est pas rien.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...

 

Je ne dévoilerai en rien l'intrigue et vous dirai de vous contenter de l'affiche, et de découvrir le reste par vous même. Pour le reste, quel film, ça m'a bien mis sur le séant. Le film dure 2h40 (il n'a jamais su faire court) mais passe comme une lettre à la poste, c'est passionnant de bout en bout, rythmé, surprenant, d'une beauté incomparable (plus beau film de 2016, à l'aise, et pourtant y'avait de la concurrence cette année) et d'une pression implacable. On reconnait bien là la patte de ses deux précédents films: pas de place pour l'espoir. C'est ultra étouffant de bout en bout, totalement désespéré. Directement dans mon top ciné 2016 aux côtés de Green Room et du Garçon et la bête.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mais ce qui est le plus surprenant, c'est que le film réussit quelque chose en commun avec The Witch : il a tout pour faire du thriller psychologique déguisé, et au contraire il assume totalement son argument fantastique.

 

Ben justement, j'ai pas trouvé. The Witch affirme le cadre fantastique d'emblée, ce qui permet de lire les différents niveaux assez clairement dans le développement du film. The Stangers au contraire m'a donné l'impression de vouloir jouer sur les deux tableaux - de façon assez opportuniste me semble-t-il - et du coup ça ne marche pas.

Alors que The Witch est un vrai film fantastique dans lequel on peut lire des commentaires sur les thèmes abordés, je vois The Strangers comme un film bordélique qui, à force de vouloir bouffer à tous les rateliers, finit par être inoffensif.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai trouvé ça insupportable.

 

Interminable, hystérique, surjoué, incohérent et inutilement alambiqué... Et je préfère

ne pas évoquer le grotesque de la fin, sous peine de m'énerver...

 

Le ciné de genre coréen dans ce qu'il peut avoir de pire. Sans compter que je ne comprends pas, au final, où le réal veut au juste en venir.

 

Et faudra vraiment m'expliquer pourquoi tout le monde se branle dessus (au sens figuré, j'espère) depuis Cannes...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est marrant car j'ai adoré ce film mais je comprends ton point de vue. Suivant comment on ressent le film. Perso j'ai senti mon coeur battre au rythme de la dernière partie. Quel stress... sur du vide

 

Mais je peux comprendre qu'on déteste le film ...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 month later...

Ah oui, en effet, je me suis pris une belle claque. Je suis allé voir le film sans trop savoir de quoi ça parlait, je pensais que c'était un thriller avec serial killer dans le genre de Memories of murder. D'ailleurs au début c'est un peu ça puis ça glisse progressivement et je me suis fais happer. À la fin j'étais vraiment sous pression, je suis sorti de la salle un peu sonné, ça faisait longtemps que ça ne m'était pas arrivé.

Et qu'est-ce que c'est beau.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 year later...

C'est en effet très beau et clairement c'est la grosse force du film. Le récit s'étire pour nous égarer avec une certaine virtuosité dans l'art de l'improbable... plus le film avance, plus il nous perds, c'est une sensation de spectateur que j'adore surtout qu'ici ca reste intriguant de bout en bout... on sent une grosse volonté de ne jamais rentrer dans les cases, et à l'arrivée le film est effectivement gentiment inclassable.

Belle découverte.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...