Jump to content

Ouija : Les origines - Mike Flanagan - 2016


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

Je sens que plus je vais y penser, moins je vais aimer

 

1967 : dans sa petite maison de L.A, Alice Zender tente d’élever comme elle peut ses deux filles après la mort de son mari. Elle propose alors des séances spiritismes (bidon) à qui veut entendre si des défunts proches ont encore des choses à leur dire. Inspirée par l'idée de sa fille la plus agée, Alice introduit une planche de Ouija dans ses séances, faisant naître un véritable don pour Doris, la plus petite. Et bien sûr, ça dérape...

 

Je n'ai jamais vu le premier Ouija et je pense pas corriger ça. Ce qui m'a conduit dans une salle pour voir cette préquelle (pas besoin - je suppose - de voir le précédent donc), c'est le nom de Flanagan. Un bonhomme un peu surestimé à mon goût, mais qui a au moins la décence de signer les Blumeries les plus regardables du marché (d'ailleurs, surprise, le film a bel et bien été distribué dans les UGC cette fois ). Soin de la mise en scène, des personnages, peu (voire pas) de jump-scares débiles...il faut dire en effet que ça se tient. Hélas, dès que le film met un peu pied dans le possession flick, avec gamine grimaçante et trauma neuneu

mais bien sûr, l'annexe d'un medecin nazi dans la cave

, ça se plante généreusement. Bref, c'est assez typique de son real...

 

EDIT : Le film a été tourné en numérique mais de nombreux défauts de pellicule sont visibles ça et là durant certaines scènes. Mignon mais assez naïf.

Link to comment
Share on other sites

  • 8 months later...

C'est débile et c'est mauvais. Et symptomatique de ce "nouveau cinéma d'épouvante", petits rejetons du cinéma de James Wan, sous-Conjuring, qui est déjà du sous-produit à mes yeux.

 

En fait c'est assez malin parce qu'à force, Blumhouse nous sert de la chiasse et ça fait passer les Conjuring (la vraie franchise qui rapporte des brouzoufs et qui compte je pense à leurs yeux) pour des chef d'oeuvres du coup il se crée une attente, autour de ces Ouija, Annabelle et consorts qui ne méritent en fait que le mépris du fan d'épouvante.

Link to comment
Share on other sites

  • 7 months later...

Clairement une montée en gamme comparée au totalement merdique premier opus. Bon casting, exercice de forme sympathique, un début qui rappelle Amityville 3...ça n'est pas le grand frisson certes, mais un petit film de hantise plutôt soigné à l'esprit old school surprenant. C'est déjà pas mal du tout si on replace le film dans son contexte de bâton merdeux.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 years later...

Choppé à 1€ ds un NOZ, j'y ai jeté un oeil because Flanagan. Ca se mate gentiment pour une petite soirée d'hiver sans prise de tête, ni plus ni moins. Tout est assez convenu mais correctement emballé. On se prend pas la tête, j'aurais sans doute tout oublié dans une semaine, mais c'était pas déplaisant. Le bas du panier de Flanagan qd même mais pas honteux.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...