Aller au contenu

It comes at night - Trey Edward Shults - 2017


Messages recommandés

 

Au fin fond des bois, une famille tente de survivre à un curieux mal qui semble avoir touché l'état entier, et peut-être même le monde...

 

Attention, arnaque !

Pas de Cannes (ni d'Hallucinations Collectives ) pour le second film de Shults, donc le Krisha a apparemment bonne réputation. Là on se retrouve avec un film d'épouvante vendu presque comme le nouveau It Follows, et même en essayant d'en savoir le moins possible...ben ça n'a pas marché.

En fait le film débute et on comprend d'emblée, et sans ambiguïté, qu'il s'agit encore d'un putain de film de virus. Un virus qui fait rien, ou en fait on sait pas trop, à part tuer les gens et les rendre moches. Donc déjà, c'est un peu mort...

C'est très bien filmé/éclairé mais gâché par une envie permanente de foutre la pression à coup de plans chelous, de jumpscares, de scènes de cauchemars à deux balles...ça se prend pour Kubrick et Lynch, mais ça ne fonctionne jamais. Le cast est bon et l'ambiance rappelle parfois The last of us, mais il n'empêche qu'il ne se passe rien. Beaucoup de non-dits et d'éléments non résolus pour faire genre : ça se termine en mode "finalement entre l'homme et le virus, c'est quand même l'homme le plus dangereux", comme si on le savait pas depuis 215456321021 films environ. Bref, ça dit rien, ça sert pas à grand chose, c'est assez prétentieux et ça sort en salles en Juin.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une arnaque aussi finaudement moisie que Get Out. Je confirme.

Mais... C'est comme avec hanouna ou les trucs qui affolent avant même d'être vus, tant qu'il y aura des gens pour bouser ce genre de buzz, et inversement, pourquoi s'arrêter en si bon chemin ?

Ce qui me terrifie le plus dans ce film c'est que l'abruti qui a fait ça a l'air très sérieux et sincère.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 month later...

C'est pas terrible en effet. Pas affreux non plus hein, c'est pas trop long, ça se regarde, c'est correctement emballé. Mais alors que c'est creux ! En effet, il ne se passe RIEN ou presque d'un bout à l'autre, et les persos sont tous plus lourdingues les uns que les autres... Pris un par un, il y a quelques trucs pas mal, mais tout ça ne mène à rien, sinon une espèce de fin ouverte en queue de poisson et des morales déjà vues cent fois... Pas antipathique, mais sans grand intérêt qd même....

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 months later...
  • 4 months later...

Nul de bout en bout, faut pas exagérer. Shults parvient à créer des scènes de tension avec pas grand chose est c'est franchement pas mal torché. Le problème est que ça ne mène strictement à rien. Déception, mais pas déplaisant pour autant.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 months later...

Contrairement au Jane Doe Identity (The Autopsy of Jane Doe) que j'ai vu juste avant, celui-ci pète vraiment plus haut que son cul. Alors oui, le réalisateur pond des jolis plans, crée une certaines tension. Mais tout ça, on l'a déjà vu 100 fois avant. Pas forcément mieux, mais ça n'a rien à dire à part répéter que l'enfer c'est les autres. Merci, ça fait un siècle qu'on le sait.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...