Jump to content

Call me by your name - Luca Guadagnino - 2017


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

1983 au nord de l'Italie. Elio passe son été dans la villa familiale, entouré de ses parents et de nombreux invités. Parmi eux, Oliver, un étudiant américain venu aider le père d'Elio dans ses recherches. Le garçon de 17 ans se retrouve alors séduit par le jeune homme, qui semble pourtant l'ignorer...

 

Un mois de Février tout de même chargé en "hits", dont ce Call Me by your name, dont l'exploitation française a été repoussée au maximum jusqu'au ridicule (beaucoup se plaignent de connaître le film par coeur sans l'avoir vu ). Grosse hype aussi, plutôt démesurée, alors que le précédent film de Guadagnino a été presque lynché en place publique (l'excellent Bigger Splash). Les festivals ricains, ça aide...

Enorme attente donc pour ma part, et une première vision déçu il y a quelques mois de ça : je trouvais que Guadagnino laissait tomber totalement son style baroque, son érotisme fiévreux pour un film plus doux, plus attractif, sans remous. Plein de petites choses qui me gênait. Je n'attendais pas vraiment à ça et ça n'a pas pris du tout.

Revu hier soir, et après avoir lu le livre d'origine, avoir sans doute aussi mieux cerné Guadagnino (qui pensait fort à Pialat et Bertolucci : et ça ne loupe pas, on est en plein dedans) et mettre la hype de côté, je suis tombé sous le charme de la chose. Une Italie de rêve (où on entend les Psychedelic Furs et Words de FR David, ça aide ) dont on ne voudrait jamais sortir, un acteur principal incroyable, un dernier tiers qui vous arrache le coeur, un vrai talent pour filmer les rapprochements et les effluves de désir...

Par -5°, ça fait du bien

Link to comment
Share on other sites

C'était pas mal. J'ai bien aimé l'ambiance, l'atmosphère estivale un peu morne de cette bourgeoisie italo-franco-américaine teintée de hits 80's. Ça m'a fait penser dans sa première moitié à un mix (réussi) entre "L'effrontée" et "Le jardin des Finzi Contini". La suite s'oriente plus sur le parcours d'Elio, sa découverte de lui-même. Ça fonctionne aussi, c'est fait assez finement, c'est plutôt touchant et l'acteur est vraiment top, mais ça m'a parfois paru un peu longuet aussi je dois dire... Reste qd même un paquet de beaux moments, jusqu'au final, et une vraie patte du réal pour maintenir son ambiance d'un bout à l'autre avec brio. Une belle découverte ! FR David rules !

Link to comment
Share on other sites

  • 3 years later...

Bon, je me suis fait chier.
J'etais curieux de voir ce film qui avait conquis les ayants droits de Suspiria pour filer le remake a Gaganigno.
Putain la douche froide. On dirait un chabrol de la fin, gros telefilm france 3. A part le plan sequence ou Chalamerde avoue son crush, et le plan final pour bien frimer "vous avez vu mon plan", rien d'inspire!
C'est looooong.
Je prefere largement Beaute Volee de Bertolucci, au moins on s'en prend plein les mirettes!
Tout ca pour ca!

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...