Aller au contenu

Suspiria (remake) - Luca Guadagnino (2018)


Messages recommandés

Je dirais qu'ils ont déjà évité le premier piège, qui aurait été de repomper l'esthétique de l'original. Qui est quand même un gros trip visuel & sensoriel et rien d'autre (j'adore le film hein).

 

Mais là, on est pas chez Argento, va falloir raconter une histoire pour de vrai, et c'est là que ça va se jouer

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sur FB, j'ai vu passer en commentaire : "ambiance samedi soir à la Gare de Melun"

Sinon ça me botte bien : Guadagnino est un très bon real et il est assez malin pour ne pas refaire la même chose, le climat malsain évoquant plutôt Roeg ou Fulci. Tout à fait prêt pour la chose.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est vrai qu'on peut quand même se réjouir, ça ressemble déjà pas à un film de James Wan ou un de ses rejetons. Et puis ça me fait penser à des trucs comme Ne vous retournez pas, une atmosphère quoi...quelques plans dérangeants. Et le réalisateur est un rital, il sait qu'il doit être digne de Papa Argento.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 4 weeks later...
  • 1 month later...
  • 1 month later...

C'était très bien

Comme prévu, le film est un contre pied total du Argento, avec un univers hyper réaliste (la reconstitution de Berlin est ouf), des sorcières démystifiées, zéro relent giallesque, une sous-intrigue très mélancolique, une durée inhabituelle (2h30 avec 6 chapitres et un épilogue !)...mais faut pas non plus se leurrer, c'est pas du gentil fantastique vaporeux du dimanche soir A Venise, on a comparé le film à Mother et y'a de ça : pas dans le sujet ou le traitement, mais dans le fait qu'on se demande vraiment parfois comment Guadagnino a pu valider certaines scènes. A ce titre, le final ressemble à la rencontre entre Pina Bausch et Olaf Ittenbach tout ce qu'avait loupé Mother of Tears en fait.

 

Bon maintenant je veux Inferno

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 month later...

J'ai même vu des gens citer Uwe Boll...et ça colle aussi

Aussi bordélique et indigeste soit-il, je suis assez surpris de voir le film se faire autant défoncer...à côté, un truc aussi clivant et naze que High Life est super bien accueilli...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 weeks later...
  • 1 month later...

Vu!

Bon je m'attendais a detester et au final c'est passe pas trop mal, bien que franchement il y a 30min de trop (et je ne crains pas les films longs).

Je pensais voir un truc beaucoup plus radical, et au final, a part les 2 ou 3 scènes gores (surtout celles de la fin ou on distingue rien du tout), c'est juste un drame/thriller, type 70', vite fait a la Roeg.

J'aime bien comme le real met de la vie avec ses figurants, ou par des touches mélancoliques. Mais la lumiere flottante ou des persos a la testud, ...

Je pense que personne ne se souviendra de ce film dans 10ans.

 

Par contre, quelle idee de merde de faire jouer le vieux par Tilsa machin. 80% des scenes du perso, cela me sortait du film. D'ailleurs, palme dort du perso qui sert a rien

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je pense que personne ne se souviendra de ce film dans 10ans.

 

Dans 2 semaines tu veux dire.

 

J'ai eu l'impression d'assister à une expo d'art moderne au milieu d'un dépôt vente Emmaüs. Le genre d'expo ou une abrutie accroche ses tampons usagés au plafond au nom de "l'art".

 

La direction artistique est irrespirable, chaque plan semble sorti d'un catalogue Ikea édition spéciale hipster dépressif. Tout ce qui peut illustrer la glauquitude soviétique 70's est vomi à la tronche du spectateur, du sol au plafond jusqu'à la nausée. Le contexte est tout aussi subtilement amené (tu le sens mon mur de Berlin connard) et inutile (les références à la bande à Baader). Passer du baroque exalté d'Argento à ça, bof non.

 

La musique, quelle musique? Les dialogues, les scènes de danse, le final aux CGI pourris, tout est grotesque et prétentieux mais plutôt façon Gille Béhat en pas drôle que Zulawski. Putain c'était long en plus. J'aurais mieux fait de regarder Dancing Machine.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vu mais de façon un peu particulière.

C'était au festival de Sitges donc en VO avec Sous-Titres Espagnol.

Du coup les 45min du film en allemand j'ai rien compris.

Mais pour le reste 100% d'accord avec toi (je sauverais juste le montage en parallèle de la dance/contorsion qui est assez démente)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 4 months later...

Je m'attendais au pire au vu de vos retours, et j'ai énormément accroché. Le montage et l'image façon Derrick m'ont un peu gêné au début, mais une fois que l'on se fait aux partis-pris esthétiques, c'est super. Etant donné la présence d'Ingrid Caven, je me suis demandé si l'esthétique faisait référence à Fassbinder, mais je ne sais pas.

 

C'est un film qui part dans une direction opposée à Argento, d'un point de vue esthétique, thématique, en mettant plus en avant la danse, en plaçant le film à Berlin plutôt qu'à Fribourg, en changeant radicalement la fin (d'ailleurs honnêtement j'avoue que j'ai pas tout compris, à part que si on est pas dans l'ambiance, le final peut très mal passer).

 

Y a des images qui m'ont impressionné, une ambiance pesante et belle. J'ai du mal à argumenter, car je n'ai pas encore trop digéré le truc, mais enfin je suis du côté des pour.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 7 months later...

J'ai trouvé ça assez ouf, perso. Je partage certaines des critiques, ouais y'a un côté poseur, mais la façon dont il va à fond dans l'imagerie cabalistique, la cohabitation entre la danse & les rituels, certains plans sont des tableaux tirés de Bosch ou de Bacon, c'est assez hallucinant.

 

C'est casse gueule, ça touche pas toujours juste, y'a des fautes de goûts totales (les effets de ralentis "à la Peter Jackson", au secours) mais y'a un côté radical / dans ta gueule qui m'a fait vraiment plaisir.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...