Aller au contenu

Prospect - Zeek Earl, Chris Caldwell - 2018


Messages recommandés

 

F96wbQ698Z0

 

 

Un père et sa fille, prospecteurs de minerais rares, font une halte sur une planète luxuriante mais étrange pour faire une récolte.

Rien ne va se passer comme prévu.

 

Bon, je ne crée pas souvent des topics, aussi bien par fainéantise que par manque de films intéressants.

Mais la, comme je sens que tout le monde va passer a cote de cet ofni, je me sors les doigts.

 

J'en attendais pas grand chose, suite au trailer qui en montre trop, mais je me suis fais cueillir en 10min par le climas étrange, la mélancolie constante (perso, gros blues même y repensant), la beauté hallucinante de cette flore mais aussi la tension continue de cette planète sauvage.

Vrai film de genre, lent mais pas chiant du tout, western spatial cruel, aux acteurs qui trouent le derche, est pour ma part une vraie perle, modeste mais originale et rare.

Un peu comme Moon, mais sans le cote petit malin.

 

https://www.slashfilm.com/prospect-review/

Modifié par Invité
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci d'avoir efface mon doublon

Peut être que je me suis un peu enflammé, mais c'est surtout que j'en attendais rien de rien, et que j'ai été bluffé par le soin visuel, et surtout j'ai été touché (ce qui nous arrive pas si souvent, malheureusement, non? ).

Et ca me fait grave chier que le film patisse de son titre a la con, et de son manque d'exposition.

 

en bonus, le making of, tres sympa (ca spoile un peu hein) :

3x0QG3X8A7w

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 year later...

MAIS NON JE SUIS AVEC TOI !

Ça m'a fait du bien de voir un film de SF à l'ancienne qui ne se prend pas la tête dans la métaphysique des trous noirs de leur cul.

Comme Nicklezob, j'ai kiffé le coté retro sf plein de petits détails insignifiant mais tellement important pour poser une ambiance de film.

Et cette fin, faut pas me dire que c'est pas un peu Z, bis, chelou 70's/80's comme on aime. Le gars en rose dans sa boite, les perles gluantes, les nomades creepy, etc... Sophie Thatcher et son air perdu mi Hermione mi toxico solidifie encore plus le film.

Et ça ne dure qu'1h40.

J'échange Ad Astra, Interstellar, Gravity, Premier Contact et tous les prochains films spatiaux chiant contre celui là sans hésiter.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 10 months later...

Comme c'est encore tout récent et fort appréciable, me permet de le remettre sous le feu de l'actualité ZB.

 

Tout séduit, comme un mioche, par la simplicité des décors et arrangements de l'intérieur du vaisseau, ai vraiment été déconcerté par cette même simplicité extrême lors du début de l'aventure hors du vaisseau. Le style empruntant au rétrofuturisme - un fusil à un coup alors qu'on débarque seul d'une autre planète, les arrivées d'oxygène par tuyau d'arrosage empruntant au scaphandrier de Jules Verne, ... - insuffle un fort caractère à la mise en scène; les héros qui n'en sont pas vraiment également. Et dés lors le récit file à une allure dingue, le charme a totalement agi. 

 

Bref, très recommandable pour son caractère très personnel.

 

PS: je n'irai comme Benj à "l'échanger contre les autres films de l'espace à venir et venus" d'un style plus conventionnel, mais à en attendre plus d'un comme ce Prospect vraiment nécessaire à ce genre tant apprécié.

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...