Aller au contenu

Millenium : Ce qui ne me tue pas - Fede Alvarez - 2018


Messages recommandés

Titre original : the girl in the spider's web

 

 

aXHDcA6RQ94

 

Millenium – Ce qui ne me tue pas – Fede Alvarez

 

Un film qui déchaîne les passions

 

Dans cette quatrième aventure, Lisbeth Salander rompt sa routine de punition de maris violents en partant à la recherche d’un programme capable de manipuler les armes nucléaires à travers le globe. Cela n’ira pas sans mal bien sûr, notamment car sa sœur est de la partie et qu’elle lui en veut pas mal.

 

Quelle aventure que ce Ce qui ne me tue pas. Pas rassuré par le semi-succès du remake américain réalisé par David Fincher, Sony a beaucoup hésité avant de décider de sauter les parties 2 et 3 pour aller directement au premier roman de la trilogie écrite par David Lagenkrantz, successeur controversé de Stig Larson. Cela aurait pu être l’occasion de faire revenir Noomi Rapace, sauf que non, puisque Claire Foy devient le 3ème visage de la hackeuse punko-gothique. 3ème interprète aussi pour Mikael Blomqvist, pour un personnage qui a la particularité de rajeunir de film en film.

La conséquence est que, si comme moi vous n’avez vu que le premier film suédois et lu que le premier livre en vous disant qu’Hollywood allait finir par adapter le 2 et le 3 avec plus de moyens, et bien c’est raté, et vous voilà un peu perdu devant les histoires de famille de Liseth Salander.

Cela n’a pas non plus une très grande importance, puisqu’hormis une introduction dans la lignée du premier film, ce film a peu de rapport avec le reste. Le livre de Lagerkrantz était déjà dans une veine plus efficace et moins tournée vers la question des droits des femmes que les premiers livres, le film en rajoute en action en introduisant un péril nucléaire tout droit sorti d’un Tom Clancy. Mikaël Blomqvist y joue d’ailleurs un rôle de figurant au profit d’un Lisbeth Salander devenue le croisement de James Bond et du héros du jeu Watchdogs. Lisbeth est capable de pirater tout et n’importe quoi, de disparaître comme Batman, de battre au corps à corps des mercenaires, ou même d’échapper à des explosions avec une technique que ne renierait pas le Indiana Jones du crâne de crystal.

Résultat, c’est gentiment n’importe quoi, et l’on n’est à cent mille lieu de l’ambiance glauque du premier film. Le film est même étonnamment prude, mettant Lisbeth Salander régulièrement pratiquement nue mais de manière très pudique, ou filmant des fusillades avec un minimum de sang. L’interprétation de Claire Foy est aussi très lisse comparé à Noomi Rapace ou même Rooney Mara. La mise en scène de Fede Alvarez est très agréable avec de vrais efforts de cadre et de couleur mais, faute de vrai suspens, de personnages poussés, de glauque ou même de thématique sociale, le film n’est pas très intéressant. On en sort avec une impression de gâchis, un peu comme le bonhomme de neige de Tomas Alfredson, lui aussi très beau en vain.

 

La morale de cette histoire : en voulant rendre le film plus accessible en réduisant le glauque et en augmentant l’action, Sony a obtenu un bide mémorable : 150 000 entrées France et 14 millions de dollar aux Etats-Unis.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On a l’impression devant ce film de voir un direct to video d'un titre connu. Tout est au rabais. L'actrice n'a aucune classe, l'histoire on s'en fout etc etc ... comme un film qui aurait du finir sur Netflix mais qui termine au cinéma. On est loin de la classe du David Fincher.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...