Aller au contenu

Les rivières pourpres - Matthieu Kassovitz - 2000


Messages recommandés

spacer.png

 

 

Par hasard je me suis retrouvé à lire le livre de Grangé, qui est ma foi est un petit page turner macabre assez sympa, et je me suis dis que je n'avais jamais vu le film. En réalité, je n'avais jamais vu ni le trailer, ni aucune image jusqu'à maintenant..ce qui me paraît assez curieux pour un gros budget français datant de 2000. Je suppose aussi qu'il avait assez bien marché (bon par contre pas de soucis, je connais bien les moines ninjas du 2 😁)

 

On démarche un inspecteur de police dans la région de Grenoble, où l'on vient de découvrir le corps d'un homme encastré à flanc de montagne. Tout concorde à croire qu'il s'agit d'un meurtre rituel...

 

Bref, le petit post Seven made in France, puisqu'il en fallait bien un (le film de Fincher avait déjà cinq ans à l'époque). Passé le très beau et très morbide générique de début sur une super zik de Coulais (avec un cadavre boulotté en gros plan par des vers), Kassovitz laisse tomber l'introduction très musclée du bouquin, qu'on aurait pourtant bien imaginé intéressé grandement le réalisateur (Niémans était se lançait à la poursuite d'un hooligan psychopathe qui finissait défiguré par un cheval !!). Je suppose que ça n'apportait pas grand chose au reste...

Le film va plus vite, zappe un peu l'ambiance lugubre (excepté au détour d'un ou deux plans), mais surtout abandonne pas mal de fausses pistes tordues. En déplaçant un échange assez capital, la clef du récit devient évidente très vite. Déjà que l'identité du tueur n'est pas difficile à deviner chez Granger...

Il y avait ce personnage de flic arabe très intéressant, dont tout le monde a peur puisqu'on le prend pour un dealer...mais on lui a préféré Cassel, dans un perso légèrement rebelle mais beaucoup moins intéressant. Je comprends du coup un peu mieux certains reproches qu'on lui a fait durant sa mise en boîte durant les Césars. La scène du combat avec les skins est un peu gênante, comme s'il fallait mettre impérativement une scène de combat au beau milieu du film (et qui ne sert à rien of course). Marrant de se dire que son père apparaît à l'écran sans qu'on les fasse rencontrer ou qu'on s'amuse de leur ressemblance...

Dominique Sanda en nonne des ténèbres c'est une super idée, mais à l'écran ça ne fonctionne pas. On aperçoit aussi Laurent Laffite à 20 berges, en mode Jean Edouard.

Du coup le bidule se suit mais malgré son look très cinéma, mais on est sur une paresse générale proche d'un téléfilm. La dernière partie est une catastrophe de tous les instants avec SPOILERS sa jumelle maléfique très très méchante FIN DU SPOILERS

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Faut se remettre dans le contexte de la sortie ou on avait droit qu'un 1 ou 2 films de genre frenchies par an! (pas par mois).

A l'époque, a part la scène de baston HS (dont Kasso a toujours dit qu'elle existait juste pour le faire marrer), on était déjà bien content d'avoir un film qui ne ressemble pas a une merde de TF1 :D

Le commentaire audio du dvd et le making of sont supers, très francs et marrants!
je crois que la scène d'intro coutait trop chère de mémoire.

Depuis on peut voir que la situation est quand même un peu meilleure pour les reals (même si ca reste un parcours de guerre).

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...