Aller au contenu

Green Book - Peter Farrelly (2018)


Messages recommandés

 0818764.jpg

Citation

En 1962, alors que règne la ségrégation, Tony Lip, un videur italo-américain du Bronx, est engagé pour conduire et protéger le Dr Don Shirley, un pianiste noir de renommée mondiale, lors d'une tournée de concerts. Durant leur périple de Manhattan jusqu'au Sud profond, ils doivent se confronter aux humiliations, perceptions et persécutions, tout en devant trouver des établissements accueillant les personnes de couleurs.

 

Bon la polémique "white savior" du film je ne trouve pas qu'elle soit justifiée, là pour moi c'est plumet le noir qui a aidé le blanc. Et encore si il s'agit de cela. Parce que finalement il ne raconte pas grand chose de profond non plus. Ce truc de "je grandis dans ma tête à cause de l'autre", premièrement c'est faisandé et de deux c'est pas non plus l’épiphanie dans la tête du Viggo.

Après le gimmick du bouquin vert c'était vraiment pour donner un titre au film.

Mahershala est correct sans plus. Mais c'est parce qu'en face il y a Viggo qui éclate tout, j'ai eu des doutes au début quand j'ai vu qu'il jouait un italo-américain et puis finalement il excelle.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'avais pas trop aimé au premier visionnage. C'était cousu de fil blanc, on sentait l'histoire  "vraie" tordue pour bien rentrer dans les clous actuels. 

En le revoyant l'autre jour, j'ai plus senti le côté feel-good du truc, malgré le contexte, avec le personnage du chauffeur qui est toujours d'humeur égale, que rien ne semble atteindre. Et puis, il faut dire que Viggo tue quand même. C'est vraiment le meilleur.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...