Jump to content

The Empty Man - David Prior (2020)


Léo
 Share

Recommended Posts

Posted (edited)

spacer.png

 

Un ancien policier est détruit par la mort violente de sa femme et de son fils. Pendant qu'il mène une enquête sur la disparition de la fille d'une amie, il découvre peu à peu une présence sinistre qui rôde autour de lui, une entité qui l'entraîne aux limites de la folie.

 

Adaptation du comics du même nom que je n'ai pas lu, tournée en 2017, et restée près de trois ans au placard suite à des projections tests catastrophiques et le rachat de la Fox par Disney.

 

Entre temps, Prior remonte son bébé et y intègre des scènes supplémentaires. La sortie salle initialement prévue en août de l'année dernière est repoussée pour cause de pandémie mondiale. Finalement, la Fox se décide à balancer le film à la réouverture des cinémas US, fin octobre 2020, avec une promo quasi inexistante. Dans ces conditions là, le bide est assuré et The Empty Man termine sa carrière à un peu plus de 4 millions de recettes mondiales.

 

C'est dispo depuis quelques semaines sur Disney+ qui ne savait sans doute pas trop quoi en foutre et l'a balancé discrètement sur sa chaîne "adulte" Star. Il faut dire aussi que le produit n'est pas facile à vendre avec son réal/scénariste/monteur méconnu et pas tout jeune qui signe son premier long (Prior était jusqu'à présent un réal de making of classieux) et son casting de seconds couteaux absolument pas bankable.

 

Ce qui est intéressant, c'est que The Empty Man divise énormément : belle coquille vide qui ne raconte rien, trop long et incompréhensible, bonne série b sous-estimé voir même chef d'oeuvre incompris... Ce sont globalement les avis qu'ont trouvent sur IMDB et autre Rotten Tomatoes. Mais en tout cas, le film se taille peu à peu une réputation d'oeuvre maudite à (re)découvrir moins d'un an après sa sortie.

 

Pour ma part j'ai trouvé le film imparfait et inégal mais dans l'ensemble ça a bien fonctionné sur moi. On ne sait pas trop où ça mène, c'est à mi-chemin entre le conte urbain à la Candyman, le thriller surnaturel, du Barker, du Lovecraft, avec des persos volontairement peu développés et mal dans leurs peaux. L'ambiance y est lugubre, dépressive, rugueuse... C'est renforcé par une photo triste et froide et un score très sombre signé Christopher Young et Lustmord. Pas de jumpscares faciles et la violence graphique y est réduite au strict minimum. Prior emballe tout ça efficacement, sa mise en scène est sobre et carrée avec quelques très beaux plans et il se permet même des zooms à la Fulci dans l'excellent prologue !😁

 

Bref, On est sur de l'horreur mature et ça déconne pas. Plutôt couillu pour un film de studio. 

 

Le soucis c'est qu'on échappe pas non plus aux bon gros clichés hollywoodiens avec son flic veuf et alcoolo, sa bande d'ados kikoo dark et ses adorateurs d'une secte de taré. On a même droit à la petite recherche Google sur fond de musique inquiétante. Du vu et archi-revu. Le final de "petit malin" est une belle déception également et je l'ai trouvé tellement facile et convenu que je l'avais pas vu venir. Bon et puis 2H17, c'est quand même excessivement long même si le film est dense. une grosse vingtaine de minutes en moins aurait rendu tout ça plus digeste.

 

N'empêche que ça fait quand même plaisir en 2021 une série B horrifique de studio, avec un budget décent et qui ne prends pas son spectateur pour un con. Je valide. Par contre je crois qu'on peut se brosser pour une éventuelle sortie BR...😔

Edited by Léo
Link to comment
Share on other sites

La fameuse intro, malgré un tas de fonds verts dégeulasses, calme bien d'entrée de jeu. Et en effet, on sait pas du tout où le film veut nous emmener, avec des moments parfois wtf (la scène du sauna :shock:) et d'autres qui tiennent du passables obligés (la vhs....). C'est très inégal (j'aime pas du tout la photo qui fait grise mine avant de virer Fincher/Kondji du pauvre sur la fin), mais y'a quelque chose de vraiment fascinant là-dedans.

 

Maintenant, si on y regarde plus près, il y a des idées/moments qui rappellent BEAUCOUP des films comme

Révélation

La secte sans nom ou Kill List

, soudainement cultes à l'époque et plus du tout maintenant. Et l'idée de revenir au thriller à twists me plait moyen...mais bon, pour un accidenté de studio, ça dénote un peu avec la production habituelle (surtout quand on s'attend à une croûte anonyme).

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
 Share

×
×
  • Create New...