Jump to content

Le démon dans l'île - Francis Leroi (1983)


Tomfincher
 Share

Recommended Posts

Je viens de revoir ce film sur Ciné FX, et il me fait toujours autant flipper J'ai toujours du mal à le regarder sans biaiser mon regard, un peu sur le côté... Vous savez, comme quand on appréhende un truc à l'écran et qu'on ne veut pas le voir de face (me dites pas que vous n'avez jamais fait ça... ). Surement à cause de la nature des "tueurs", qui fait que la mort peut arriver de partout, mais aussi le climat oppressant qu'il y a sur l'île, vraiment isolé de tout.

 

Anny Duperey est très convaincante, et Brialy, pour une fois, ne m'énèrve pas.

Du tout bon pour ma part !

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...
  • 3 months later...

Guidé par le nom de Serge Leroy, lors d'une fouille à la VHS, je n'ai pas été déçu. Le démon dans l'île est encore diablement (sic) efficace. On se surprend à serrer bien fort dans l'accoudoir du fauteil à l'approche de certaines scènes. Le couteau à viande est particulièrement démonstratif de ce suspens maîtrisé. Le fantastique au quotidien avec ce petit côté sanguinolant qui vient à point pour éviter un point de vue disons trop sérieux . Petite réserve pour le détenteur de certains pouvoirs maléfiques, je ne peux en dire plus, qui peut prêterait presque à sourire aujourd'hui, mais tellement eighties qu'on ne peut qu'apprécier.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...
  • 2 weeks later...
Guidé par le nom de Serge Leroy, lors d'une fouille à la VHS, je n'ai pas été déçu. Le démon dans l'île est encore diablement (sic) efficace. On se surprend à serrer bien fort dans l'accoudoir du fauteil à l'approche de certaines scènes. Le couteau à viande est particulièrement démonstratif de ce suspens maîtrisé. Le fantastique au quotidien avec ce petit côté sanguinolant qui vient à point pour éviter un point de vue disons trop sérieux . Petite réserve pour le détenteur de certains pouvoirs maléfiques, je ne peux en dire plus, qui peut prêterait presque à sourire aujourd'hui, mais tellement eighties qu'on ne peut qu'apprécier.

 

euh, je voudrais pas casser l'ambiance, mais serge leroy n'est pour rien dans la réussite du film; en revanche Francis Leroi, lui, oui... jusqu'ici abonné aux films erotiques, puis X (La Michetonneuse, Les Tentations de Marianne diffusés d'ailleurs sur Cine-Culte, Petites filles au bordel, Emmanuelle4, etc...) . le Demon dans l'ile est son seul film qui se soit écarté de ce créneau. Ce qui ne lui retire en rien ses qualités, ni à ceux de ses autres films, d'ailleurs

Link to comment
Share on other sites

  • 11 months later...
  • 6 years later...

Vu sur TPS,

 

C’est notre Maxium overdrive National sauf qu'il est en effet réussi et même flippant par moment. Moi aussi je ne faisais pas le fier en appréhendant la scène du couteau électrique. Le film se permet une cruauté bien européenne avec les enfants (

la petite qui se fait crever l'oeil par son jouet singe tambour

)

 

Mais que fais l'ayant droit bordel !!!! Les pornos de francis Leroi est disponible mais pas son unique film mainstream !!!

Link to comment
Share on other sites

Un extrait de la dernière interview de Francis Leroi, qu'il accorda en 2002 à Technikart, peu de temps avant sa disparition le 21 mars de la même année :

 

" On trouve toujours une dimension fantastique dans vos films…"

 

" Effectivement. J'aurais aimé faire des films Z fantastique. En France, ce n'est pas possible, car le fantastique est tabou. J'ai réalisé " Le Démon dans l'Ile " en 82. Le film a été sélectionné à Avoriaz, a fait 500.000 entées France ; eh bien, malgré cela, impossible de mener à bien un projet de film fantastique. J'ai voulu faire " Les Zombies à Paris " puis " Mygale " d'après le livre de Jonquet et ça n'a pas abouti. Durant dix ans je n'ai fait que cela : essayer de monter un film fantastique. Impossible. Heureusement que j'avais gagné pas mal d'argent avec " Emmanuelle 4 ". Cela m'a permis de tenir tout ce temps."

Link to comment
Share on other sites

  • 3 years later...

 

Dans une île de Normandie, des accidents graves surviennent en lien avec un enfant.

 

Revu avec beaucoup de plaisir cette petite réussite hexagonale du genre, tournée à Barfleur (comme "la revanche des mortes-vivantes" ).

Leroi parvient à tisser une atmosphère solide et inquiétante à souhait, entretient son intrigue avec un sens du rythme très plaisant, tel un petit maitre du suspense. Le film est à ce titre émaillé de scènes choc plutôt inspirées et sadiques, aux accents gore surprenants... et surtout, le film marque des points là ou beaucoup d'autres essais du genre se vautrent, c'est qu'il fait même franchement peur à l'occasion. La scène de nuit dans la supérette délivre son p'tit frisson dans le dos à l'occasion d'un plan glaçant de terreur pure.

Bravo la France!

 

Un petit sujet dans le 20h d'antenne 2 de l'époque:

AiDm6GTuQvs

Link to comment
Share on other sites

Une excellente surprise découverte par hasard sur TPS. Je confirme une atmosphère inquiétante, des scènes de suspens diablement efficaces et qui font très mal (aïe le couteau électrique). Un maximum overdrive réussi

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...