Jump to content

Sheitan - Kim Chapiron (2006)


Cyril
 Share

Recommended Posts

  • Replies 308
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

les mecs ont fumé trois kilos de shit entre chaque prise et ça se voit. J'étais vraiment parti pour le haïr avant même de l'avoir vu et finalement, je rêve de le revoir la maintenant. Putain mais c'est vraiment nawak ce film! La choucroute entre les cuisses

 

Et puis si c'est du racisme anti bouseux, je rappelle quand même que le black passe pour une merde qui ne pense qu'à tromper sa meuf et de surcroit est un gros lâche (mais du genre pathetique, pas drôle quoi) ..que le bouffon à casquette passe est un gros gogol caricature de lascar (pitbull, jogging dans les chaussettes et 2 de QI)... la "p'tite Turque" est une biatch, à la limite seul l'asiat passe pas pour une merde, c'est un film pro asiatique en fait

 

Le héros du film c'est quand même Cassel! Putain la prestation hystérique C'est même plus du cabotinage à ce niveau là

 

Puis d'abord LE NEGRE A RAISON!

Link to comment
Share on other sites

j'adore les films nawak de toute façon. un truc marrant en lisant les critiques (et merci Zob de soulever ce point) ce qu'en montrant des lascars voulant se faire des blanches ... n'est ce pas un peu aussi se foutre de leurs gueules. Parce que quand je lis la critiques de Wonder sur Devil je me dis que c'est un peu ça. Faut il le voir au 30ème degré ?

En tout cas j'ai hate comme tout !!!

Link to comment
Share on other sites

Vivi, c'est bien ça, il faut le voir au second voire au 36e degré. La caricature est partout. Chez les lascars comme chez les bouseux.

Sauf que, comme je disais, il n'offre pas d'autre alternative et la caricature se retourne contre le film.

 

SPOILER

Et que le Diable viendra du monde des bouseux, pas des lascars

Ce qui renforce un peu plus ce que j'avançais sur les limites du film de potes aux messages très limite.

END SPOILER

 

A noter d'ailleurs le parallèle entre les intrigues de Hostel et de Sheitan. C'est exactement le même canevas!

Link to comment
Share on other sites

juste une question ... les films doivent ils tous avoir un message ?

 

Ou plutôt, avec tous ce que les mecs de Kourtrajmé doivent se mettre dans la tête, leur reste-t-il assez de neurones pour inclure un message dans leur film?

 

vu les yeux de Cassel pendant le film, on me fera pas croire qu'il carbure à la Badoit

Link to comment
Share on other sites

Je trouve bien excessifs tout d'un coup ceux qui parlent de film dangereux, nocif blablabla, les racailles cette race de merde qui parle mal... faut pas pousser mémé dans les orties quoi.

Vous avez vu quel film sans dec ?

 

Moi j'ai vu un film bricolé, un rien looser, avec des passages vraiment drôles, des blaireaux de partout qui mobilisent rien de vraiment significatif pour s'en émouvoir comme ca. N'oublions pas que c'est un premier long !!

Sexisme, racisme... ca me fait doucement rire quand même.

C'est un film totalement inconséquent qui cherche l'effet à tous prix sans convoquer le fond et c'est pourquoi il sait aussi être drôle par moments.

Maintenant ca reste médiocre parce que même sur cette base c'est pas un film très significatif, avec des gros coups de mou sur la durée et des baisses de rythme fatales. Pas d'innovation formelle, un style défaillant pas débarrassé de ses inspirations multiples, une impression brouillone sympa mais sans éclairs... bof quoi. Le réalisateur a l'air d'avoir 12 ans, vous étiez comment vous à 12 ans?

Là-dessus il y a vraiment des choses TRES DROLES dedans faut reconnaître. Justement issu de ce côté impulsif, pas maîtrisé, fondamentalement branque et bis.

Je prévois un bide retentissant, un bouche à oreille désastreux, un ratage de cible terrifiant. Rien que pour ca finalement, rétrospectivement je l'aime bien. Je suis sur que dans 20 ans, je le rematterai l'air con hagard.

 

Et j'ai trouvé toute la petite bande bien sympathique dans sa présentation du film chez Gerard.

Ca dépassait le p'tit calcul de base, j'ai senti le vrai enthousiasme. Sympa quoi.

Link to comment
Share on other sites

juste une question ... les films doivent ils tous avoir un message ?

 

je ne pense pas que ce soit la bonne question.

 

La fonction de l'art, c'est d'effectuer un commentaire sur l'actualité, quelle qu'elle soit. Une oeuvre (littéraire, théatrale, cinématographique, visuelle ou non... tout forme d'expression) est le résultat de cette fonction.

 

Cela passe de la nature à la culture et chacun y prend ce qu'il veut bien y prendre.

 

Et donc ce qui s'en dégage est conscient ou inconscient, selon la culture de chacun. Mais il se dégage immanquablement des signes & décodages de la société dans lequel cette oeuvre émerge.

 

Lucius, je ne suis pas d'accord avec ton point de vue.

Que le film soit inconséquent, c'est un fait. Qu'ils soit médicorement réalisé, aussi.

De dire qu'il est innocent comme un enfant de douze ans pourrait donner comme résultat s'il était aux manettes, ça non. Inconscient peut être -cela voudrait dire par la même occasion que chacun fut inconscient de le faire et de foutre de l'argent là dedans, ce qui est plutôt grave!-. Mais qu'on veuille le voir comme un simple film de potes décomplexé, bisseux et pour se foutre de la gueule de tout le monde, c'est trop simpliste. Non pas que le film soit ambitieux, mais cela transpire autre chose. Il faut savoir aller au-delà de cela, à mon sens. Il y a trop d'éléments à vocation de représentation sociale pour que cela soit vraiment innocent!

Il y a des choix de scénario et de réprésentation visuelle qui ne trompent pas.

Link to comment
Share on other sites

Pareil, je ne crois pas à l' " innocence" de l'équipe, même si tout le monde en prend pour son grade... à des degrés variables. Il se dégage quand même du film une certaine philosophie (démagogie) qui me dérange. Ai je tort ou raison, je ne sais mais ce sentiment diffus s'est retrouvé tout de même chez de nombreux spectateurs...

J'avoue avoir franchement ri à certains passages également

 

et les jeunes en jogging ça m'a trop rappelé le boulot ! chose que je voulais oublié totalement à Gérardmer

Link to comment
Share on other sites

De dire qu'il est innocent comme un enfant de douze ans pourrait donner comme résultat s'il était aux manettes, ça non. Inconscient peut être -cela voudrait dire par la même occasion que chacun fut inconscient de le faire et de foutre de l'argent là dedans, ce qui est plutôt grave!-. Mais qu'on veuille le voir comme un simple film de potes décomplexé, bisseux et pour se foutre de la gueule de tout le monde, c'est trop simpliste. Non pas que le film soit ambitieux, mais cela transpire autre chose. Il faut savoir aller au-delà de cela, à mon sens. Il y a trop d'éléments à vocation de représentation sociale pour que cela soit vraiment innocent!

Il y a des choix de scénario et de réprésentation visuelle qui ne trompent pas.

 

Innocent non je ne dis pas ca, cruel oui ! Et à 12 ans qu'est ce qu'on peut l'être gratuitement !

Bien sur que le film appelle des représentations sociales mais l'approche est si caricaturale, regressive et primaire. Je n'ai pas vu un film matière à faire bouillonner les kiff trop sa reum de djeuns, mais une vague comédie très brouillonne, très bis dans ses dérives, ses rebondissements, son interprétation, sa mise en scène, ses effets, sa facilité bête et méchante. Je crois qu'on on peut aller au-delà d'une lecture à chaud du film sans pour autant tomber dans la sentence généralisée sur un présupposé public qu'il vise et qu'il a à mon avis peu de chance d'atteindre. Ca pour moi c'est une affaire de marketing extérieur, et le film en lui-même me parait tellement invendable en l'état... je sens la solitude au bout du chemin pour ce film. Du bis foutrac.

Le mec se réclame quand même de réalisateur comme Joël Séria!!

Notez que vendredi, le passage dans la salle d'une partie de l'équipe du film n'a pas empêché le film d'essuyer une totale passivité du public que j'ai senti complètement indiffèrent au bidule.

Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

Ecran Large descend le film

Et parle même de moi à la fin

 

Pendant la projection à Gérardmer, un spectateur s’est distingué d’entre tous par des rires gras et aux autres exultations avant de balancer pendant le générique de fin : « Mais qui a chié sur l’écran ?! » Au jeu du pour et contre, c’est peut-être la meilleure réaction à avoir.

 

Enfin en partie de moi, je n’ai JAMAIS eu de rire gras devant cette merde, juste du dégoût.

 

http://www.ecranlarge.com/critique-cinema-657.php

Link to comment
Share on other sites

En même temps un mec à mis 8 et un autre 5 sur 10. Dvdrama les notes sont au dessus de 5.

 

Triolisme façon « je te chauffe la place » (entendez « je la kène et je te la file »), parfum de lesbianisme,

Je comprends pas. Ca n'existe pas ça dans la vie de tous les jours?.

 

Et puis tout le monde sait ce que Théo pense des jeunes de banlieues j'ai surtout l'impression que c'est pas mal de mépris vers des mecs que franchement on déteste un peu et qui j'ai l'impression dans le film sont comme même les cons de l'histoire.

 

En tout cas 4 ans il est fortiche le mec

Link to comment
Share on other sites

Triolisme façon « je te chauffe la place » (entendez « je la kène et je te la file »), parfum de lesbianisme,

Je comprends pas. Ca n'existe pas ça dans la vie de tous les jours?.

 

Faut excuser Superfly le romantique qui croit que c'est tout à fait naturel de passer sa copine à son pote après l'avoir sautée !

 

Ca me fait penser qu'il est temps que je vienne bouffer chez toi d'ailleurs !

 

Bon sinon j'ai pas pu y aller aujourd'hui. A la place j'ai assuré avec un vrai bon film, les Bronzés 3 ...

Link to comment
Share on other sites

 Share


×
×
  • Create New...