Aller au contenu

Schizophrenia - Gerald Kargl - 1983


Messages recommandés

  • 5 months later...
  • Réponses 105
  • Created
  • Dernière réponse

CENSURE :

A l’époque, le film a été classé X mais il était quand même sorti en vidéo chez CARRERE VIDEO. Apparemment, une version française devait être prévue pour sa sortie en salles mais le film ayant été censuré, il n’est finalement sorti qu’en cassette. Je crois qu’ils avaient un peu raccourci la séquence où il poignarde la fille au milieu du film, et la vide de son sang par le cou. Le film est aujourd’hui toujours classé X car personne n’est revenu sur cette interdiction.

 

Sur le site du CNC, il est -16 avec avertissement :

http://www.cnc.fr/Site/Template/A2.aspx?SELECTID=19&ID=20&titre=SCHIZOPHRENIA&mention=0&realisateur=&typemetrage=0&mois=0&annee=0&visa=&t=1

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...

Une critique marrante fait par un site Lyonnais

 

Schizophrenia, film autrichien tourné en 1983 est toujours inédit en France. Sa présentation au festival de Gérardmer 2006 l'a récemment mis sous les feux des projecteurs, mais pourquoi ? Ce film est clairement divisé en trois parties. La première relate le meurtre qui mène le tueur en prison. La seconde, façon documentaire, nous conte l'enfance de cet homme, battu par son père, au travers d'images d'archives et de photos personnelles. Enfin, la troisième, nous montre, en quasi temps réel, la manière dont il s'empare d'une maison, et prend en otage toute une famille, dans le but de satisfaire ses penchants sadiques.

 

La première partie fait d'emblée craindre le pire nanar, avec jeu approximatif et appuyé de l'acteur et utilisation de caméras fixées au corps, permettant de suivre la fuite du tueur dans les bois, mais estampillant le film du cachet « amateur ». La seconde intrigue le spectateur, par son aspect (involontairement) parodique, provoquant l'hilarité par le contraste entre les horreurs décrites et le sérieux de la voix off, relatant ce lourd passé à la manière d'un mauvais documentaire, ou d'une émission à scandale. Malheureusement, la troisième achève de classer le réalisateur au rayon des rivaux d'Ed Wood, en décrivant dans un insupportable temps réels, les moindres mouvements de ce tueur de pacotilles.

 

Certes, on s'amuse à observer sa maladresse et à écouter, en voix off, ses pensées mal écrites, sensées terrifier le spectateur. Mais on se tortille surtout d'impatience lorsque l'on suit le personnage à la découverte du jardin, ou lorsqu'il va voir le portail, pour revenir au garage, pour remonter dans la maison, puis redescendre, puis ressortir pour ouvrir le portail, et refaire le chemin jusqu'au garage… Entre ces longueurs inutiles, sensées générer le stress et non l'agacement, et des plans hallucinants, quasi vus d'avion ou en caméra portée par l'acteur, on se dit qu'il est normal qu'on ai pas entendu parler de ce pseudo réalisateur depuis ce catastrophique (mais parfois drôle) essai.

 

http://www.abusdecine.com/fiche-film.php?numero=412

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 years later...

Le film que j'attendais le plus du festival. Beaucoup aimé mais je ne sais pas encore si j'ai reçu un claquage de beignet ou non, je n'étais même pas sûr si j'avais aimé juste après la séance tant c'est déroutant comme film. En tout cas la mise en scène est monstrueuse, il n'y a pas un seul plan qui ne soit pas dément. Et l'acteur est incroyable, habité par ce personnage de dérangé loser qui ne peut se contrôler et a du mal à aller au bout de ses intentions.

 

Pour rappel, c'est bientôt chez Carlotta!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Honnêtement, je n'ai pas été estomaquée comme je m'y attendais. Film Xé, interdit machin, insoutenable ceci, censuré cela... L'époque a peut-être changé, parce que pour le "choquant", on repassera. On voit aussi glauque dans les émissions de faits divers du soir de la TNT.

Ceci étant, j'ai bien aimé la réalisation technique, assez géniale. La mise en scène est très space, minimaliste (peu de décor, peu de dialogue, peu de musique) du coup on est dans l'esprit du tueur et rien d'autre. Tout ça est appuyé par les mouvements de caméra et plans extrêmes (plongées, plans séquence, très très gros plans...). En cela c'est magistral. Mais du coup, comme disait Cyril, c'est vrai que ça devient le film du chef op' et non du réal...

C'est un certain parti pris, c'est quand même assez bizarre et moche, très... Derrickien quoi Et pas si choquant que ça, au final on voit pas grand chose, y'a rien de gore ni de cul. Le X me dépasse un peu, m'enfin, générations gnagnagna...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est surtout qu'on a diffusé une version coupé du film, enfin on l'a découvert au moment du passage dans le tunnel ou tout le meurtre et le viol de la nana à disparu.

 

On a bien fait la gueule à la sortie et je me suis bien fait chambré par mes camarades en annonçant la version intégrale en début de film

 

Bon malgré ça c'est toujours un plaisir de voir le film en salle.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...