Aller au contenu

Chacun cherche son chat - Cédric Klapisch (1996)


Messages recommandés

 

Chacun_cherche_son_chat.jpg

 

C'est l'été : Chloé veut partir à la mer. Mais que faire de son chat Gris-Gris ? Son colocataire refusant de s'en occuper, elle trouve de l'aide auprès d'une voisine, Madame Renée, qui en garde déjà quelques-uns. À son retour, Gris-Gris a pris la poudre d'escampette. Il lui faudra bien l'aide de tout son quartier pour remettre la main dessus, tout un quartier qu'elle n'avait jamais vraiment pris la peine de visiter auparavant...

 

Sans doute le plus "Kaplisch" des Klapisch, "Chacun cherche son chat" est une belle et simple histoire de communauté, de génération et d'amour naïf, comme le réalisateur sait très bien les faire. Les dialogues sont soignés pour des comédiens qui sonnent tous justes, des principaux aux plus petits rôles. C'est pourtant Zinedine Soualem qui impressionne le plus, son interprétation d'un homme un peu simple dont tout le monde se moque un peu hypocritement, est extraordinaire. Et Garence Clavel est sublime. On retrouve bien sûr ce ton très frais, très vrai dans les situations et les personnages qui ne manquent pas d'être tour à tour bons, maladroits, méchants, amoureux, irresponsables... Encore une fois, pour une obtenir cette spontanéité, pas de miracle, il n'y a qu'à voir le documentaire sur le DVD qui revient sur les lieux de tournage et à la rencontre des habitants du quartier, en particulier la grandiose Madame Renée.

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ya une replique de Duris dedans me fait marrer : "Ils sont classes tes seins !"

 

Tiens c'est marrant, j'allais justement la quoter celle là (parce que je viens juste de revoir le film)

 

Ca et le "Fuck la vioque" sur la porte de Renée qui me fait mourir de rire à chaque fois

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Un peu naïf tout de même et bien loin derrière Riens du tout

 

Tiens j'ai découvert celui que très récemment, c'est pas mal mais je trouve que c'est un brouillon de ce que fera plus tard Klapisch, on retrouve des trucs sympa mais pas encore aboutis.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah ça oui: plein de trucs sympas. Notamment "Les choses sont claires" ou quelque chose comme ça de Luchini lorsqu'il prépare son discours. Depuis (vu à sa sortie en salle), je ne peux plus voir un orateur appuyant ses phrases sans penser aux mains de Luchini et pourtant ça commence à dater.

Pour "Chacun ... ", j'en reste là, souvenir du truc un peu nunuche, ça n'engage que moi évidemment.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mon Klapisch préféré

Un peu parce que le parcours de Grance Clavel ressemble un peu au mien (quand j'avais la vingtaine ) et que j'ai vécu dans ce quartier. J'y ai donc retrouvé un peu de bohème, des personnages authentiques, des situations justes, la galère, les boulots de merde...

Plus d'authenticité que dans Riens du tout (que j'aime bien aussi!), justement, moins calculateur, plus frais. Et que je revois avec toujours autant de plaisir.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...

Klapisch à la base je ne suis pas fan du tout, j'ai absolument détesté L'auberge Espagnole et Le Péril Jeune.

Là j'ai apprécié sans être tombé par terre. Un film tout simple avec des gens normaux qui ne font que des trucs normaux. Bizarrement j'ai trouvé ça rafraichissant, grâce à la vioque d'ailleurs.

Et puis comme je connais le quartier c'est tout de suite plus sympa de s'y plonger 25 ans en arrière.

 

Après y a toujours un truc qui me gave chez Klapisch c'est de trouver de la bonté partout. A base de Paris est une fête, avec des gens qui dansent dans la rue ou la meuf qui coure comme une conne pendant des plombes à la fin.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 11 minutes, Benj a dit :

Après y a toujours un truc qui me gave chez Klapisch c'est de trouver de la bonté partout. A base de Paris est une fête

 

C'est pas faux. Il a d'ailleurs du mal à se confronter au réel. Pour son dernier film "Nous deux" censé se passer à vers La Chapelle / Stalingrad (soit un des coins les plus craignos de Paris), il a tout tourné en studio et refait le quartier sur fond vert. Tu m'étonnes, aller tourner là bas, ça aurait surement été "une fête"   :D  

 

Sinon "Chacun cherche son chat", plus aucun souvenir... Dans les Klapisch faiblards pour moi, même si ça se regarde

  • Confused 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...