Aller au contenu

Les révoltés de l'an 2000-Narciso Ibanez Serrador-1976


Messages recommandés

Aujourd'hui je vais vous parler d'1 de mes films cultes que je classe dans mon top ten.

Les révoltés de l'an 2000 aka Los ninos de Narciso Ibanez Serrador.

 

Le film débute par 1 pré-générique composé de commentaires réels, souvent insoutenables, pour justement nous prévenir que les véritables victimes des guerres, des famines, de toutes les misères du monde, sont toujours les enfants.Une bonne morale que le réalisateur espagnol Narciso Ibanez Serrador essaye de nous faire passer... Dans une île perdue, des enfants ont éliminés, voir massacrés toute présence adulte. Ces fameux gamins tuent apparemment pour jouer, mais en fin de compte le temps de la revanche a sonné, histoire que les adultes payent de leur vie leurs propres fautes. C'est ce que va découvrir 1 couple anglais en vacances en Espagne et qui débarque sur cette fameuse île maudite.

 

Ce film est grandiose, prenant, sans trop de scènes sanglantes il faut bien l'avouer, mais franchement pas nécessaire. Il y a tout de même des séquences mémorables, dont une que j'aime tout particulièrement, celle ou nos charmants bambins détournent la fameuse coutume locale, 1 pot de bonbons suspendu à 1 arbre qu'il faut briser à coups de bâton, sauf que là le pot est remplacé par 1 vieillard pendu par les pieds, sur lequel les garnements s'acharnent à coups de serpette. Que dire aussi de cette terrible (terrible pour notre héros) fin, qui me fait penser un peu à celle mythique de La nuit des morts vivants de mister Romero. Tout simplement 1 régal. 1 film a voir absolument. 20/20

 

Après on nous dit mariez vous et faites des gosses !!!

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

un des films qui m'a vraiment traumatisé (avec, dans un genre différent THE GLASS CAGE et son tortionniare nazi)...

 

Tout le prélude est dur à supporter pour moi. J'aime pas qu'on fasse du mal aux gens, mais c'est encore pire avec les enfants.

 

le film baigne dans une drôle d'ambiance et sombre très vite dans le sadisme. Un peu comme si ANTHROPOPHAGOUS (pour l'ambiance) rencontré CHILDREN OF CORN...

 

vraiment un grand film.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 months later...

Enfin vu cette semaine et c'est tout simplement formidable.

 

Que dire aussi de cette terrible (terrible pour notre héros) fin,

 

Euh, et que dire de ce qui arrive à l'héroine, sinon que c'est certainement l'une des idées les plus glauque/Taré/immonde que j'ai vu dans un film.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai beaucoup aimé ce film assez dérangeant et réalisé avec soin.

 

Cependant, je trouve que le réalisateur n'exploite pas assez les potentialité de son pitch de départ, ne développe pas assez celui ci.

Dès lors, les presque 10 minutes d'images quasi insoutenables tirée de vieux reportages (sur les camps de concentrations, sur la guerre du vietman, sur le guerre au Biaffra, etc, etc ...) ne trouve pas vraiment de justification scénaristique au cours du réçit et apparaissent malheureusement plus comme des effets juste là pour mettre une claque au spectateur (comment rester insensible à de tel images réelles) que comme un passages nécéssaire pour la compréhenssion du film (ils n'est d'ailleurs fait allusion à la situation des enfants dans le monde qu'au travers d'une vague phrases durant tout le film !)

De même, le traitement du comportement des enfants et des causes de leurs attitudes est assez maladroit.

Au lieu de les montrer comme des êtres innocents dont le comportement serait inexplicables, le réalisateur le décrit comme de véritables petits monstres (regard méchants et sourir sadique à l'appui), pervers (la scène avec la file dénudée) et profondément curel (il s'acharne sur un viellard déjà mort juste pour s'amuser).

Dès lors, en plus de mettre à mal la principale théorie voulant expliquer lors comportant (théroei de toute façon asse floue), celà leur ennlève tout possiblité de compréhensssion et de pitié de la part du spectateur. Lorsque l'homme se décide enfin à se défendre et à les flingués, on aurait presque envie d'applaudir et de crier "Bien fait pour votre gueule bande de petit cons !". Heu, à moins que se soit moi qui soit un peu trop à droite ! )8

De même la manière dont les enfants sont "contaminé" (par le biais d'une sorte d'hypnose) est assez grotesque. Sur ce point là, il aurait mieux valu laisser les chose sans explication.

 

 

Voilà, comme ça, on dirait que j'ai trouvé le film compltement stupide, mais vraiment, il n'en ai rien. Je trouve juste discutable certaines approximations scénaristiques et certains parties pris au niveau de la réalisatioçn (en particulier de la direction artistiques des enfants) et de la présence d'images d'archives au début du film.

 

REste qu'il m'a tout de même mis une bonne claque.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce film est vraiment un bijou!

 

J'avais acheté le DVD espagnol sorti chez manga film qui offre une photo somptueuse (mais hélas pas de sous titre français pour ceux qui ne parlent pas la langue.)

 

Après un générique bien dérangeant, le film dérape en mix improbable entre "island of death" et "de si gentils petits monstres".

 

Dans la même collection j'ai aussi acheté "la résidence" que j'adore tout autant

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 year later...

 

- Serrador vu par… : le producteur et réalisateur Guillermo del Toro, les réalisateurs Juan Antonio Bayona, Jaume Balagueró & Paco Plaza (26')

- L’histoire du cinéma fantastique espagnol : témoignages des réalisateurs Jess Franco, Jorge Grau, Jacinto Molina/Paul Naschy et de l'Historien Emmanuel Vincenot (26’)

- Entretien avec Narciso Ibanez Serrador (9')

- Entretien avec José Luis Alcaine (directeur de la photographie) (16’)

- Galerie de photos

- Filmographie

 

source : filmactu

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 year later...

Enfin vu hier soir grâce à une judicieuse diffusion sur cine-cinema. J'ai loupé le début, mais je dois dire que j'ai pris une bonne claque! C'est sur que depuis le film a pu prendre un petit coup de vieux, mais la 2ème partie du flm reste hyper percutante et dérangeante. Surtout le basculement dans la cellule du poste de police. Mais j'imagine qu'en 1976 dans une Espagne tout juste sortie du Franquisme, ça devait faire un choc!

 

Le titre français est juste complètement improbable, j'imagine que c'est sorti dans quelques cinémas de quartiers avec une affiche représentant des gladiateurs dans un monde post-nuke

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 8 years later...

Une belle découverte pour moi, je trouve que le film remplit vraiment son contrat de te coller un sacré malaise et c'était l'époque ou on pouvait encore montrer le mal à l'état brut, sans pour autant l'expliquer par A + B.

 

Ces gamins sont tordus, et ils veulent t'éclater la tête. Pourquoi ? Parce que !

 

En bonne place dans le top 10 des films de marmots psychopathes.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...