Jump to content

24


Steve
 Share

Recommended Posts

  • 5 years later...
  • Replies 87
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

bon et bien ce n'était pas génial.

La nostalgie joue son plein, je suis heureux de revoir Jack en mode badass, les gimmicks de la série, la nawak qui se dessine à l'horizon. Mais il n'y a malheureusement rien de neuf et de bien passionnant.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

Me suis finalement fait cette nouvelle saison dans un run.

Début un peu poussif et puis d'un coup ça décolle pour ne jamais retomber. Le format 12 ép fait du bien à la série, en éliminant le gras et les aventures annexes pourraves (remember le puma de saison 2). La série joue sur ses propres gimmicks, mais les emploie intelligemment sans se parodier. On est en terrain connu, mais c'est suffisamment bien écrit pour que ça passe. Par contre pas certain qu'un newbie de 24 apprécie cette saison.

 

Jack was back et c'était cool !

Link to comment
Share on other sites

  • 6 years later...

Saison 1

 

Events occur in real time

 

Presque 20 ans que la saison a été diffusée (précisément en novembre 2001. Elle vient d'être mise en ligne sur Netflix (ça tombe bien, à l'époque j'ai regardé que les 4 premières saisons et m'en rappelle plus). Elle a un pris un petit coup de vieux, mais reste intéressante.

Simplement par son concept, elle a lancé le binge-watching tel qu'il est pratiqué aujourd'hui. Lors de sa première diffusion, le haut-débit et les coffrets DVD commençaient à se répandre, mais c'est 24 h chrono, avec son format ultra-addictif, qui a montré qu'un spectateur pouvait enchainer les épisodes et a profondément changé le mode de consommation des séries TV. D'une certaine manière, elle a un peu anticipé les futures plates-formes de diffusion sur lesquelles son format est totalement adapté.

Cela doit être une des premières série qui met en vedette un acteur venu du cinéma (certes la carrière de Kiefer Sutherland était en perte de vitesse à l'époque, mais les anciens se rappellent que la télévision, ça a longtemps été pour les acteurs de seconde zone). Depuis, les choses ont bien changé.

24 h chrono, c'est le grand écart entre un concept ultra-WTF et casse-gueule (Vous croyez sérieusement qu'autant d'évènements sont possible en une seule journée?) et une volonté de faire ultra-réaliste: d'une manière assez miraculeuse, la série s'en tire plutôt bien et reste totalement regardable. Certes, ça a un peu vieilli (et pas uniquement à cause des téléphones portables), mais on enchaine les épisodes car on reste pris dans l'action. Nos standards ont évolué, mais si on se rappelle de l'époque, 24 h chrono était un sommet d'action et de suspense.

Mais c'est surtout le caractère prophétique de la série qui marque quand on la regarde 20 ans après: tout d'abord le thème du terrorisme alors que Ben Laden venait juste de balancer les Boeings sur le World Trade Center. Mais surtout le personnage de David Palmer: sénateur afro-américain et futur présidentiable, droit et intègre, on ne peut s’empêcher de penser au futur Barack Obama (qui n'était à l'époque qu'un obscur élu au Sénat de l'Illinois). Je pense que ce dernier, lorsqu'il a vu la série, s'est dit que lui aussi pouvait.

Link to comment
Share on other sites

Bizarrement, je l'ai découvert l'an dernier.

Je n'avais jamais vu un seul épisode de 24 même si je connaissais bien entendu la série et son concept. Ma copine avait vu (et aimé) le début à l'époque, mais n'avait jamais vu la fin, du coup on a maté la saison 1 en entier. (dont on trouve le coffret à 1€ ds n'importe quel Cash de France)
 
J'ai à peu près le même avis que toi. Une date importante dans l'histoire des séries, ça se regarde encore aujourd'hui, même si ça a pris un petit coup ds l'aile. Le coup de tout faire tenir en 24h a ses qualités et ses défauts, ça rythme le truc, mais ça amène pas mal de trucs un peu tirés par les cheveux. J'ai pas passé un mauvais moment, mais certains trucs m'ont qd même paru un peu con, et sur la durée, j'avais qd même un peu hâte que ça se termine. Mais bon, je comprends son succès à l'époque, c'était intéressant à voir, même si j'irais jamais voir les saisons suivantes. Intéressant aussi de voir comment, sur un plan esthétique, la série a été repompé à mort ds les années qui ont suivi.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Saison 2

 

La saison 1 était sympa, mais avait pas mal de défauts: le souci majeur est que seuls les 12 premiers épisodes avaient été commandé par le diffuseur avec les principales intrigues résolues, mais en laissant des pistes ouvertes pour éventuellement continuer. Devant le succès de la série, 12 épisodes supplémentaires furent commandés. Le problème est qu'avec le principe de la série, il faut que les intrigues s'étalent sur l'ensemble des épisodes et non la moitié, sinon ça ne marche pas réellement. Malgré ses indéniables qualités, cette première saison laissait un goût d'inachevé.

Pour la saison 2, les auteurs ont enfin pu exploiter pleinement le concept de la série et le saut qualitatif est impressionnant. Il y a une vraie tension qui parcourt les épisodes, il faut dire que les enjeux sont sensiblement plus élevés (une attaque nucléaire contre Los Angeles Vs une tentative d'assassinat d'un candidat à l'élection présidentielle US). Évidemment, il y a toujours ce grand écart invraisemblable entre un ton qui se veut hyper-réaliste et l'avalanche de merdes qui tombent sur Jack BAUER en 24h (infiltrer un réseau terroriste, désarmer une bombe atomique, subir une séance de torture...) mais pour l'instant la série s'en sort bien

Avec le recul, c'est intéressant de voir que cette saison 2 fût diffusée avant l'invasion de l'Irak, mais parle déjà de représailles militaires menées par les USA sur la base de fausses preuves. Mais il y a aussi des résonances avec aujourd'hui: on voit aussi comment se comporte la tête de l'état (le Président et ses ministres) en situation de crise et on se rend compte qu'il vaut mieux avoir des gens qui gardent leur calme et non des excités qui démarrent au quart de tour.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

Saison 3

 

Après les soldats serbes et les terroristes arabes, Jack BAUER et la CTU affrontent des narcotrafiquants mexicains. Toujours aussi invraisemblable, mais toujours aussi palpitant. Le ton est moins politique, il y a moins de réflexions sur le terrorisme et la réponse à y apporter, même si le traumatisme du 11 septembre est toujours présent. Par contre, on y voit un début de pandémie avec beaucoup de situations qui sont devenues courantes depuis presque un an: traçage des cas contacts, confinement... etc.

De nouveaux personnages sont introduits et d'autres disparaissent: 24 est une des premières séries où on n'hésitait pas à tuer un personnage (même secondaire) parce que cela servait la narration et non à cause de la démission/renvoi de l'acteur. Si c'est devenu courant, ça l'était beaucoup moins il y a quelques années.

Je trouve totalement fascinant le personnage de Sherry PALMER: elle se révèle être une authentique psychopathe totalement incontrôlable, ce qui est inquiétant vu sa proximité avec le pouvoir.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

Saison 4

 

Journée tranquille et ordinaire pour Jack Bauer: deux attentats nucléaires, une tentative assassinat sur le Président, une menace de guerre avec la Chine... Etc.

J'avais déjà vu cette saison il y a plus de 15 ans: j'en avais aucun souvenir, à part la dernière image qui voit l'agent de la CTU partir sur les routes tel un cow-boy solitaire qui vient de nettoyer la ville. Jusqu'ici chaque saison aura dépassé la précédente entre de WTF, raccourcis et invraisemblances, mais ça marche (pour l'instant) et on a toujours autant envie de binge-watcher.

Link to comment
Share on other sites

  • 5 weeks later...

Saison 5

 

Comme d'hab', de méchants terroristes veulent attaquer l'Amérique. Heureusement, Jack Bauer va leur botter le cul!

Un truc assez particulier dans cette saison, c'est l'atmosphère paranoïaque, le danger venant tout autant du gouvernement que des terroristes. De même, on a droit à un détournement d'avion à l'écran: chose pas surprenante de la part de Jack Bauer, mais qui intervient seulement 5 ans après le 11 septembre (comme si le traumatisme était déjà oublié).

De nouveaux directeurs se succèdent en une seule journée à la CTU (à chaque saison, il y a toujours 3-4 patrons qui changent) dont l'un particulièrement incompétent. Cela rappelle à quel point un mauvais manager peut totalement détruire et mettre en péril son équipe, même si elle est constituée des meilleurs éléments. Par ailleurs, on se rend compte qu'être locataire à la Maison Blanche, surtout en situation de crise, nécessite un sang-froid et une capacité de discernement ( ce que n'a pas le POTUS)

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Saison 6

 

Mouais...

Jusqu'ici, la série était totalement invraisemblable et distrayante, mais cette saison s'avère très poussive. On sent que les auteurs n'ont plus trop d'inspiration et commencent à tourner en rond. A certains moments, ça devient même franchement ridicule, presque auto-parodique. Il y a quelques moments bien WTF,mais dans l'ensemble c'est pas terrible. Heureusement que le casting intègre Powers BOOTHE en tant que Vice-Président, tant ce mec a le charisme pour ce rôle, il arrive presque à sauver la fin de la saison. Mais dans l'ensemble, faut se motiver pour finir les 24 épisodes.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Saison 7

 

C'est mieux que la catastrophique saison 6, mais on sent que le cœur n'y est plus.

L'action a été déménagée à Washington (plus près du pouvoir), une partie du cast a été renouvelée. Cela apporte (un peu) de  nouveauté, mais honnêtement on s'emmerde pas mal. A l'exception du milieu de saison (avec l'assaut sur la Maison Blanche), il y a beaucoup de remplissage et de situations déjà vue dans les précédentes saisons (en mieux). Les histoires parallèles sont pas géniales: la fille de la Présidente est encore plus énervante que Kim Bauer et la trahison de Tony Almeida (vraie/pas vraie/vraie/pas vraie...) est saoulante.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Saison 8

 

Dernière vraie saison de 24 H Chrono: la suivante et ultime ne comportera que 12 épisodes (et ne sera tournée que 5 ans plus tard). L'action a encore été déplacée (New York), mais pas grand chose de neuf d'autre, l'ensemble reste assez plan-plan. Comme d'hab' on a des seconds rôles assez cools (Jürgen Prochnow, Michael Madsen et également Doug Hutchison qui jouait Tooms dans X-Files. Ce dernier a pas mal changé physiquement, mais garde toujours une allure étrange et inquiétante). On a droit également à un tout jeune et inconnu Rami Malek qui apparait quelques épisodes. Les histoires parallèles sont très ennuyeuses: même si elles finissent par rejoindre l'intrigue principale et se justifier, elles sont pas folichonnes. Le concept est franchement usé et ne marche plus. En fait, on commence même à être gêné par les invraisemblances et raccourcis scénaristiques qui sont la condition sine qua non pour que l'on apprécie 24 H Chrono. Même le côté boy-scout psychorigide de Jack Bauer finit par être saoulant.

Mais durant le dernier tiers de la saison, les choses deviennent plus intéressantes. Tout d'abord, on a le retour de Charles Logan, le Président que Jack Bauer a fait tomber. Ce type est vraiment un des meilleurs méchants que la TV ait conçu: menteur, manipulateur et froid, c'est une parfaite ordure et un des meilleurs antagonistes possibles. Certes, pour devenir et rester Président des Etats-Unis, il vaut mieux ne pas avoir trop de scrupules, mais lui bat des records. D'ailleurs, par certains aspects, il n'est pas rappeler Donald Trump (je sais que c'est une phrase cliché, mais qui s'applique bien ici). Les showrunners ne lui ont d'ailleurs pas donné le charisme froid qu'ont les bad guys dans la fiction, Charles Logan apparait toujours comme un type profondément méprisable.

Au même moment, il se passe un évènement tragique pour Jack Bauer: un de ses proches est brutalement assassiné par les membres du complot. A partir de cet évènement, Bauer va se consacrer exclusivement à rendre sa propre justice comme tout bon Vigilante, malgré de possibles dégâts collatéraux colossaux pour son pays. Même s'il avait des méthodes contestables et désobéissait souvent, Bauer cherchait toujours à protéger son pays, à arrêter les méchants et à sauver les innocents. Même pour Nina Meyers, ça n'occupait qu'une histoire secondaire et finalement pas importante. Mais On se rend compte qu'il est complètement ravagé psychologiquement par ce qu'il a vécu et qu'il est prêt à exploser (au propre comme au figuré). Il commet des actes bien vénères, dont un qui nous rappelle que le torture porn est né dans les années 2000.

Évidemment, les choses rentrent plus ou moins dans l'ordre pour la conclusion de la saison, mais ce dernier tiers surprenant est très sympathique.

Link to comment
Share on other sites

 Share


×
×
  • Create New...