Jump to content

L'oeil du tueur - Donald Cammell - 1986


Basculo Cui Cui
 Share

Recommended Posts

un film que j'ai mais que j'ai jamais vu

 

 

Âmes sensibles,s'abstenir.Le meurtre qui ouvre le film est à lui seul une pièce d'anthologie.Le metteur en scène n'est pas un inconnu:Donald Cammell était dèjà l'auteur du célèbre Génération Protheus,l'un des grands frissons du festival d'Avoriaz.Ici,il plonge les spectateurs avec une virtuosité stupéfiante dans une ambiance à la Shinning.Suspense éprouvant jusqu'au dénoument impréssionant:une perle au pouvoir diabolique.

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • 11 years later...

 

Un film dont je n'avais jamais entendu parler jusqu'à que Arrow le sorte en BR. D'ailleurs je suis pas sûr que le vendre comme un film d'horreur lui soit franchement bénéfique... (de même que si le steelbook est très beau, la jaquette du dvd simple - visu ci dessus - est atroce ).

 

Paul, qui s'occupe d'installations hi-fi, et sa femme Joan coulent des jours bien tranquilles au fin fond de l'Arizona. Jusqu'au jour où un serial killer de housewifes isolées se met à semer la terreur dans le coin, faisant de Paul le principal suspect. Joan croise également un de ces anciens amants, qu'elle a quitté pour Paul, vivant caché dans un garage paumé...

 

Connu comme un cinéaste maudit et anticonformiste, Donald Cammell ne cherche pas en effet à signer un thriller lambda, qui commence presque comme un giallo désertique avant de virer drame conjugal. Les effets de montages et de caméra sont souvent habiles, étranges, créant une atmosphère à la limite du surréalisme. Les scènes de meurtres ne sont pas particulièrement violentes, mais tout de même redoutablement filmées, en particulier la première qui insiste sur les objets éparpillés durant l'agression.

Au bout d'une heure

on apprend que le perso principal est vraiment le tueur, expliquant d'ailleurs très sereinement à son épouse qu'une force qui le dépasse le pousse à tuer des femmes

c'est donc parti pour un cache-cache tout bizarrement filmé (avec quelques effets à la Schizophrenia) mais c'est quand même pas franchement intéressant. Reste la mise à mort assez inhabituelle du bad guy, très "Cannon" et je me comprends

Une vraie curiosité, qui m'a parfois évoqué Le sang du châtiment...

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...