Jump to content

Paperhouse - Bernard Rose - 1988


Basculo Cui Cui
 Share

Recommended Posts

 

La petite Anna rêve d'une maison : à l'étage, Marc, un jeune garçon, regarde par la fenêtre.

Elle réalise que cette maison, elle l'a dessinée sur un cahier. C'est la maison de papier. Anna possède un pouvoir sur les choses : en effet, tout ce qu'elle dessine prend vie dans ces rêves...

Mais ce monde de rêves s'assombrit lorsqu'anna découvre que Marc est en danger. Dans ce monde qu'elle a crée, les rêves et la réalité se mélangent tournant au cauchemar au fur et à mesure qu'elle essaie d'aider Marc à s'échapper de la maison de papier...

 

Link to comment
Share on other sites

Tu as oublié cette jaquette

 

 

 

Sinon j'ai beaucoup apprécié le film surtout pour cette ambiance de cauchemar omniprésente.

 

 

Mais j'ai quand même regretté qu'il n'y ait aucun livreur de journaux pendant tout le film. Foutue jaquette mensongère.

Link to comment
Share on other sites

Magnifique troisième film de Bernard Rose (qui prouvera son immense talent avec le chef d'oeuvre "Candyman" et "Ludwig Van B."... mais qui fera un "Anna Karénine" tout pourri).

 

Malgré le peu de moyens, Rose nous entraîne dans les méandres intellectuels d'une gamine qui passe à l'age adulte. Si les rêves sont magnifiques, les scènes de "vie normales" souffrent d'une image un peu téléfilm ne gâchant cependant rien au plaisir. La gamine et le gamin sont époustouflants !

En plus ce film contient une scène, simple et pourtant vraiment traumatisante, celle du père en contre jour que l’on voit apparaître au sommet d’une colline, une hache à la main et hurlant pour la perte de ses yeux…

 

Je conseille sans modération !

Link to comment
Share on other sites

Chef d'oeuvre, le genre de film qui vous hante d'année en année.

Les rêves sont absolument sublimes, cette maison est magnifique, je n’ai jamais vu un seul de mes cauchemars aussi bien représenté à l'écran.

 

Des tas de scènes flippantes, des décors grandiose et un score de Zimmer tout simplement tétanisant (que j'ai réussis à pécho sur ebay)

 

Un must have.

 

Un seul dvd dispo pour le moment, Z2 uk au format mais non anamorphique.

Anglais pour piste audio mais pas de st (et le film est pas simple a suivre)

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...

Un des meilleurs films fantastiques des années 80 quand même...et sortit en même temps que Parents, tout aussi bon, qui traitait lui aussi des terreurs enfantines...

 

Sur le papier (hum...), Paperhouse a tout l'air d'un banal film familial : mais au bout de quelques minutes, on se dit qu'on en est bien loin. Il y a comme une aura dérangeante qui m'avait frappé à la première vision (on ne sait pas vraiment ce qui va se passer...et à la vue de cette lande désolée, on flippe un peu quand même), et surtout cette noirceur. Non, on n'aura pas droit à des pétales de roses qui tombent du ciel et des oiseaux qui chantent en fin de métrage...

Une histoire pleine de désillusion et de craintes, qui verse subitement dans le film de terreur quand on s'y attend le moins : le mythe du croquemitaine est revisité très efficacement, et ça fout les boules Je me souviens de l'avoir une ou deux fois avec des amis différents, et je crois que mes tympans s'en souviennent encore

Un très grand film fantastique dont on attend encore une édition dvd digne de ce nom

Link to comment
Share on other sites

  • 5 years later...

 

Le film est donc sorti en début de mois en dvd et surtout en blu-ray. Un événement total tant cette sortie semble aussi risquée (limite je vois pas sur quoi se table Metropolitan en le sortant...) que soigné (copie parfaite, bonus passionnants...). Jamais j'aurais espéré une exclusivité pareille en France, et ça redonne de l'espoir quant à pas mal de films obscurs. Après bon, c'est pas donné, mais ça en vaut largement le prix...

 

Je l'ai donc revu dans la foulée et c'est une totale redécouverte, bien qu'ayant toujours adoré le film. J'avais un peu oublié sa mélancolie et surtout le savoir-faire de Rose sans que ce soit démonstratif.

Dans les bonus, le real relève d'ailleurs que l'interprète de Marc, dépressif, s'est suicidé quelques années plus tard en se défenestrant. Du coup, à voir son regard perdu dans certaines scènes, ça a tendance à rendre le film encore plus triste qu'il ne l'ai déjà

Chef d'oeuvre en tout cas pour ma part, même si le passage suspens du

dessin à la poubelle

est un peu gros à la seconde vision.

Link to comment
Share on other sites

Vous m'avez fait très très envie.

 

D'ailleurs, je viens de voir à l'instant sur Facebook que Movies 2000 venait de le rentrer en magasin.

 

 

Je vais y faire un tour demain tiens.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 years later...

Trois ans plus tard, je l'ai encore vu sur le BR de Metropolitan. Un vrai petit chef d'oeuvre, trouble, juste, flippant. Toujours un grand plaisir.

On constate quand même que depuis le temps, le BR français est resté une exclusivité et qu'il est...devenu introuvable aujourd'hui ! Je suis bien content de ne pas avoir attendu à l'époque

Link to comment
Share on other sites

  • 3 years later...

Très grande réussite de Bernard Rose. Dommage qu'on ne retienne de lui que Candyman. Le film baigne en effet dans une ambiance de cauchemar qui rappel les griffes de la nuit avec le père dans le rôle de croquemitaine mais le film se démarque clairement par une une émotion et une poésie qui vous touche en plein coeur. Le score magnifique est signé Zimmer mais surtout Stanley Myers d'après le générique.

A montrer à vos enfants dès que vous estimerez qu'ils ont l'âge !

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...