Jump to content

La papesse - Mario Mercier - 1974


Basculo Cui Cui
 Share

Recommended Posts

Pour échapper à l'ennui de la vie conjugale, Laurent demande son admission dans une secte spécialisée dans la magie noire. Pour son initiation, il doit subir une série d'épreuves. Restée seule à la maison, Aline sa femme, fait un rêve étrange : des moines sadiques la torturent. En se réveillant, elle constate des traces de coups sur son corps. Pour obtenir une complète adhésion à la secte, Laurent doit persuader Aline de le rejoindre. La jeune femme commence à subir une série de sévices destinés à briser sa structure mentale...

 

 

Link to comment
Share on other sites

Un monument du bis de l'Héxagone qui mériterait bien une sortie en dvd de par chez nous.

Pas aussi cinglé qu'on le prétend mais un film qui reste prodigieux qualitativement parlant, surtout au vu du faible budget.

Même les acteurs, professionnels ou non, dont la fameuse Géziale la sorcière, s'en sortent avec les honneurs.

Un film définitivement inoubliable.

Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...

et une diff sur le sat? on nous passe bien les Franco. Ce film est assez étonnant, pas pris une ride, et le côté amateur que l'on craint au début (la geziale est un peu too much) s'estompe rapidement et le climat laissé par le film laisse un gout amer. Plutot réussi, donc...

Quant à "la Goulve" du même, y a-t-il eu ne serait-ce qu'une vhs, même pourrave (la dupli de la ppaesse n'est pas top, déjà)

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
  • 1 year later...

La goulve est pas trop regardable vu l'état actuel du film, mais par contre La Papesse c'est autre chose...

 

Il y a bien quelques passages expérimentaux qui ont pris un coup de vieux (les monstres de la caverne) mais il y a surtout quelques séquences bien gratinées : le rêve SM, les deux accouplements bestiaux avec comme enjeux la possession de l'autre (ou sa mort), la scène de nécrophilie dans le champ, le sabbat...

 

Vraiment un complèment intéressant à Rollin, qui n'a visiblement été intéressé que par les vampirettes : d'ailleurs c'est beaucoup mieux joué et bien moins contemplatif dans mes souvenirs. Mercier connait ici pertinemment le monde de la magie noire, et le spectateur rentre en territoire inconnu, tout comme son héroïne martyr. Excellent.

 

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...
 Share

×
×
  • Create New...