Jump to content

Dead or Alive - Takeshi Miike (1999)


Cyril
 Share

Recommended Posts

Syno:

Jojima est un policier qui s'est fixé comme but de mettre fin aux activités du truand Ryuichi. Mais quand il voit que le seul moyen de sauver sa fille, atteinte d'une maladie mortelle, est de réclamer l'aide d'un caïd yakuza afin de payer l'opération, Jojima n'hésite pas et pactise avec l'ennemi.

De son côté, Ryuichi a également des problèmes familiaux : son petit frère, de retour des Etats-Unis où il était parti étudier, réalise soudainement que l'argent qui a financé sa formation provient d'actions criminelles. La tension et la rage vont aller crescendo...

 

 

Premier film de la trilogie Dead Or Alive, première baffe en pleine tronche.

Le film est connue pour son intro démentielle qui va a 100 à l'heure et pour son final complètement barré.

A mes yeux il y a quand même bien plus, le film est remplis de scène de plus en plus folle, des nanas souillé dans du caca, de la zoophilie, un gunfight qui fait mal et des tronches pas possible (Riki Takeuchi et Sho Aikawa en tete)

 

Un must have de la filmo de Miike (encore un)

 

La review de Sancho --> http://www.sancho-asia.com/miike/doa.php

 

Pour ce qui est du dvd je ne peux que vous conseiller l'achat du coffret Dead Or Alive, les trois films dans de superbe édition, pas d'entourloupe (recadrage and co) et un quatrième dvd possédant un super bonus (un reportage fait par un français)

 

Link to comment
Share on other sites

  • 5 years later...

Grosse déception pour moi, alors que je suis d'habitude plutôt client de Miike.

Ici, c'est vraiment une illustration de tout ce qu'il y a de mauvais chez le réal: j'ai eu le sentiment que le mec filmait en vrac des idées visuellement fortes (ça c'est clair que des scènes wtf et de l'iconisation a gogo, y en a) et réfléchissait après comment mettre tout ça dans un film en reliant plus ou moins le tout avec une histoire. L'ouverture c'est exactement ça: hé les gars, j'ai plein de scènes cool, on va tout mettre en vrac dans l'intro... Pris séparément, ya plein de passages qui claquent, mais mis bout à bout, ça le fait pas, et après un moment même des scènes comme la strip teaseuse dans son caca, le gunfight ou le final, n'ont pas réussi à me réveiller. Après, on est sûrement plus habitués aujourd'hui à ce genre d'excès, et je peux concevoir qu'en 1999, ça impressionnait plus. Mais là je me suis juste un peu fait chier.

Link to comment
Share on other sites

Plus que tout, je trouve le cinéma de Miike inégal malgré quelques fulgurances (Audition est un film intéressant sur un pays croyant aveuglement à ses conventions... mais c'est bien longuet), mais ce que je comprends pas, c'est dire d'un gars qu'il est un génie anticonformiste et unique au monde... quand il finit son film sur une totale fin déceptive à la Beckett. Juste parce que, selon lui, "bah j'allais pas terminer mon film sur un vrai duel westernien: tout le monde s'y attend ! c'est tellement chiant et convenu !"... quand même.

La scène d'ouverture c'est un peu du Neveldine/Taylor en moins bien !

Link to comment
Share on other sites

c'est pas que je defende bec et ongle le cinema de miike qui a effectivement ses perles et ses etrons, mais je tenais a dire que :

- on est dans une epoque de surenchere des laudatifs et n'importe quel realisateur faisant preuve d'un tant soit peu d'originalite se voit directement couvrir d'adjectifs tels que "genie", "culte", "dieu" et autres conneries. faut-il encore y preter attention ?

- dans sa periode la plus active, il pondait entre 4 et 8 films par an : comment veux-tu qu'il soit "egal" ?

- je veux bien pour la comparaison avec neveldine et taylor, mais il ne faudrait pas oublier qui a pompe sur qui...

 

sinon Dead or Alive ce fut une claque monumentale a la decouverte

le 2 est pas mal non plus

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

Vu il y a plusieurs années quand le film sortait en dvd et que je découvrais peu à peu le cinéma nippon ainsi que ses délires visuels. Je l'avais adoré en premier visionnage, cool, fun avec plein de super idées bien que le trouvant décousu.

 

Revu dans la semaine après avoir vu pas mal de Miike et je dois avouer qu'il passe toujours bien : des scènes vraiment mémorables comme évidemment l'intro et le final, mais aussi des scènes plus posées, dans l'espèce de cimetière au bord de la mer. Même rares, les quelques gunfights sont vraiment pas mal branlés. Même si l'histoire est pas la plus passionnante du monde, il y a quand même de quoi se mettre sous la dent avec ces deux acteurs que j'apprécie (Riki Takeuchi et Sho Aikawa, acteur fétiche du réal'). Le bon goût est enfoncé pour l'époque (le tournage zoophile) et on a le droit à une atmosphère assez cradingue pour un yakuza-eiga.

 

Après, je considère que ce premier volet est surtout une excellente première "marche" pour qui souhaite se familiariser avec la filmographie de ce prolifique réalisateur, son style et sa démarche. C'est représentatif de ce qu'il sait faire sans que ce soit caviar : Il y a quand même plus sombre (ses premiers films comme Rainy Dog), plus trash (Visitor Q), plus drôle (Like A Dragon) ou plus étrange/expérimental (Gozu / Audition).

Et mon préféré de la trilogie reste le second.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...