Jump to content

Le droit de savoir


Recommended Posts

demain :

 

J'ai du mal à joindre les deux bouts : enquête sur la France de la précarité

 

Ils ont un travail et un salaire et pourtant, ils n'arrivent pas à "joindre les deux bouts". On les appelle les "travailleurs pauvres", ils seraient plus de trois millions en France. Ils n'ont pas droit aux aides sociales (comme par exemple la CMU) et ils n'ont pas les moyens de s'offrir une mutuelle. Ils n'ont pas droit aux vacances ni aux loisirs et ils comptent au centime près le budget nécessaire pour nourrir leur famille. Relégués en fin de liste pour l'attribution des logements sociaux et incapables de payer les loyers du secteur privé, ils vivent à l'année dans des caravanes ou des "hôtels meublés" insalubres. Nadia est employée de bureau dans une blanchisserie industrielle. Depuis trois mois, elle vit dans une caravane, en région parisienne, avec son fils de douze ans. Difficile de passer l'hiver dans le froid, avec jamais plus de 16° dans la caravane, et dans la promiscuité (6 m2). Sans compter l'absence totale de confort : il faut marcher 500 mètres dans le froid plusieurs fois par jour pour accéder aux douches et aux toilettes payantes. Nadia n'est pas la seule dans ce cas : dans le même camping, une quarantaine de familles vivent, comme elle, à l'année. Pamela et Richard sont installés dans une caravane un peu plus loin avec leurs quatre enfants. Richard est chef d'équipe chez un constructeur automobile, il gagne 1500 euros par mois et il ne trouve aucun logement social dans le parc HLM de la ville. Pour se chauffer, interdiction d'utiliser des radiateurs électriques, trop dangereux. Une fois par semaine, c'est la "corvée du pétrole", dont les odeurs envahissent la caravane et intoxiquent les enfants. Nicole, elle, est bibliothécaire dans le 16ème arrondissement. Fonctionnaire à la ville de Paris, elle vit seule et son salaire ne lui permet pas, non plus, de louer un appartement. Depuis trois ans, elle va de foyers en hôtels meublés, aux frais du contribuable. Ses notes d'hôtels sont remboursées par la municipalité. Comment ces personnes parviennent-elles à "joindre les deux bouts" ? Pourquoi ne trouvent-elles pas de logement ? Existe-t-il suffisamment de logements sociaux en France ? A qui sont-ils attribués, et selon quels critères ? Le droit de savoir a mené l'enquête sur cette nouvelle précarité qui touche depuis ces dernières années un grand nombre de Français.

Link to comment
Share on other sites

Bon ben voilà.

 

Hier j'ai un peu regardé Delarue spécial smicards, et comme je disais plus haut, c'est quand même le maître pour ce qui est d'exploiter la misère humaine à la télé.

 

Niveau montage et petite musique tire-larmes au bout moment c'est vraiment le king des kings, après avoir vu ça j'étais même à deux doigts d'aller faire du bénévolat aux Restos du coeur !

Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...

C'était bien cool mercredi soir. Je l'ai pris en cours de route quand un gros connard de beauf était super vénère parceque l'ambassade du Cameroun voulait pas lui délivrer d'autorisation de mariage avec une jeune fille qui avait l'air de s'en foutre grave. Bien fait pour sa gueule à ce gros con!

 

Le "roi de la fête" qui a fait appel à une agence de relooking, c'était d'un glauque nan mais les t-shirts avec sa photo "Avec Dédé c'est la fête toute l'année" "Avec Denis on rigole toute la nuit" putain, mon nouveau héros ce mec

Link to comment
Share on other sites

On pouvait voir Doc Gyneco qui faisait l'apologie des sites de rencontres pour trouver de la chair fraiche...

 

Je l'avais déjà entendu en parler dans une autre emission

J'ai un pote très chaud lapin et plutot beau gosse qui a fait un véritable carnage sur Meetic, 1 fille par jour pendant plus d'un an. Avec stratégie de gros bourrin genre j'écris un message type et je l'envoie à 200 meufs d'un coup Au bout d'un moment il arrivait plus à gérer, comme il restait branché sur le chat, il recevait des dizaines de messages de cochones de tous ages tout au long de la journée

Link to comment
Share on other sites

  • 7 months later...
 Share

×
×
  • Create New...