Jump to content

Bright Young Things - Stephen Fry (2003)


Superwonderscope
 Share

Recommended Posts

1re réalisation de Stephen fry, d'après le roman "Vile Bodies."

 

Un groupe de jeunes aristocrates désoeuvrés vont de fêtes en fêtes dans le Londres de 1939. Drogues, sexe, argent, scandales politiques...tout est bin pour samuser et tromper un ennui grandissant.

 

Joli scope, reconstitution historique impeccable (le budget a du etre solide). Stephen Fry a le sens du rythme car le film se déroule à une vitesse impressionnante. Il a su ne pas confondre rythme et précipitation. les dialogues sont aiguisés au rasoir, l'interprétation solide avec une bonne humeur communicative. Sens ducadre, aussi, ce qui ne gate rien. Une musique d'usage 30's par Anne Dudley, pas vraiment originale.

 

Le film se concentre sur les relations entre les deux héros, dont la jeune fille décide au finish de ne pas épouser son aiau profit d'une tierce personne fortunée. Dès lors, le film perd de son intéret et vire rapidement à une histoire d'amour contrariée. L'irruption du sentimentalisme bon marché fait office d'écran de fumée, et l'équation "argent ne fait pas le bonheur mais la vertu si" reprend le dessus.

 

Le seul persoannge réellement hors norme est celui de Fionella Hugues, internée suite à une curse d'automobile s'étant mal terminée. S'en suit une fete improviséeà l'asile, donannt au film une tonalité assez curieuse.

 

Casting Hors pair: entre Simon Callow, Dan Aykroyd en patron de presse tonitruant, Peter O'Toole, Stockard Channing méconnaissable en directrice de choeur chrétien féminin (!). Tous sont parfaits. dommage que le film se perde en cours de route en leçon de morale du style "merci la guerre" et rédemption à la clé.

 

Le film est issu de chez Icon, la branche anglaise de la société de prod/distribution de Mel Gibson.

 

Le site officiel :

 

http://iconmovies.co.uk/brightyoungthings/

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...