Jump to content

Knights - Albert Pyun (1993)


Superwonderscope
 Share

Recommended Posts

Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant que c'était Icon, la société de Mel Gibson, qui détenait les droits de diffusion du Knights de Pyun

Pourquoi, mais pourquoi Icon a-t-elle acquis ces droits?

 

Une véritable investigation s'impose!

 

Je m'y suis donc pris pas à pas.

dans le Futur, les Cyborgs -thème favori de Bébert- ont évolué et que certains ont décidé de réduire les humains à un état de bétail. Le "Manufacturier", qui a créé les cyborgs évolués, leur a donné la possibilité de se régénérer en les faisant se nourrir de sang humain frais (victims toujours vivantes). Une horde de cyborgs-vampires, avec une pacson d'humains à leur solde, hante les désert américains à la recherche de 40 000 proies avant de s'attaquer aux grandes villes.

 

Mené par Job (Job? job...come dans la bible? l'explication se précise cocnernant Icon) joué par un lance Henricksen survolté, et doté d'un long bras mécanique terminé en crochet rétractile, il rencontre néanmoins le chemin de Nea (Kathy Long), dont il a jadis tué les parents. (Nea... nouvelle Eve?)

 

celle-ci a observé un autre cyborg, Gabriel (Gabriel.... l'archange Gabriel? Diantre!) qui lui estprogrammé pour détruire les mauvais cyborgs vampires. kris Kristofferson, en pleine débacle financière à l'époqu, prete ses guetres au sauveur de l'humanité. Enfin, c'est surtout son body doub;e vus les coups de tatanes, de pongs dans la gueule, de kickboxing, de saut perilleux qu'il effectue le long du film.

Cette sale trogne de Vince Klyn est toujours là dans un role largement antipathique (jusqu'à ce qu'il se prenne une raclée par l'héroïne ). il bénéficie aussi d'une scène surprenante, où on le voit descendre à la verticale, courant pratiquant le long d'un plateau. l'effet est saisissant

 

Job a pour compagnons des cyborgs nommés Matthieu, David... attendez un instant... comme les saints?

 

Nous y voilà! Albert Pyun s'est donc inspiré de personnages de la Bible pour construire son histoire (d'autre part plutot bien troussée) et y effectuer une parabole d'un humanité en pleine débacle. Voici donc la raiosn pour laquelle Icon a acquis les droits d'exploitation du film, aussi bete que cela puisse paraitre. car on ne voit aucun autre film de Pyun dans leur catalogue

 

Esuite, à chacun d'y voir ce qu'il veut bien y voir. Les "apotres" n'ont quand même pas le beau role, à froce de vouloir déformer leur role original dans la société humaine. Job est un hystérique avide de pouvoir et Gabriel un cyborg qui exécute bêtement les ordres pour lesquels il est programmé.

 

Kathy Long est plutot athlétique et les scènes d'actions bien amenées. je ne me suis pas ennué à la visin de cette série B tournée dans les magnifiques déserts de l'Utah (Utah.... cet état en pleine Bible Belt amériaine. hasard?). Une photographie magnifique de George Mooradian, comme à son habitude, vient renchérir un sentiment de désolation sublime.

 

Les SFX sont là aussi d'un niveau honorable (au regard de truc comme Heatseeker, par exemple) et on glise gentilment vers un gore discret mais présent. des transparences/mattes là aussi plutot jolis et réussis au regard du budget pauvrissime (notamment lors des scènes d'entrainemnt de Nea par Gabriel, au sommet d'un plateau)

 

Le récit n'est pas dénué d'humour et , comme à son habitude, Pyun délivre son message de philosophie à la petite semaine (cf les dialogues entre nea et Gabriel sur la valeur de l'humain et la destinée de chacun). Tout en rattachant son style narratif et ses thèmes récurrents (le héros loner confronté à ses dilemnes, la rédemption, la solitude, le désoeuvrment, le sentiment d'arrachement à la culture...)

 

Au finsih, une série B assez curieuse mais attachante et qui laisse peu de temps morts.

 

La fin laissait augurer une suite directe vue la dernière scène (identité du manufacturier , devenir de Nea) qui fut abandonnée rapidement faute de succès.

 

le DVD Zone 2 France est disponible chez Edito, en VF plein cadre only. (VF médiocre mais acceptable)

Link to comment
Share on other sites

Faut preciser que les films de Pyun sont (etaient ) destinés aux collegiens de l'iowa du debut des années 1990 ... Je veux dire c'est pas fait pour etre regarde

 

Rho la langue de pute

En tant que défenseur de Pyun numéro 2 (mais je suis moins tolérant que SWS... OMEGA DOOM reste une merde ), je te trouve injuste. Pyun a quand même fait pas mal de bons films - pas des chef d'oeuvre, mais des bonens petites séries B joliment torchées et généreuses dans lesquelles on ne s'ennuie que rarement... Enfin, ça c'était surtout pendant les années 1980...

Link to comment
Share on other sites

Faut preciser que les films de Pyun sont (etaient ) destinés aux collegiens de l'iowa du debut des années 1990 ... Je veux dire c'est pas fait pour etre regarde

 

J'aime pas l'Iowamais j'aime bien le cinéma d'Albert Pyun. Et qui plus est j'adore le défendre!

Et ici, il a eu au moins le mérite de déboiter quelques salves envers la secte catholique sans qu'Icon s'en rende compte. Respect, Albert

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...