Aller au contenu

Days of Heaven - Terrence Malick (1978)


Messages recommandés

 

 

 

 

Chicago, 1916. Bill (Richard Gere) travaille dans une usine qu’il doit précipitamment quitter après un combat à mort avec un des ouvriers.

Il s’embarque avec sa fiancée Abby (Brooke Adams) et sa sœur Linda (Linda Manz) dans un train pour le Texas où il va trouver du travail dans une très importante plantation de blé.

Là, le propriétaire (Sam Sheppard) ne restera pas indifférent à Abby et Bill, qui a toujours fait passer cette dernière pour sa sœur afin de ne pas attirer l’attention, ne s’opposera pas à cette rencontre, opportunité financière inespérée.

Un étrange ménage à trois s’établit…

 

Second film de Malick aprés un "Badlands" trés remarqué lors de sa sortie en 1973 (y compris par un Orson Welles admiratif), la Paramount lui confie un budget confortable pour l'époque et lui laisse les coudées franches... (film tourné en 70mm et rarement projeté en 70, a quelques exceptions pret, au Marignan et au Max Linder)

 

Le gaillard va en profiter: un an de tournage et quasiment 2 ans de montage, le produit fini déconcertera les exécutifs du studio, la raison invoquée par Malick pour justifier les nombreux remontages sera le jeu inégal des acteurs.

 

Le chef op' est un des plus grands directeurs de la photo: Nestor Almendros (recompensé par un oscar) et Morricone nous pond un score de toute beauté (j'ai appris aprés que le théme principal est inspiré du Carnaval des animaux de St.Saens).

 

Le film sera en compétition à Cannes et décrochera le prix de la mise en scéne (mais bon, y'avait l'apocalypse en façe!).

 

Malick disparaitra ensuite pendant 20 longues années, vivant quelques temps sur l'Ile Saint-Louis pour écrire un scénario sur l'origine du monde (dire que les parisiens de ZoneBis l'ont croisés à la boulangerie sans le reconnaitre!), disparaissant sans donner de nouvelles pour photographier des oiseaux dans l'Oklahoma.

 

Richard Gere débutait sans cheveux gris, Sam Shepard (l'ami de Bob Dylan et de Malick, la chance!) assure et Brooke Adams reste habillée, contrairement à son role dans le "Body Snatchers" de Kaufman.

 

Les plans s'enchainent les uns aux autres, commes des tableaux d'Hopper ou de Magritte, les voix-offs envoutent de par leur musicalité et leur décalage par rapport aux images, Malick filme les brins d'herbes comme des personnages à part entiére.

 

 

J'ai vu les films de Malick dans le désordre: La ligne rouge en 99 (gros choc dont je me suis pas remis!), Badlands, Days of Heaven et le nouveau Monde et à chaque fois, je me fais avoir, j'ai envie de chialer devant tant de beauté, devant ces opéras panthéistes.

 

Entre deux bons films gore, une bouffée d'air frais ne fait jamais de mal!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

SUPERWONDERSCOPE A DIT:

 

J'ai été plus que circonspect face à ces Jours/Moissons du Ciel. je me suis en fait vraiment ennuyé à la vision de cette tranche de vie agricole. Si je ne nie pas la beauté du cadre, l'ennui m'a incommensurablement gagné au fur et à mesure. Et bon sang, j'adore Brooke Adams, pourtant.

 

C'est bin dommage! C'est une tres belle histoire, trés classique dans son théme mais originale dans son approche esthetisante à l'extreme.

Peu de réalisateurs arrivent à filmer l'homme et la nature en un seul mouvement.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 12 years later...
Remate plutôt "Peur Bleue" !

 

Bordel mais tu me fais passer pour quoi ? Ici on parle champs de blé et douce brise qui caresse les chevelures Mossieur, on ne parle pas requins dévoreurs et boursouflures pyrotechniques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evidemment que ça sera fait courant Juillet-Aout, concernant Peur Bleue.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est un film court, contemplatif sans s'étirer qui s'ouvre sur aquarium de Camille St Saens et des tableaux de la vie paysanne, ce qui est une belle entrée en matière. Le film est un drame, simple à l'émotion en retenue.

Si on apprécie Malick (c'est mon cas), c'est un incunable.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon, pour préciser un peu mon propos j'avais vu ces "Moissons du ciel" il y a une dizaine d'années. Je connaissais de réput', on m'avait toujours dit que la lumière était magnifique notamment, j'ai profité d'une reprise au Max Linder pour le découvrir, donc conditions optimales, et je dois dire que même si oui c'est joli, j'ai suivi tout ça avec un ennui poli (pour ne pas dire plus) d'un bout à l'autre... Et aujourd'hui, je n'en ai plus AUCUN souvenir

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...