Aller au contenu

Razorback - Russell Mulcahy (1984)


Messages recommandés

Eh bien moi je vais un peu casser l'enthousiasme général !

 

Découvert en dvd il y a genre 5 ans, et hormis la mise en scène de toute beauté du père Mulcahy, et bien j'avoue m'être un peu fait chier. D'ailleurs j'en ai plus beaucoup de souvenirs...

 

Je devrais peut-être lui redonner un chance... Enfin je suis pas pressé non plus.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 months later...

En australie, le 7 mai

 

1779208_10152365318803781_835053606_n.jpg

 

We have partnered with*NFSA,*‪#‎DDP‬*studios and*‪#‎Promoscape‬*to produce a high quality‪#‎HD‬*transfer this film definitely deserves. The team has worked exceptionally hard to bring to you a brand new, scene-by-scene colour graded and amazingly de-spotted master

 

Extra Features

 

>JAWS ON TROTTERS: Featuring interviews With Director Russell Mulcahy, Producer Hal McElroy, Razorback Creator Bob McCarron, Composer Iva Davies And Cast Judy Morris and Chris Haywood.

>Audio Interview With Actor Gregory Harrison

>Grisly Deleted Scenes

>Trailers

>Interviews with Cast and Crew by Mark Hartey for "Not Quite Hollywood"

>New Stills And Poster Gallery

 

zone all, pas de sous-titres

 

C'est du 1080i apparemment.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 years later...

Un film que l'on peut mettre en parallèle de Réveil dans la Terreur, dans sa peinture d'une Australie s'ennuyant entre picole et chasse au kangourou.

 

Sinon Razoback vaut finalement plus pour son atmosphère onirique et son ambiance unique que pour son réel contenu, qui n'est finalement qu'un prétexte aux expérimentations de Mulcahy.

 

J'aurai bien aimé voir Highlander avec le même visuel, d'ailleurs.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Un film que l'on peut mettre en parallèle de Réveil dans la Terreur, dans sa peinture d'une Australie s'ennuyant entre picole et chasse au kangourou.

 

Tout à fait d'accord. La première fois que je l'ai vu, il y a des années, je n'avais pas apprécié car j'avais imaginé une sorte de Jaws dans l'outback australien. Suite à un deuxième visionnage il y a deux-trois ans, j'ai adoré: c'est beaucoup plus proche du comique horrifique d'un Texas Chainsaw Massacre avec ses rednecks dégénérés. On voit finalement assez peu le sanglier monstrueux qui est beaucoup moins dangereux que les ploucs du coin.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 year later...

RAZORBACK_BD01.jpg

Les australiens de Umbrella viennent de débuter une collection BR du nom de Beyond Genres consacré aux séries b horrifiques avec packaging soigné, copie 2k ou 4k. Dagon et Spirits of the Air (le Proyas inédit) ont suivi, et The Quiet Earth est annoncé. BREF c'est très bien sauf qu'en voyant la nouvelle copie de Razorback (qu'ils avaient déjà édité) je m'interroge beaucoup : on dirait juste qu'ils ont poussé le contraste à fond jusqu'à boucher les noirs Du coup bon, pas très motivé...

 

c_image.php?max_height=1080&s=120397&a=0&x=0&y=0&l=0

c_preview.php?s=120409&go=1&a=0&x=0&y=0

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 year later...

Je savais pas si je devais me le racheter en BR ou non, donc j'ai revu le film en DVD ce weekend...

 

Bon, déjà, techniquement, le DVD (Mad movies) affiche qd même bien ses limites aujourd'hui, donc si on aime le film, l'upgrade ne sera pas du luxe.

 

Pour le film, j'en avais finalement peu de souvenirs. A la revoyure, c'est sympa, mais inégal. Il y a de très bons moments, une chouette ambiance, mais c'est pas non plus trépidant d'un bout à l'autre, et les apparitions de la bête sont pas forcément aussi réussies que ce qu'on pourrait espérer... Par contre, je vous rejoins sur les liens entre ce film et "Wake of fright", clairement. Et les passages oniriques sont très chouettes. Bref, pas un mauvais moment, mais je vais pas non plus le revoir 20 fois d'ici ma mort... Pour le BR, on verra si je le trouve pas cher dans quelques temps du coup...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 10 months later...

Découvert hier soir en BR correct.

J'avoue qu'à un moment donné j'avais envie que ça se termine. Parce qu'une fois qu'on a tous les éléments on a envie que d'une chose c'est de voir la confrontation finale. Mais ça met des plombes.

Après Mulcahy torche super bien son film, et l'intro est juste maboule de sauvagerie. Qu'est ce qu'il se passe dans la tête d'un mec pour qu'à un moment de sa carrière il arrête de faire d'aussi beaux plans ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...

Bonne prédiction de Dumé : le film était en effet à 8 euros au Disc King (et Christine, et Cujo, et les Brisseau...)

 

La revoyure a été catastrophique pour ma part : j'avais pas revu le film depuis le temps béni des Jeudis de l'angoisse, et je me souvenais plus de l'ambiance poisseuse que du cochonou (qu'on voit quoi...3 fois ? 4 ?). On compte les plans fabuleux mais il se passe quasiment rien d’intéressant, c'est effarant...même en étant un grand amateur d'ozploitation, qui n'est pas une niche ciné réputée pour ses rythmes effrénées. Quoiqu'il arrive, je m'en foutais éperdument...et puis alors le pauvre vieux condamné pour le meurtre du gosse alors que sa maison a été à moitié emporté... comme point de départ scénaristique, j'ai rarement vu un truc aussi con.

 

Bon et je confirme aussi que j'aime pas du tout le transfert repiqué au Umbrella : les mecs ont clairement eu la main lourde sur les contrastes, ça fait pas sérieux...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...