Jump to content

Stand by me - Rob Reiner (1987)


superflo
 Share

Recommended Posts

 

 

 

 

Un evenement peu ordinaire va marquer la vie du jeune Gordie Lachance. Au cours de l'ete 1959, un adolescent a disparu mysterieusement dans l'Oregon. Gordie et ses inseparables copains, Chris, Teddy et Vern savent qu'il est mort pour avoir approche de trop pres la voie ferree, un train l'a heurte. Son corps git au fond des bois. C'est le frere de Vern qui l'a decouvert. Les enfants decident de s'attribuer le scoop et partent pour la grande foret de Castle Rock. Cette aventure va rester pour Gordie et ses trois amis la plus etrange et la plus exaltante de leur vie.

 

Un film que je matais en boucle durant mon adolescence, en rêvant que je consolais le fragile River Phoenix alias Chris. Et j'aimais aussi le bad guy Kiefer Sutherland. A noter que c'est une adaptation d'une nouvelle de Stephen King issue de "Différentes saisons", qui pour une fois ne verse pas dans l'horreur, et ça lui réussit pas mal.

Link to comment
Share on other sites

Disons plutôt un film sur l'enfance, voire la préadolescence au maximum. Ceci dit la version française est tellement vulgaire par son vocabulaire que cela en devient lassant. Est-ce également le cas de v-o ?

 

 

Je ne connais pas la VF mais les dialogues en VO sont effectivement souvent grossiers (l'age des gamins expliquant cela), par contre vulgaires non (ou comment jouer sur les mots )

Link to comment
Share on other sites

Disons plutôt un film sur l'enfance, voire la préadolescence au maximum. Ceci dit la version française est tellement vulgaire par son vocabulaire que cela en devient lassant. Est-ce également le cas de v-o ?

 

 

Je ne connais pas la VF mais les dialogues en VO sont effectivement souvent grossiers (l'age des gamins expliquant cela), par contre vulgaires non (ou comment jouer sur les mots )

 

Oui, disons grossier, la surenchère et la constance ne me paraissaient pas nécessaire.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...
  • 2 years later...

Vu tardivement, il y a deux ans environ. Adoré sur le champ, touchant, juste, drôle, attachant, une sorte d'idéal filmique de l'enfance où l'on se projette instantanément et sans filet.

 

Revu ce soir, toujours le même effet, scotché d'un bout à l'autre, le tout est d'une justesse incroyable, jamais trop léger, jamais trop sérieux, le ton est parfait, les comédiens également, tout colle à merveille. Par contre, je pense que j'aurais de plus en plus de mal à le revoir en vieillissant et je risque d'attendre un moment avant de retenter....

Link to comment
Share on other sites

J'ai revu dimanche soir sur Arte le Outsiders de Coppola (dans une magnifique restauration HD soit dit en passant) et j'ai beaucoup pensé à Stand by me qui a pourtant été réalisé après.

 

On retrouve dans ces deux films de belles ballades buccoliques d'ado dans la campagne US, dans des échappées parfois proches du fantastique.

 

Les scènes de la planque des deux gamins dans l'église abandonnée d'Outsiders constitue d'ailleurs les meilleurs passages du film.

Link to comment
Share on other sites

Découvert Outsiders, et c'est dingue à quel point quelques sublimes, superbes, émouvantes séquences...rappellent Stand By Me. Font penser à. Cruauté et poésie, musique profonde, lyrisme, même si bien plus appuyé chez Coppola: en apesanteur.

Z'en pensez quoi ?

Link to comment
Share on other sites

J'ai vu Stand by me il y a un siècle et j'en ai aucuns souvenirs (à part la scène des sangsues), par contre Outsiders je l'ai découvert récemment et c'est d'une lourdeur... ultra gimauve et niais. Y'a bien que le casting qui défonce.

 

Enfin ça ne m'a pas réconcilié avec Coppola. Par contre Stand by me je serai pas contre le rematter.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...