Jump to content

Nimitz, Retour vers l'enfer - Don Taylor - 1980


Florent
 Share

Recommended Posts

 

Soit c'est la loose, soit c'est un oubli impardonnable

 

De nos jours, suite à une tempête magnétique, le Nimitz, porte-avion américain, se retrouve projetté en 1941, à la veille de l'attaque de Pearl Harbour...

 

Je n'ai jamais reussi à voir le film en entier , à l'époque des multi diffussions hertziennes, je devais aller me coucher avant 22h...enfin je crois qu'il y a un happy end à la fin

Link to comment
Share on other sites

Je n'ai jamais reussi à voir le film en entier , à l'époque des multi diffussions hertziennes, je devais aller me coucher avant 22h...enfin je crois qu'il y a un happy end à la fin

Peut-etre, mais en tout cas ca reste un des films qui m'a le plus marque dans ma jeunesse (ah, cette vision du "trou noir" qui les propulse vers le passe, brrr...).

Pas revu depuis, et pourtant j'ai achete le Z1 des sa sortie. Ca me tente...

Link to comment
Share on other sites

Très bon!

Quand j'étais môme, j'avais été marqué par la scène où un des japonais flingue un soldat américain. La scène est relativement sanglante (bon, c'est pas RAMBO IV, on est d'accord), et à mon très jeune âge, ça m'avait scotché d'effroi - jamais je n'avais vu ça. C'était limite tromatisant... J'ai revu le film il y a peu, et je me suis rendu compte que je devais être vraiment très très jeune la première fois que je l'ai vu....

Mais ça reste très bon.

Link to comment
Share on other sites

  • 12 years later...

Mitigé pour ma part. On a plaisir à retrouver un chouette casting dans une série b oldschool friquée, la musique de John Scott est très bien... Et c'est à peu près tout !

 

L'idée de départ m'a vraiment emballé sur le papier, mais c'est tellement mal exploité... Passé l'amusement de voir l'équipage de l'USS Nimitz comprendre qu'ils sont en 1941, on se fait bien chier, il ne se passe pas grand chose et au moment où on pense que ça va péter, et bah non ! Plus frustrant tu meurs !

 

Le film est avant tout une démonstration de la puissance de l'armée américaine période post-Reagan, sauf que ce n'est jamais fun comme pourrait l'être un Top Gun. Don Taylor, honnête artisan à qui l'on doit notamment le sympathique second opus de La malédiction, dirige tout cela de manière très pro mais sans conviction, c'est d'un mou !

 

Il reste quelques trucs sympa comme les attaques japs, un début de romance mignon et un chien. Et ça se termine en bon gros happy end, avec un twist rigolo, mais un tantinet ridicule.

 

Pas désagréable mais ça se regarde vraiment d'un oeil distrait.

 

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...