Jump to content

Scream - Wes Craven - 1996


Florent
 Share

Recommended Posts

 

Allocine

Casey Becker, une belle adolescente, est seule dans la maison familiale. Elle s'apprête à regarder un film d'horreur, mais le téléphone sonne. Au bout du fil, un serial killer la malmène, et la force à jouer à un jeu terrible : si elle répond mal à ses questions portant sur les films d'horreur, celui-ci tuera son copain...

Sidney Prescott sait qu'elle est l'une des victimes potentielles du tueur de Woodsboro. Celle-ci ne sait plus à qui faire confiance. Entre Billy, son petit ami, sa meilleure amie Tatum et son frère Dewey, ses copains de classe Stuart et Randy, la journaliste arriviste Gale Weathers et son caméraman Kenny qui traînent tout le temps dans les parages et son père toujours absent, qui se cache derrière le masque du tueur ?

 

PUTAIN Y A PAS DE THREAD POUR SCREAM !

 

Non mais comme même, certains vont crier, pleurer, chouiner, faire caca et tout et tout mais SCREAM est un putain de bon film.

 

Au cinéma, à la télé, en dvd, sur un ipod ou un ordi, cela fonctionne à chaque fois...au moins sur moi.

 

J'entends les gens qui reprochent au film son cynisme envers le genre mais j'entends aussi les qualités évidentes du film.

Pas de temps de mort, une réalisation inspiré, des personnages attachants et crédibles...

 

Non c'est certains que les enfants qu'a généré le film ne sont pas (aucun?) à la hauteur de l'original...mais cela a permis au genre de refaire son apparition sur les écrans de cinéma. Arretez moi si je dis une connerie

 

Voilà j'aime beaucoup.

 

EDIT : JOYEUX ANNIVERSAIRE WES CRAVEN !

Link to comment
Share on other sites

Une vraie bonne surprise à sa sortie, voire même générateur d'un certain vent de fraîcheur. Son seul tort est d'avoir généré la vague de néo-slashers irritants et des séquelles inutiles. Sinon, c'était quand même bienvenu.

Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

  • 10 years later...

L'intro est quand même mortelle, je m'en lasse pas. A l'époque on découvre ça, on est assez flippé, la voix du mec et tout...on imagine un vrai psychopathe dans la plus belle lignée du film de tueur et par la suite on saura que le tueur c'est en fait 2 gros bouffons et que d'ailleurs tous les tueurs de la saga sont des bouffons et sont les frères ou soeurs ou cousins de...

 

Difficile à revoir après les Scary movie...

 

Musique géniale de Beltrami.

Link to comment
Share on other sites

Revu à la Cinémathèque Française il y a deux ans avec un mauvais format d'image (les côtés qui bavent sur les murs) durant les cinq premières minutes , des problèmes de son crapoteux pendant une bonne vingtaine et des changements de bobine à la tronçonneuse qui nous faisaient définitivement regretter l'absence d'un clochard lubrique, histoire de revivre intégralement le meilleur des salles de quartier. Mais le point d'orgue de cette projection se trouve certainement dans ses sous-titres d'époque.

 

Alors que Rose McGowan est empêchée de sortir du garage par le tueur qu'elle croit être une connaissance, elle lui fait comprendre d'arrêter en lui disant "Cut Casper, that's a wrap.". "That's a wrap" signifiant "allez, c'est terminé" mais aussi "c'est dans la boîte" sur les tournages de film. Mais plus généralement, "wrap" est le mot générique pour parler d'un matériau utilisé pour couvrir quelque chose afin de le protéger.

 

La VF s'était déjà pris les pieds dans le tapis à cause de la référence à Casper Le Gentil Fantôme et adaptait la réplique de manière sarcastique : "Arrête Casper, c'est le rideau de ta chambre ?". Malheureusement pour nous, Film Office n'avait vraisemblablement pas le désir de casser sa tirelire pour sous-titrer un modeste film d'horreur, puisque "That's a wrap!" a été traduit littéralement par... "C'est une couverture !", ce qui nous rappelle les heures les plus sombres du fansub.

 

Sinon, malgré les désagréments techniques qui n'ont pas dû jouer en la faveur des spectateurs qui découvraient le film, c'est toujours aussi carré et divertissant, on ne voit pas le temps passer.

Link to comment
Share on other sites

J'aime beaucoup aussi. Très bonne surprise à l'époque, renouveau, nouvelle vague, globalement j'aime bien la saga, pas plus foireuse que les autres sagas de slashers des 80's. Le film repompe qd même méchamment à gauche à droite, à la Tarantino, donc forcément, qd on a déjà vu les oeuvres en question, on est moins surpris, mais le patchwork fonctionne bien, ça a marqué les 90's, sans problème, et ça fonctionne toujours.

Link to comment
Share on other sites

Une introduction d'anthologie ...qui laisse ensuite place à un slasher postmoderne un peu poussif et caricatural (pour ne pas dire désenchanté).

 

J'avais eu le sentiment à l'époque d'une renaissance : après des années de disette où le cinéma d'horreur s'était essoufflé sur de vieilles licences, des DTV et des demi-succès de niche, le genre arrivait enfin à accoucher d'un blockbuster emblématique.

Le coup de pied nécessaire pour relancer la machine, même si ça n'a pas engendré que de grandes cuvées, loin de là...

 

Je crois que je n'ai pas vu une seule des multiples suites ou alors peut-être un petit bout en passant.

Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

Revu pour Halloween car ma mie ne l'avait jamais vu.

Et ça reste sympa si on met de coté le statut "resurrecteur du genre".

Par contre un truc que j'avais oublié c'est qu'à aucun moment ça fout les jetons, c'est presque pas un slasher. Je me demande vraiment ce qu'à bien voulu faire Craven avec son film. Car le boogeyman est quand même le plus con et maladroit de tous, il suffit de voirle nombre de fois où il se prend des portes dans le bec.

Et je détestais Neve et maintenant je trouve qu'elle a son charme et m'a fait pensé légèrement à Heather Langenkamp

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...